Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Notes de voyage : tourisme virtuel en Italie

Par
Stéphan Bureau

Bonjour à tous les confinés! Cette semaine, nous vous proposons un départ virtuel pour un pays endeuillé qui a beaucoup retenu l’attention des médias récemment, l’Italie.

Écoutez Notes de voyage : tourisme virtuel en Italie
Écoutez Notes de voyage : tourisme virtuel en Italie

Diffusion : 19 avril 2020

Audio

En l’espace de quelques semaines seulement, les scénarios de science-fiction liés à cette pandémie mondiale sont devenus notre « nouveau normal ». Le tourisme virtuel fait peut-être déjà partie de cette nouvelle donne. L’Italie, confinement précoce oblige, a donc commencé très tôt à mettre en valeur son patrimoine sur le web.

En voici un survol, qui, je l’espère, vous fera voyager de votre salon.

La culture ne s’arrête jamais

Depuis la fermeture de tous les grands établissements culturels italiens le 10 mars dernier, le ministère de la Culture s’est rapidement mis au travail pour en laisser virtuellement les portes ouvertes avec la mise sur pied du site Culture Never Stops.

Six sections permettent d’explorer, à l’abri du virus, le théâtre, le cinéma, la musique, les livres, l’enseignement et les riches musées italiens. Des expositions attendues, annulées pour cause de pandémie, offrent des visites virtuelles.

Venise

Venise, la sérénissime, a été une de nos premières destinations ensemble. La double malédiction des inondations de l’automne, les acqua alta, et de la pandémie risque de coûter très cher à cette ville fragile qui va très probablement se découvrir un appétit nouveau pour le retour des visiteurs.

En attendant, je vous suggère de vous mettre en appétit en allant faire un tour au palais vénitien de Peggy Guggenheim.

Le palais vénitien de Peggy Guggenheim

Un bijou de maison que la riche héritière s’était acheté en 1949 pour fuir la vulgaire Amérique… avec un peu d’effort, on peut imaginer l’ambiance des soirées qu’elle donnait dans ses jardins qui bordent le canal.

L’Américaine a été une des premières mécènes à flairer le talent de Jackson Pollock, créateur de l’expressionnisme abstrait.

Toute l’œuvre du peintre ne me touche pas également, mais j’ai une grande affection pour La forêt enchantée.

La forêt enchantée de Jason Pollock

Toujours dans la collection de madame Guggenheim, je retiens deux images clés de la peinture surréaliste  : La tour rouge, de Giorgio De Chirico, et L’empire des lumières, de René Magritte.

La tour rouge
L'empire des lumières de René Magritte

La Chapelle des Scrovegni de Padoue

C’est avec la musique extraite de la bande originale du film Le patient anglais, celle de Jean-Sébastien Bach, que j’avais tenté de décrire dans une de nos premières émissions l’émotion qui m’avait saisi quand je suis entré dans la petite Chapelle des Scrovegni de Padoue.

La Chapelle des Scrovegni de Padoue

Le parallèle avec la scène du film où Juliette Binoche est hissée vers la voûte d’une église, torche à la main, pour admirer des fresques me paraît aujourd’hui encore le meilleur pour décrire mes sensations.

Le grand Giotto a laissé sur les murs de la toute petite et fragile chapelle une série de fresques qui offre une expérience d’art immersif, six siècles avant même que le concept ne soit officiellement inventé.

L'une des fresques de Giotto que l'on retrouve à la Chapelle des Scrovegni de Padoue

Le musée des Offices à Florence

Prochain arrêt : Florence, autre destination très convoitée par les touristes et où l’épidémie a engendré un silence que la ville n’avait probablement pas connu depuis longtemps.

Le musée des Offices, le plus populaire d’Italie avec plus de 2 millions de visiteurs, est aussi accessible pour des visites virtuelles.

Je recommande d’aller jeter un coup d’œil sur le portrait en médaillon de la Sainte Famille peint par Michel-Ange, le Tondo Doni. Les couleurs et les volumes de la toile font bien voir aussi la grande proximité avec Raphaël, qui a travaillé à Florence en même temps que Michel-Ange.

Le portrait en médaillon de la Sainte Famille

Si vous passez un peu de temps au musée des Offices à Florence, vous comprendrez rapidement que la célébrissime Vénus de Sandro Botticelli est à l’institution ce que la Joconde est au Louvre. La belle est un peu l’image de marque du musée, et j’ai parfois eu l’impression que certains touristes ne venaient que pour voir ce tableau.

La Naissance de Vénus de Sandro Botticelli

À quelques mètres, presque ignorée des foules, une autre Vénus, peinte aussi par Botticelli, mais un peu plus chastement vêtue, attire davantage ma curiosité. Primavera, le Printemps, est une toile plus dense, sombre et aussi plus mystérieuse.

Primavera de Sandro Botticelli

Je vous propose d’aller jeter un coup d’œil, avant de quitter les Offices, à un dernier chef-d’œuvre , Le sacrifice d’Isaac, peint par le Caravage au tournant du 17e siècle.

Le sacrifice d’Isaac du Caravage

Un thème qui me paraît avoir un écho très contemporain alors que notre foi est beaucoup testée par les circonstances difficiles.

Je ne rate jamais une occasion d’aller au musée découvrir ou revoir des toiles du Caravage.

À quelques centaines de mètres des Offices, de l’autre côté de l’Arno, que l’on veut traverser par le Ponte Vecchio, le palais Pitti possède le tableau du Caravage que je préfère entre tous : Amour endormi.

Amour endormi du Caravage

Rome

Lors de notre dernière escale à Rome, nous n’étions pas entrés dans le très joli et discret musée Doria Pamphillj, une des plus belles collections privées de la ville éternelle.

Le musée regorge de trésors que vous pourrez aller découvrir en ligne, spécialement quelques toiles de la Renaissance italienne.

C’est cependant l’Espagnol Diego Velásquez qui retient toute mon attention. Son Portrait d’Innocent X est… foudroyant.

Le regard directement braqué sur nous l’est tout autant.

Portrait d’Innocent X de Diego Velásquez

Le Musée national de Rome, presque adjacent à la grande station Termini, est une autre de ces adresses phénoménales souvent ignorées des voyageurs.

J’attire votre attention sur ce qui est pour moi la pièce de résistance, le mot est bien choisi puisqu’il s’agit d’une série de fresques qui ornaient les pièces de la grande villa de Livia, épouse de l’empereur Auguste.

Également, les scènes de nature qui ornaient les murs de la villa sont non seulement apaisantes, mais font presque entendre les bruits de la forêt.

L'une des scène de nature au Musée national de Rome

Le Christ voilé à Naples

En terminant, dernière escale, à Naples, plus précisément à la chapelle Sansevero pour aller admirer son Christ voilé.

Un travail de sculpture qui donne à la chair du marbre une légèreté qui n’a pas beaucoup d’équivalents.

Le Christ voilé à la chapelle Sansevero

Pour connaître le titre d'une œuvre entendue à l'émission, consultez la page Musiques diffusées du site d’ICI Musique

Venise

Ah! Venise... Ses canaux, son carnaval, ses couleurs, ses habitants, ses compositeurs... Laissez-vous bercer par les mélodies de Vivaldi et de ses compatriotes vénitiens qui savent nous enchanter si merveilleusement grâce à leurs plumes.

Antonio Vivaldi, Claudio Monteverdi, Giovanni Gabrieli, Tomaso Albinoni, Giovanni Girolamo Kapsperger, etc.

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.