Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

André Sauvé, DJ du dimanche : la joie à travers la tristesse

Par
François Marchesseault

Pour nous faire oublier la slush et le mois de février, l’humoriste André Sauvé propose comme premier titre de son « DJ du dimanche » la pièce Fais comme l’oiseau, de Michel Fugain. Difficile de dire que le ton est donné, puisqu’il enchaîne coup sur coup avec Patrick Watson (Je te laisserai des mots), puis avec la splendide Dis tout sans rien dire, de Daniel Bélanger. Tout au long de cette heure d’échanges autour de la musique au microphone de Monique Giroux, nous découvrons en André Sauvé un très grand mélomane.

DJ du dimanche : André Sauvé
DJ du dimanche : André Sauvé

Chants libres à Monique du 1er mars 2020

Audio

Dès son plus jeune âge, la musique a fait partie intégrante de sa vie. Avant même de savoir lire, il tenait dans ses mains le cahier de La bonne chanson, pendant que son père jouait de l’orgue ou de l’accordéon.

« Mon père m’emmenait voir parfois des spectacles de musique classique gratuits à l’église. Il m’a initié au classique. Dans les cinq [enfants], j’étais celui qui était le plus sensible à ça. J’écoute beaucoup de classique chez moi », raconte l’humoriste.

André Sauvé profite d’ailleurs du moment pour nous faire entendre La vestale, « O Nume tutelar », interprétée par Maria Callas. Bien que le segment DJ du dimanche soit ouvert à tous les genres musicaux, l’humoriste, passionné de classique, est le premier à emprunter cette voie.

Plusieurs pièces tristes sont au programme, et tant d’autres auraient pu s’ajouter à sa sélection musicale. La tristesse et la mélancolie dans les chansons ne le rendent pas nécessairement maussade, au contraire. Il cite alors Victor Hugo, qui, dans son roman Les travailleurs de la mer, a écrit bellement et avec justesse : « La mélancolie, c’est le bonheur d’être triste. »

Louis-Jean Cormier, Brigitte Fontaine, Barbara, Richard Desjardins et l’extraordinaire Lhasa de Sela, dont on s’ennuie tant, font tous partie des coups de cœur que nous fait entendre ici André Sauvé.