Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Nomad'Stones, Révélation Radio-Canada en musique du monde 2018-2019

En cette époque socialement et politiquement tumultueuse, marquée par des moments d’actualité désolants, la présence d’artistes comme Nomad’Stones est de l’ordre de l’essentiel. Formé à Montréal, le groupe se veut le reflet positif du monde actuel, où les différentes cultures se côtoient et se nourrissent dans un climat harmonieux. En résulte une musique vibrante et rassembleuse qui, sous le signe de l’unité, accueille le chaâbi, le jazz manouche, le rock et le reggae.

Nomad’Stones - Khawetna (Nos frères)

Nomad’Stones est mené par deux musiciens venus d’ailleurs : l’auteur-compositeur-interprète et guitariste d’origine algérienne Chakib Kouidri et la violoniste d’origine française Elsa CorgiéMarylène Messier (clarinette, saxophone et flûte), Tacfarinas Kichou (percussions), Mourad Benfodil (basse), Tito Sono (guitare manouche) et Sylvain Plante (batterie) viennent compléter la mosaïque culturelle à l’image de Montréal. En 2015, le groupe a remporté le prix Ali Maâchi (nom du poète et compositeur algérien), décerné par le ministère de la Culture d’Algérie. Un an plus tard, il est reparti avec le Syli de bronze de la musique du monde. Son premier album, au titre idoine, Et le monde danse, est sorti en avril 2017.

Voilà pour le résumé biographique. Faites plus ample connaissance avec la Révélation Radio-Canada en musique du monde 2018-2019 en consultant le questionnaire ci-dessous.

Comment est né Nomad’Stones et d'où vient le nom?
Le mot « nomade » sous-entend l’idée de liberté, de voyage, de découvertes et de rencontres réalisées au cours de notre vie. Quant à « stones », il fait référence aux premières pierres de l’existence, aux racines qui sont à la base de chaque vie. Nomad’Stones est né de la rencontre de ces idées.

Pouvez-vous décrire votre musique, en deux mots et une image?
Everywhere is home, everyone is family.

La question « Céline Dion » : à quel moment avez-vous su que vous étiez destinés à faire de la musique?
C’est lorsqu’on a ressenti qu’il était désormais impossible de s’exprimer autrement qu’à travers la musique.

Parlez-nous de Montréal, une ville qui semble être au cœur de votre musique…
Montréal, c’est la ville où nous nous sommes rencontrés. C’est la ville où beaucoup de gens se rencontrent, à vrai dire. C’est la ville de tous les possibles, où le vent te souffle de lancer tes projets, où la musique se respire, où la lumière peut se faire rare, mais frappe d’une telle générosité quand elle apparaît qu’on se redécouvre sans cesse.

Quel est l’endroit sur terre (ou ailleurs) où vous rêvez de vous produire en spectacle?
Nous rêvons de faire partager notre musique aux gens dont personne ne parle, dans des endroits qui semblent avoir été oubliés.

Quelle est l’œuvre ou la chanson qui frise la perfection, selon vous?
Una palabra, de Carlos Varela (extrait du film Man on Fire).

Projet fou : vous avez carte blanche pour créer le spectacle de vos rêves, mais vous devez recruter une tête d’affiche. Qui choisissez-vous et pourquoi?
Manu Chao. Parce qu’il est fou, parce qu’il est vrai et que c’est une bête de scène qui dégage énormément d’amour.

Si l’on vous donnait une carte chouchou vous permettant de participer à l’émission de Radio-Canada de votre choix (radio ou télé), à n’importe quel moment, laquelle choisiriez-vous?
Tout le monde en parle.

À part la musique, qu’est-ce qui occupe votre vie?
La vie, dans tous ses détails.

Qu’est-ce que les gens ne savent pas encore de votre groupe et que vous êtes prêt à dévoiler ici?
La mère de Tacfarinas, notre percussionniste, fait les meilleures pâtisseries au monde!