Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Notes de voyage : Tourisme virtuel à Madrid

Par
Stéphan Bureau

Je propose aux « voyageurs immobiles » une escale dans une ville qui a été secouée, sinon même ébranlée, par la tempête de la COVID-19 : Madrid.

Écoutez Notes de voyage : tourisme virtuel à Madrid
Écoutez Notes de voyage : tourisme virtuel à Madrid

Diffusion : 3 mai 2020

Audio

Vous avez évidemment compris qu’il n’y a aucune pulsion de curiosité morbide qui anime ma démarche depuis quelques émissions, mais au contraire une envie féroce d’être solidaire avec ces endroits malmenés que j’aime tellement et espère retrouver, exactement comme on a hâte de prendre dans nos bras ceux qui nous sont chers.

L’Espagne sort donc très tranquillement d’un confinement extrême et douloureux de plusieurs semaines. Comme ses voisins terrassés par le virus, elle n’a pas tardé à augmenter l’offre culturelle numérique. La porte d’entrée principale pour accéder aux richesses de ce qui est souvent classé au patrimoine de l’humanité est Espana es cultura ou Spain is culture.

Plusieurs visites virtuelles sont proposées. Pas seulement des musées.

Le site de l’Alhambra peut être parcouru du bout des doigts; beaucoup moins exténuant que pendant la canicule de l’été.

D’abord, un petit détour par Barcelone

Les amateurs de Picasso pourront se réjouir aussi du beau travail qui a été fait en ligne avec les collections du musée Picasso de Barcelone. Le peintre a amorcé sa carrière dans la métropole catalane et y a fait aussi sa première exposition, en 1900, à l’âge de 19 ans.

De tous les musées Picasso du monde, c’est probablement celui qui dispose du plus grand nombre de toiles, dessins et objets.

Le projet de créer un espace pour accueillir à Barcelone les œuvres de Picasso avait été imaginé par un de ses amis dans les années 30, mais ce n’est qu’en 63 que l’établissement a ouvert ses portes.

L'intérieur du musée Picasso à Barcelone

Avez-vous déjà remarqué que les tableaux de Picasso représentent souvent des musiciens?

De ses tableaux de jeunesse jusqu’aux œuvres qu’il a peintes dans les dernières années de sa vie, en passant par sa période cubiste où il s’amusait à décomposer des guitares, la musique semblait fasciner le peintre.

Guitare de Picasso

Le Reina Sofia

Gardons, si vous le voulez, Picasso comme prétexte pour amorcer notre visite le long du très beau quartier Paseo del Arte à Madrid.

 Le Reina Sofia, pas très loin de la gare de Madrid, est un musée consacré à l’art du vingtième siècle.

C’est ici que l’on peut admirer le célèbre Guernica qu’a peint Picasso pour exprimer sa douleur après les bombardements du village par l’aviation des forces fascistes.

Tout a déjà été dit sur le tableau de Picasso; il faut s’arrêter devant 15 minutes pour en apprécier toute la violence.

<i>Guernica</i>, de Pablo Picasso

Le musée Reina Sofia possède quelques très belles toiles d’un autre grand maître de cette époque, Juan Gris.

Tout comme celle de Picasso, la décomposition cubiste qu’il a commencé à expérimenter pendant la Grande Guerre a été directement influencée par les grands maîtres du 19e siècle.

Difficile de retrouver Corot ou Cézanne dans les images cubistes, mais l’ADN est pourtant là.

Je vous suggère ce magnifique portrait de Josette Gris que l'on retrouve sur le site du Reina Sofia.

Portrait de Josette Gris

De tous les grands musées de Madrid, le Thyssen-Bornemisza est celui que je préfère.

Je vous y convie principalement pour admirer le travail de peintres américains. Ceux-ci sont rarement autant mis en valeur dans les autres musées.

Je suggère de s’arrêter sur une image peinte plus récemment par Edward Hopper. Son tableau Chambre d’hôtel est la représentation désespérante de notre condition de confinés.

Chambre d'Hôtel d'Edward Hopper

Toute l’œuvre de Hopper est d’ailleurs annonciatrice de notre solitude moderne.

Son célèbre Nightawks, avec des personnages distancés au bar d’un restaurant, pourrait être l’affiche officielle de la crise!

La célèbre toile Nighthawks d'Edward Hopper.

Le peintre américain Martin Johnson Heade est souvent déclassé par plusieurs de ses contemporains qui lui font de l’ombre.

C’est au Thyssen-Bornemisza que j’ai pour la première fois été frappé par la beauté délicate de l’un de ses paysages. Jersey March (Les marais de Jersey) est un tableau éblouissant.

La lumière assez spectrale du tableau de Heade nous place naturellement dans un état de douce contemplation.

S’il y a quelque chose comme un effet thérapeutique qui peut être associé à la fréquentation des belles choses, je recommande le tableau de Heade pour calmer l’angoisse.

Jersey March (Les marais de Jersey) de Martin Johnson Heade

Chase et Sargent

Dans le petit panthéon de la peinture américaine de la deuxième moitié du 19e siècle, John Singer Sargent et William Merritt Chase font figure de géants. Leur talent de portraitistes, particulièrement, a fait leur fortune auprès des barons de l’industrie.

Ils n’ont collaboré qu’une fois, fascinés tous les deux par La Carmencita, une danseuse espagnole qui a posé pour eux en 1890. Le résultat de cette séance de pose n’est pas à Madrid, mais on peut y admirer deux très beaux portraits de femmes qui font bien voir le dialogue distant qu’entretenaient les deux peintres.

La Carmencita de John Singer Sargent

Mon plus grand coup de cœur du musée Thyssen-Bornemisza est un petit tableau de Winslow Homer, un autre Américain que j’affectionne de plus en plus.

La scène de plage sur laquelle j’attire votre attention est quasi impressionniste et fait voir le bonheur léger des baigneurs.

Si vous inspirez assez fort en regardant le tableau de Homer, vous allez sentir la mer… avec un peu d’effort entendre aussi les enfants.

Sur la plage de Winslow Homer

Le célèbre Prado

Dernier arrêt de notre voyage virtuel : le musée du Prado.

Le site web du musée, très bien fait, est abondant et offre des itinéraires de découverte en espagnol ou en anglais.

Avec Velasquez et Rubens, Goya est l'une des grandes vedettes du musée. Les tableaux célèbres qui documentent l’occupation de l’Espagne par les troupes de Napoléon ont beaucoup contribué à sa renommée.

Peinte en 1814, cette toile est aussi connue sous le nom Les Fusillades du 3 mai.

Je vous propose quelque chose d’aussi noir, mais dans un registre beaucoup plus fantastique.

Saturne dévorant un de ses fils est justement une des peintures dites « noires » de Goya, probablement la plus célèbre.

Saturne dévorant un de ses fils

Peinte dans l’intimité de sa maison, cette série de tableaux laisse apprécier surtout les fantasmes non censurés de création de Goya.

Bosch

Jerôme Bosh a laissé à la postérité des tableaux qui, encore aujourd’hui, sont des énigmes codées. Le Prado possède très probablement le plus célèbre de tous ces tableaux à clé.

Le Jardin des délices de Jérôme Bosch

Je vous propose une piste ludique pour comprendre le tableau et occuper vos journées de confinement sous la forme d’un roman : Le mystère Jérôme Bosch de Peter Dempf.

La dame en bleu

Je voulais terminer sur une note de beauté absolue. L’objet central en est une dame en bleu. Pas celle de Michel Louvain, celle du grand Angelico, Fra Angelico qui a réalisé ce qui est pour moi la plus belle Annonciation de l’histoire de la peinture avec celle de Bellini.

L'Annonciation de Fra Angelico

Pour connaître le titre d'une œuvre entendue à l'émission, consultez la page Musiques diffusées du site d’ICI Musique

Globe-trotter

Envie de mettre les voiles, de faire vos malles, d'aller voir ailleurs si vous y êtes? Laissez-vous charmer par ces artistes d'ici ou d'ailleurs, dont les airs imprégnés de reggae, de musique cajun, innue, brésilienne, arabe ou africaine nous transportent loin du quotidien. Bonne route!

Manu Chao, Alpha Blondy, Amadou et Mariam, Henri Salvador, Bet.e and Stef, Damien Robitaille, Tiken Jah Fakoly, La Chango Family, MC Solaar, Didier Awadi, Bïa, Bernard Lavilliers, Juan Sebastián Larobina, etc.

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.