Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Nathalie Bondil, DJ du dimanche : le bonheur d’écouter 100 fois la même chanson

Par
François Marchesseault

Malgré son agenda chargé, la directrice générale et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal, Nathalie Bondil, a pris un moment pour s’amuser à jouer les DJ au microphone de Monique Giroux. Complainte de la serveuse automate, chantée par Fabienne Thibeault, Pendant que les champs brûlent, de Niagara, Enfant de la terre, de Samian, ou encore Je suis venu te dire que je m’en vais, de Serge Gainsbourg : elle nous présente une touchante sélection musicale.

DJ du dimanche : Nathalie Bondil
DJ du dimanche : Nathalie Bondil

Chants libres à Monique du 9 février 2020

Audio

Entre la Bolduc et Édith Piaf, deux autres de ses choix, Nathalie Bondil voit un lien fort. Ces deux femmes rassembleuses ont réussi à transmettre au peuple, en français, leurs espoirs ainsi que leurs rêves, à une époque où la musique se faisait plus rare. En effet, on y donnait vie surtout dans les foyers et elle ne se trouvait pas au bout d’un seul clic, comme c’est le cas de nos jours.

« Ce sont vraiment des personnalités qui ont libéré la parole des femmes, au sens propre et figuré, par leur voix. Pour moi, Édith Piaf reste tout de même l’une des plus grandes interprètes », raconte Nathalie Bondil.

L’intérêt de Nathalie Bondil pour la chanson française lui vient de sa mère, qui lui a fait découvrir la Môme. Cette influence maternelle lui a également fait aimer les voix de Brel, de Brassens et de tous les autres grands chansonniers de l’époque. Aujourd’hui, son amour de la chanson se vit au quotidien.

Elle se moque même un peu d’elle-même en évoquant la ferveur qui l’habite à l’écoute d’une pièce : « C’est le plaisir de chanter à tue-tête dans la voiture, extrêmement fort, et de répéter des centaines de fois le même morceau, ce qui rend absolument folle ma fille, qui trouve ça totalement cacophonique et insupportable. »

La mélomane se console en se disant qu’Andy Warhol aussi aimait écouter la même pièce musicale, à répétition, sans s’en lasser. On ne se lasse pas non plus d’écouter Nathalie Bondil et Monique Giroux nous parler ici de leur passion pour la chanson francophone et des grandes émotions qu’elle nous fait vivre.