Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Notes de voyage : la légendaire côte amalfitaine

Par
Stéphan Bureau

Cette semaine, cap sur une destination ensoleillée, parfumée au citron et dont les paysages enflamment l’imagination depuis des millénaires : la légendaire côte amalfitaine, en Italie.

Écoutez Notes de voyage sur la côte amalfitaine
Écoutez Notes de voyage sur la côte amalfitaine

Diffusion : 26 janvier 2020

Audio

La côte amalfitaine s’étend sur quelques dizaines de kilomètres à peine, mais les petits villages qui la ponctuent semblent tous inscrits dans le panthéon fantasmé des destinations vacances du touriste sophistiqué. Une réputation parfaitement conforme à la grande beauté des lieux, mais qui doit quand même être un peu nuancée. Les images de cartes postales ne montrent jamais la congestion folle qui gagne la côte pendant la douce saison.

Sorrente, qui est le chef-lieu et un peu le point de départ quand on visite cette région, est l’exception dans le paysage. La ville est moins enclavée, elle a un lien ferroviaire avec Naples et dispose d’infrastructures plus importantes. C’est ici que j’aime établir mon camp de base.

Sorrente

Se rendre à partir de Naples

De Naples, se rendre à Sorrente est facile et relativement rapide en transports en commun.

Nombre d’autobus font la liaison au départ de Naples, mais je préfère prendre le Circumvesuviana, train de banlieue qui longe toute la baie napolitaine. Celui-ci se prend directement de la station de train Garibaldi à Naples et vous laisse à destination 70 minutes plus tard.

Pour connaître le titre d'une œuvre entendue à l'émission, consultez la page Musiques diffusées du site d’ICI Musique.

Sorrente

Sorrente n’a pas le cachet typique des villages de la côte, mais c’est toujours, à mon goût, le meilleur choix pour rayonner sur toute la région.

À moins de choisir un hôtel cher sur la côte amalfitaine, je préfère avoir la petite masse critique de services qu’on retrouve à Sorrente et ne pas être l’otage de la géographie.

Où loger à Sorrente

Mes préférences vont à la maison Tofani, un petit hôtel dans le centre historique. L’édifice du 18e siècle, complètement restauré, ne laisse pas soupçonner la modernité de son design. L’accueil est plus que chaleureux; vous aurez l’impression d’être chez des amis.

La jolie Piazza Tasso, centre de gravité naturel de la ville, est bordée d’un côté par le port et de l’autre par le Corso Italia, la grande avenue commerciale de Sorrente, mais je vous assure qu’on est très loin des Champs-Élysées ou de la cinquième avenue à New York. Cela dit, le Corso a tout de même un aspect kitch et provincial rassurant.

La Piazza Tasso à Sorrente

Où boire et manger à Sorrente

– La grande terrasse du Bellevue Syrene, un hôtel chic qui accueille avec bienveillance les touristes qui veulent siroter une consommation. Pour bien profiter de la vue sur la baie, rendez-vous en début de soirée.

– Le casse-croûte le plus cool de la ville, le Fauno. On est très loin d’une expérience haut de gamme, mais l’esprit de l’endroit compense avec sa simplicité efficace. Super pour dîner.

Capri

Capri est un peu comme le Monaco de la côte amalfitaine. La toute petite île d’une dizaine de kilomètres qui fait face à Sorrente est le terrain de jeu des personnes riches et célèbres depuis longtemps déjà.

L'île de Capri

À moins d’avoir votre hélico, vous arriverez à Capri au port Marina Grande. Le plus simple est alors de sauter dans le funiculaire pour monter jusqu’à la piazza Umberto ou de faire comme moi et grimper à pied.

La piazza Umberto est le point central de la vie à Capri et vous donne immédiatement une idée de ce qui vous attend; un décor de cinéma à la hauteur de tout ce que vous avez imaginé.

Capri se visite lors d’une longue excursion d’une journée. Toutefois, si vous décidez d’y rester quelques jours, je vous conseille de vous installer de l’autre côté de l’île, à Anacapri, la petite sœur moins glamour et moins chère de Capri.

À voir à Capri :

-Les ruines de la villa Jovis, ultime demeure de l’empereur Tibère. Le monde a beaucoup changé en 2000 ans, mais la beauté des lieux est éternelle.

-Le mont Solaro, point culminant de l’île avec son sommet à 589 mètres. L’ascension en télésiège se fait du côté Anacapri. À ne pas manquer.

Positano

Des maisons colorées empilées les unes sur les autres, accrochées autour d’une petite rue qui mène à la mignonne plage de sable gris. Au premier coup d’œil, Positano a un look de port de pêche, mais c’est surtout un appât pour attirer les touristes et leur argent.

Comprenons-nous bien, Positano n’est pas dénué de charmes, tant s'en faut, mais je n’en ferais pas le cœur de mon périple.

Positano

Le sentier des dieux

Non loin de Positano, le sentiero Degli Dei longe la crête à quelques centaines de mètres au-dessus de la mer Tyrrhénienne. Ce sentier, très bien nommé, donne effectivement à voir des paysages divins. Assurément l’une des dix plus belles randonnées que j’ai faites.

Les plus courageux peuvent rejoindre la piste en montant un escalier de 2420 marches à partir de la superbe petite plage de Fiordo de Furore.

Un bus part du village d’Amalfi et vous dépose à Bomerano; demandez alors au chauffeur de vous laisser à proximité de la tête du sentier.

Le Sentiero Degli Dei

Ravello

Mon bonheur absolu sur la côte amalfitaine est le village haut perché de Ravello. Son prestigieux festival de musique lui donne depuis longtemps une réputation qui dépasse largement sa petite taille.

Tous les étés, les plus grands noms viennent se produire dans ce cadre céleste, particulièrement à la villa Rufolo, qui a longtemps servi de scène principale, avant la construction de l’impressionnant auditorium dessiné par le Brésilien Oscar Niemayer.

La visite de la villa Rufolo est d’ailleurs incontournable, que vous y soyez pendant le festival ou à un autre moment de l’année. Les terrasses et les jardins sont parmi les plus saisissants que j’ai vus.

Hors saison, Ravello est une cachette parfaite pour passer quelques jours en marge de l’agitation de la côte. Les nombreux sentiers qui sillonnent la montagne sont autant d’invitations pour partir à la découverte de la région.

Où loger à Ravello

La casa Dei Nonni. Une maison au calme et bien tenue. Il faut compter un peu plus de 100 dollars la nuit, petit déjeuner inclus.

Où manger

Je n’hésiterais pas à dîner à la locanda Moresca, pour la vue, phénoménale, mais aussi la cuisine authentique.

Moi qui revient du village de Ravello

Amalfi

Le petit port d’Amalfi est le bijou de la splendide côte amalfitaine. L’idéal pour réduire les coûts est de trouver une chambre à Atrani, la sœur siamoise d’Amalfi. Un tunnel piéton relie les deux villages.

Le Duomo d’Amalfi risque de se retrouver inscrit à votre programme, mais je crois sincèrement que le meilleur à faire et à voir se trouve hors des sentiers urbains, dans la nature.

Je combinerais assurément une ascension de la colline qui sépare Atrani d’Amalfi, la Torre Dello Ziro, avec une balade vers le Vallone delle Ferriere.

Le port d'Amalfi

Notes de voyage, dimanche 10 h sur les ondes d'ICI Musique