Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Les chimpanzés dansent-ils comme des êtres humains?

Par
François Lemay

Nous, les êtres humains, nous aimons la musique depuis… toujours! En fait, notre appréciation de la musique remonte à très très loin dans l’histoire de l’espèce humaine, et même au-delà, puisque des recherches menées au Japon viennent de révéler que même les chimpanzés ont de l’oreille. Figurez-vous que ces grands singes aiment… danser!

Cette découverte, comme bien d’autres, est arrivée un peu par accident, un accident qui s’est produit dans un laboratoire japonais, en 2014.

Yuko Hattori, primatologue, mène une recherche pour laquelle elle essaie d’apprendre à une femelle chimpanzé à tenir un rythme musical. Pour ce faire, Hattori fait entendre une note répétitive au singe et tente de lui apprendre à répéter le rythme entendu sur un petit clavier. Si le chimpanzé réussit, on lui donne un morceau de pomme.

Et cela fonctionne assez bien, d’autant plus qu’il y a une récompense au bout du processus, ce qui constitue la manière éprouvée d'entraîner un animal à adopter un comportement. Si vous avez un chien, vous comprenez exactement de quoi je parle!

Or, dans le laboratoire voisin, quelque chose se produit au même moment, chose qui vient un peu perturber le cours de cette expérience : un chimpanzé, qui se trouve à être le fils de celle qui apprend le rythme en échange de morceaux de pomme, balance son corps d’avant en arrière au rythme de la musique. Il danse. Sans récompense.

C’est cette découverte qui a mené Hattori à pousser plus loin ses recherches en ce sens. Elle vient d’ailleurs de publier un article à ce sujet qui a provoqué une petite commotion dans le milieu de la recherche sur les primates, mais aussi en biologie cognitive, la branche de la science qui étudie le lien entre la cognition (l'ensemble des processus mentaux qui se rapportent à la fonction de connaissance et mettent en jeu la mémoire, le langage, le raisonnement, l'apprentissage, l'intelligence, la résolution de problèmes, la prise de décision, la perception ou l'attention) et la biologie. L’idée étant que chaque organisme vivant, qu’il soit unicellulaire ou complexe, est continuellement engagé dans une relation de stimuli et de réponses avec son environnement.

Selon une chercheuse spécialisée dans ce domaine en lien avec l’évolution du rythme, de la parole et de la musique, cette étude pourrait nous aider à mieux comprendre l’évolution et la fonction de la danse chez les êtres humains. Rien de moins.

La fameuse étude

Afin de démontrer que ce chimpanzé dansant sans récompense n’était pas que le fruit du hasard, Hattori et ses collègues ont choisi sept chimpanzés (trois mâles et quatre femelles) et leur ont fait écouter des clips de deux minutes dans lesquels on pouvait entendre des notes de piano jouées de façon répétitive, à intervalles réguliers.

Le résultat a été probant! Toutes les fois, les singes ont « dansé » au rythme de la musique, en balançant leur corps d’avant en arrière, en tapant dans leurs mains ou en tapant du pied en suivant le rythme, certains allant même à pousser quelques hurlements pouvant passer pour du chant.

L’équipe de recherche voulait aussi vérifier si les singes dansaient uniquement sur de la musique « organisée » ou si une séquence de sons entendue dans la nature pouvait provoquer le même comportement. Eh bien, sachez que nos amis chimpanzés apprécient tout autant la musique produite par l’être humain que celle émanant de la nature, particulièrement le son de la pluie sur les feuilles des arbres. Cela pourrait signifier que les primates ont commencé à danser, naturellement, au rythme de la nature bien avant que l’être humain ne le fasse.

Pourtant, ma perruche fait la même chose. Quelle est la différence?

Toujours selon Hattori, il y a deux différences majeures. La première est que, généralement, ce type de comportement, que l’on remarque chez des animaux vivants en captivité tels que les perruches ou les otaries, c’est qu’ils ont appris à le faire pour recevoir, généralement, une récompense sous forme de nourriture ou d’attention.

La deuxième tient dans le fait que le chimpanzé est le seul animal, avec l’être humain, chez qui le désir de danser est spontané et naturel.

Alors, si jamais l’envie vous prend de vous reconnecter avec votre côté animal, dansez! Et si jamais vous n'y arrivez pas tant, vous aurez au moins du plaisir!