Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Notes de voyage : Amsterdam (première partie)

Par
Stéphan Bureau

Cette semaine, Notes de voyage fait une escale dans la capitale des Pays-Bas, Amsterdam.

Écoutez Notes de voyage sur Amsterdam (1ère partie)
Écoutez Notes de voyage sur Amsterdam (1ère partie)

Diffusion : 15 mars 2020

Audio

J’ai bien écrit « la capitale des Pays-Bas » et non « la capitale de la Hollande »; deux noms qu’on a tendance, à tort, à utiliser indifféremment.

La Hollande désigne deux provinces, au nord et au sud. Amsterdam, plus grande ville du pays, se trouve en Hollande-Septentrionale, et Rotterdam, la deuxième ville en importance, se trouve en Hollande-Méridionale.

La carte géographique des Pays-Bas

Il n’en fallait pas davantage pour que l’on confonde les deux provinces avec l’ensemble du pays que sont les Pays-Bas. Un territoire minuscule, très densément peuplé, où vit le plus grand peuple de la terre. Je fais référence à la grandeur moyenne des habitants – six pieds pour les hommes et cinq pieds six pour les femmes!

Une ville extrêmement visitée

Si l’expression « ville cool » était une origine contrôlée, Amsterdam aurait été le modèle pour en développer le cahier des charges!

Cette année, la ville a attiré 20 millions de touristes. Un nombre qui condamne à la congestion permanente la toute petite Amsterdam.

Une rue bondée à Amsterdam

La popularité de la ville est telle que les autorités municipales encouragent maintenant les touristes à coucher en périphérie.

Lors de mon séjour, j’ai fait le pari de les écouter en choisissant un hôtel situé en banlieue – le très chouette hôtel V de la Fizeaustraat – sans jamais le regretter.

Les chambres sont spacieuses et bien conçues. Le service est surtout exceptionnel. Le prix est très abordable pour Amsterdam. Le quartier est calme sans jamais donner l’impression d’être trop excentré. Le métro est à quelques centaines de mètres de l’hôtel et vous laisse au centre-ville en 5 minutes.

L’exploration des canaux

Une pleine journée devrait être consacrée à l’exploration de la ville, sans objectif, pour l’apprivoiser. Les rues et les canaux forment une espèce de toile d’araignée qui peut dérouter même ceux qui ont le meilleur sens de l’orientation.

Le simple bonheur d’admirer les chics maisons qui ont été construites pendant le siècle d’or justifie quelques longues marches.

Le quartier du Grachtengordel, situé dans le district Centrum, est le cœur vivant de cet héritage architectural. Je ferais en sorte d’ajouter au programme un petit détour en direction du béguinage d’Amsterdam, un ensemble de bâtiments qui remonte au Moyen Âge.

Comme Venise, Amsterdam est traversée par des canaux. Le contact avec l’eau est partout possible. C’est 75 kilomètres de canaux qui sillonnent la ville, et près de 1000 ponts qui les enjambent.

L'un des nombreux canaux d'Amsterdam

L’exploration de ces canaux en bateau-mouche est un grand classique, mais les circuits sont assez convenus et ne font pas vraiment découvrir une face cachée de la ville qui échapperait aux simples marcheurs.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le vélo n’est pas non plus une option très sympathique pour explorer le centre de la ville.

Les Pays-Bas sont champions en matière de cyclomobilité, avec un nombre plus élevé de vélos que d’habitants, mais la densité de circulation au centre d’Amsterdam rend l’exercice attrayant qu’aux seuls touristes.

Des vélos stationnés sur un pont d'Amsterdam

Où manger

J’ai toujours aimé manger à Amsterdam, particulièrement pour la gastronomie indonésienne, qui est très bien représentée. Je vous recommande deux restaurants qui proposent cette cuisine.

Kantjil and the Tijger. Le petit comptoir pour emporter est parfait pour le lunch, sa salle à manger offre quelque chose de plus élaboré pour ceux qui veulent faire la totale.

Un peu en périphérie, et pas très loin de l’hôtel V (si vous choisissez d’y séjourner), j’ai beaucoup aimé le Mama Makan. Le restaurant est au rez-de-chaussée de l’hôtel Hyatt. Les satay, particulièrement, sont très réussis.

Deux autres suggestions (en dehors de la cuisine indonésienne) :

Choux. Le resto qui se spécialise dans la gastronomie végane a des allures de cantine familiale sympathique. Viandes et poissons ne sont pas boudés pour autant, mais ont la portion congrue dans l’offre du chef. Tout ce que j’ai goûté était épatant.

L’équipe en cuisine du Daalder est davantage tournée vers les expériences moléculaires. Le petit menu gastronomique du midi peut se ventiler sur trois, quatre ou même sept plats. Il faut compter 37 euros pour un menu trois plats. Ce n’est pas donné, mais ça vaut largement le coût.

Sinon, je recommande particulièrement toutes les adresses du chef Ron Blaauw; son Gastrobar notamment. Les dims sums du dimanche y sont particulièrement réussis.

Le restaurant Daalder

Deux maisons à visiter

On ne se remplit pas que la panse à Amsterdam. C’est une grande ville de culture.

Je suggère fortement de faire un détour par la maison de Rembrandt, un petit musée qui attire un peu moins les foules que les autres et dont j’apprécie particulièrement l’ambition pédagogique. Il faut entrer dans l’intimité de Rembrandt pour découvrir comment le grand maître célébré peut avoir fait faillite alors qu’il était au sommet de son art.

La visite de la maison nous met particulièrement en contact avec son travail de graveur, la marque, sans jeu de mots, la plus révélatrice de son immense talent.

Le Musée de la maison Rembrandt

L’autre maison/musée célèbre d’Amsterdam est celle où se sont cachées la jeune Anne Frank et sa famille pendant plusieurs mois lors de la Deuxième Guerre.

La petite maison n’a rien de spectaculaire, et c’est précisément ce qui donne du poids à l’expérience. La pudeur et l’absence d’effets dans ce musée qui est davantage un mémorial permettent simplement de mieux ressentir ce que devait être la vie de ceux qui ont vécu cachés, la peur au ventre, pendant des années.

Les réservations doivent se faire des semaines à l’avance. C’est de la planification, mais n’hésitez pas à faire l’effort si vous pensez partir vers Amsterdam.

Une statue de cire de la Maison Anne Frank

Le Red Light District

Même si le quartier rouge, celui de la prostitution, fait encore partie de la réputation de la ville, je n’en ferais pas un arrêt obligatoire.

La tolérance des autorités à la consommation de drogues douces et la prostitution légalisée ont indéniablement longtemps été au nombre des charmes recherchés par les touristes. Le rapport à la drogue n’est plus exactement le même pour beaucoup de Nord-Américains qui voyagent aujourd’hui aux Pays-Bas.

Le quartier rouge exerce encore, de toute évidence, une puissance d’attractions auprès des visiteurs. Je ne souffre d’aucune pudibonderie, mais je n’arrive pas à trouver de liens joyeux et sensuels à ce spectacle somme toute assez glauque et déprimant.

Le Red Light d'Amsterdam

Notes de voyage, dimanche 10 h sur les ondes d'ICI Musique

Pour connaître le titre d'une œuvre entendue à l'émission, consultez la page Musiques diffusées du site d’ICI Musique

Stéphan Bureau

Le côté frais et pimpant de la musique classique, pour vous permettre de bien commencer la journée ou encore de la terminer avec un sursaut d'énergie bienfaitrice! Une webradio à la fois alerte et légère, remplie de mélodies inoubliables.

Allegros et prestos issus de la plume des plus grands compositeurs comme Vivaldi, Mozart, Bach, Beethoven, Dvorak, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.