Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Mateo, Révélation Radio-Canada en musique du monde 2020-2021

Mateo est un auteur-compositeur, mais avant tout un chanteur atypique qui transforme l’image que vous avez de la musique latine. La Révélation Radio-Canada en musique du monde s’inspire des musiques folkloriques colombiennes, du rock et de la salsa pour développer un son afro-latin, électrique et progressif.

Depuis son arrivée à Montréal à 19 ans, Mateo a conquis la scène latine locale. Il s’est spécialisé dans la salsa en se joignant au groupe Lengaïa Salsa Brava, avec qui il a été nommé dans la catégorie New Hot 2018 au Canadian Latin Awards. En février 2020, il a lancé Vengo de Frente, un premier microalbum bien attendu des amateurs de musique latine.

Voilà pour le résumé biographique. Faites plus ample connaissance avec la Révélation Radio-Canada en musique du monde 2020-2021 en consultant le questionnaire ci-dessous.

Qu’est-ce que ça représente, pour vous, être Révélation Radio-Canada?

C’est une occasion de représenter la communauté des artistes indépendants, qui sont souvent dans l’incertitude quant à leurs efforts. C’est aussi l'occasion de mettre en valeur la richesse musicale au Canada. Nous avons beaucoup plus que ce que l’on pense, surtout dans la catégorie des musiques du monde, qui a énormément évolué.

Quel est le premier concert auquel vous avez assisté? Quel souvenir en gardez-vous?

Slash, à Bogota en Colombie. Un souvenir particulier; la sensation d’être inspiré par la liberté que lui et son groupe dégageaient. C’était très émouvant comme concert.

Quelles sont vos passions, en dehors de la musique?

J’ai une fascination pour la matérialisation des idées. C’est pour ça que j’ai décidé de faire mes études en théâtre, en direction artistique, éclairage et conception visuelle pour le spectacle vivant. Actuellement, je suis concepteur d'éclairages, scénographe et directeur technique pour plusieurs organismes de création à Montréal, notamment dans le secteur de la danse contemporaine.

Parlez-nous de votre ville ou village d'origine. En quoi cet endroit a-t-il influencé (ou pas) votre création?

Mon héritage culturel se situe entre deux villes en Colombie : Bogota et Chia. Ce qui a influencé ma création a été le concept de la ville en soi; la rue, l'inattendu, le bruit, le sentiment d’urgence, le mouvement. Bref, ça m'a amené à vivre des expériences qui ont influencé mon son.

Quelle musique serait-on surpris d’apprendre que vous écoutez?

Je suis une éponge quand il s’agit du rock'n'roll en général, mais surtout du rock progressif expérimental. Une de mes plus grandes influences a été The Mars Volta, par exemple.

Si vous pouviez prendre un verre avec une personnalité de la musique, morte ou vivante, qui choisiriez-vous?

J’en nommerais trois :

Omar Rodriguez Lopez, Jack White et Clive Davis

Racontez-nous votre premier engagement rémunéré en tant qu’artiste

J’ai eu un groupe de blues qui s’appelait Expresso 4. En 2011, pour notre lancement officiel (j’avais 16 ans), nous avons décidé de produire un concert, alors, j’ai fait un arrangement avec une petite salle de théâtre à Chia. On a donné un acompte, puis on a vendu des billets pour notre concert. On a réussi à remplir la salle et à se garder un petit salaire pour nous. Ça n’a pas été ma meilleure prestation, mais ça a été mon premier souvenir d’engagement.

Si votre musique était un mets, que mangerait-on?

Je suggérerais plutôt un cocktail. Un mélange d’herbes, gingembre, rhum épicé, citron, cannelle et panela.

Quelle est votre plus grande fierté?

Je suis très fier d’avoir pris la décision, en 2015, de monter tout seul dans un avion à 19 ans avec deux valises, ma guitare et mes rêves pour venir à Montréal et recommencer à zéro. Le fait de découvrir la culture québécoise, de m’intégrer, d’avoir trouvé ma place dans ce milieu et de faire partie de la communauté des créateurs actifs à Montréal est un sentiment unique.

Qu’est-ce qui vous fait rire invariablement?

Mon frère Tomas, el padrino Léon, le sarcasme et l’humour noir!

Qu’est-ce qui vous fait inévitablement pleurer?

Les fins, la nostalgie, la déception.

Qu’aurait-on de la difficulté à croire à votre sujet?

Normalement, les gens ont l’impression que je suis quelqu’un de très sociable, de très extraverti et accessible. Mais en réalité, je suis quelqu’un d’un peu timide et qui va préférer les rencontres à deux ou trois personnes. Je déteste les clubs. J’adore les environnements sains et passer du temps avec des gens plus âgés que moi.