Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Notes de voyage : Berlin (deuxième partie)

Par
Stéphan Bureau

Pour la deuxième partie de Notes de voyage sur Berlin, je vous propose de passer un peu de temps dans ce qui était la portion est de la ville, du côté de l’ancienne RDA, qui se transforme tranquillement depuis la réunification, mais garde encore quelques traces de son passé.

Écoutez Notes de voyage sur Berlin (2e partie)
Écoutez Notes de voyage sur Berlin (2e partie)

Diffusion : 10 novembre 2019

Audio

Pour connaître le titre d'une œuvre entendue à l'émission, consultez la page Musiques diffusées du site d’ICI Musique.

La porte de Brandebourg est très probablement le point de départ naturel pour découvrir Berlin. C’est sur ces marches que Ronald Reagan a lancé sa phrase célèbre en 1988 : « Abattez ce mur! »

La porte est bien ouverte et débouche aujourd’hui sur la grande avenue Unter den Linden, cœur historique de Berlin avant la guerre. Quelques grandes ambassades se disputent le privilège d’y faire flotter leurs drapeaux. Il est très amusant de voir, haut perché, celui du Québec qui trône au-dessus du paysage.

Les lecteurs de Philip Kerr qui se sont délectés des déboires de l’ancien inspecteur Gunther dans la trilogie berlinoise voudront arrêter au chic hôtel Adlon. Toutefois, le bâtiment qui avait miraculeusement survécu aux bombardements n’a pas résisté au communisme. Le nouvel hôtel luxueux n’est donc qu’une copie assez froide de celui qui est décrit par Philip Kerr dans ses romans.

L'hôtel Adlon à Berlin

L’édifice historique du Parlement, le Reichstag, est à une petite centaine de mètres de la porte de Brandebourg. Centre de la vie politique de l’Allemagne depuis 1999, l’édifice est un autre de ces traits d’union très chargés qui lient l’Allemagne d’aujourd’hui à son passé trouble.

La visite du parlement doit s’organiser des semaines à l’avance. Une fois sur place, si vous avez votre réservation, il est impératif d’arriver avec votre passeport pour traverser l’imposant dispositif de sécurité.

Il y a cependant un petit truc pour accéder plus facilement au toit et à la coupole du Reichstag sans avoir de réservation. On peut confirmer sa présence, au moins 24 heures à l’avance, au restaurant panoramique du Parlement. Je le recommande, mais seulement si vous êtes capables de faire fi des prix assez élevés.

La coupole du Reichstag à Berlin

Alexander Platz avec son imposante tour de la télévision haute de 368 mètres était une des vitrines de la RDA. Une vitrine qui a volé en éclat en 1988, quand près de 1 million d’Allemands ont occupé la place pour protester contre le régime d’Érich Honecker.

La tour d'Alexander Platz

À l’ombre de la tour, à quelques coins de rue, l’île aux Musées est le joyau de Berlin. Depuis 1999, les travaux de restauration et de mise en valeur de ce patrimoine exceptionnel n’ont jamais arrêté. Un billet d’une vingtaine d’euros donne accès aux cinq grands musées pour une journée. En voici deux que j’ai visités.

Musée de Pergame

Le plus fréquenté de tous les musées de l’île est celui de Pergame, nommé d’après le fameux Autel rapporté par les archéologues allemands après une entente passée avec les autorités ottomanes en 1879. Les travaux d’aménagement, réalisés avec les millions investis pour créer l’écrin parfait à ce chef-d’œuvre, vont se terminer en 2023.

La reproduction, à l’échelle, de la porte d’Ishtar et d’une partie de la voie processionnelle qui menait à la cité de Babylone est grandiose.

Il est impératif aussi de se garder un peu de temps pour visiter les nombreuses salles consacrées à l’évolution de l’art dans le monde islamique.

Musée de Pergame à Berlin

Le Neues Museum

Le Neues Museum, le Nouveau musée, abrite, entre autres, les fabuleuses collections d’antiquités égyptiennes récoltées par les archéologues allemands.

Sur le plan de la mise en scène et du travail d’éclairage, le Neues est probablement ce que j’ai vu de mieux.

Le célébrissime buste de la reine Néfertiti en est la pièce vedette. Une image de beauté éternelle qui n’a pas pris une ride.

Le Neues Museum à Berlin

Le quartier de Friedrichshain, avec le monumental boulevard Karl Marx et les édifices staliniens qui le flanquent, a gardé toute la grandeur froide qui servait de façade au régime communiste.

Il suffit de quelques minutes en sortant du métro pour voir et sentir ce monde aujourd’hui effondré. L’environnement n’a pas beaucoup changé et devrait figurer à votre programme.

Une rue du quartier Friedrichshain à Berlin

Toujours dans le quartier Friedrichshain, je vous recommande une escale à la prison secrète de Hohenschönhausen. Quelques minutes passées à l’ombre du mur d’enceinte et sous un ciel gris ont suffi à me glacer le sang.

Il faut alors imaginer l’odyssée d’un prisonnier qui descendait d’un fourgon aveugle après avoir été arrêté au saut du lit et entrait dans cet univers kafkaïen dont il était impossible de soupçonner l’existence, impossible parce que le quartier qui abritait la prison et des installations de la police secrète est-allemande n’apparaissait sur aucune carte.

Un corridor de cachots à la prison de la STASI

Le temps s’est arrêté au mémorial de la prison de Hohenschönhausen. Tout a été parfaitement préservé. Aucun effet spécial d’éclairage ou de décoration ne pourrait ajouter à la perfection de cet appareil à broyer des individus pour en extraire des confessions. J’ai été bouleversé et captivé par la généreuse visite qu’offrent les guides compétents du mémorial.

Comme complément à la visite de la prison, je vous suggère celle du quartier général de la STASI, situé tout près.

L’édifice lugubre est aussi fascinant que surréaliste. Le bureau et le petit appartement en coulisse du grand patron du renseignement, Erich Mielke, sont parmi les pièces de résistance de cette visite. On peut presque encore entendre le murmure des conversations feutrées dans la grande salle des opérations.

Le bureau du patron des renseignement de la STASI, Erick Mielke au Musée de la Stasi

Un hôtel à considérer

L’hôtel Abion. Certaines chambres donnent directement sur la rivière Spree. Il n’y a aucune circulation automobile autour, un garant de tranquillité.

Consultez l’article Notes de voyage : Berlin (première partie) pour des suggestions de restaurants.

Vous aimerez également:

30e anniversaire de la chute du Mur de Berlin avec Raymond Saint-Pierre : entre souvenirs et musique

« Le mur est tombé, mais il existe toujours dans nos têtes »

Valses

Sortez vos habits des grandes occasions! Robes à crinoline et chapeaux haut-de-forme sont de mise pour danser ou rêver au son des plus grandes valses, polkas et mazurkas. De plus, en complément de programme, nous vous proposons les plus belles danses du répertoire classique, qu'elles soient allemandes, slaves, hongroises ou même sud-américaines!

Les grands maîtres de la valse Strauss, Lanner, Lumbye et Lehar y côtoient Beethoven, Chopin et Dvorak pour une grande fête de la musique à la manière viennoise!

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.

Notes de voyage, dimanche 10 h sur ICI Musique.