Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

30e anniversaire de la chute du Mur de Berlin avec Raymond Saint-Pierre : entre souvenirs et musique

Par
Frédéric Cardin

À l’occasion du 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin, survenue le 9 novembre 1989, l’émission Toute une musique reçoit le journaliste Raymond Saint-Pierre, tout nouveau lauréat du prix Guy-Mauffette du gouvernement du Québec et qui était aux premières loges de cet événement historique. Souvenirs, anecdotes et beaucoup de belle musique en lien avec cette date marquante.

Note : en plus d’une rencontre unique avec Raymond Saint-Pierre, Toute une musique vous présente un concert d’archives rarement entendu de la neuvième symphonie de Beethoven (voir détails plus bas).

30e anniversaire de la chute du Mur de Berlin
30e anniversaire de la chute du Mur de Berlin

Toute une musique reçoit Raymond Saint-Pierre

Audio

Donné le 25 novembre 1989 au Kulturpalast, à Dresde, le concert mettait en scène des membres de la Staatskapelle de Dresde, du chœur et de l’Orchestre symphonique de la radio de Leipzig (RDA), des membres du chœur d’enfants de la Philharmonie de Leipzig et l’Orchestre symphonique de la radio bavaroise de Munich avec les solistes Elisabeth Hallberg, soprano, Marylin Schmiege, mezzo-soprano, Klaus König, ténor, et Jan-Hendrik Rootering, basse, sous la direction de Sir Colin Davis. Ce document d’archives exceptionnel est une gracieuseté de l’Union européenne de radio-télévision (UER).

La chute du mur de Berlin : un moment historique et musical

Chaque personne qui était assez vieille pour être consciente de l’importance de l’événement se rappelle avoir été marquée à jamais par la date du 9 novembre 1989, soit celle de la chute du mur de Berlin. Quel espoir fantastique s’imprimait alors dans nos esprits! 

Des journalistes ont alors marqué les gens pour toujours en articulant la nécessaire narration qui devait accompagner et surtout donner un sens à ce tourbillon d’images, de sons et d’émotions. Raymond Saint-Pierre était l’un de ceux-là.

Il y a eu également la musique. La musique, oui, cette sculptrice de sens à partir d’émotions brutes, désordonnées, brouillonnes, chaotiques, éparses et excessives, celle qui laisse une empreinte fédératrice et rassembleuse sur toutes les vérités personnelles vécues autant de fois qu’il y a d’individus témoins de tels moments devenus presque légendaires.

Il y en a eu beaucoup lors de cette fastueuse nuit du 9 au 10 novembre 1989, et dans les jours qui ont suivi. Le rock et la pop s’y sont amenés avec force (qui oubliera le célèbre Wind of Change, de Scorpions?), mais la musique classique a elle aussi pris sa place, et avec panache!

Vous aimerez également :

Les Notes de voyage de Stéphane Bureau sur Berlin

Voici quelques instants d’éternité signés Bach, Beethoven, Bernstein, etc.

Peu avant Noël, en 1989, quelques semaines après la chute du mur de Berlin, Leonard Bernstein a dirigé un grandiose concert avec des musiciens et musiciennes de l’Est et de l’Ouest, d’Union soviétique et des pays occidentaux. Au programme : la neuvième symphonie de Beethoven, dont il a fait changer le texte du chœurfinal, passant de l’Ode à la joie à l’Ode à la liberté (Freude pour Freiheit)!

Le violoncelliste Mstislav Rostropovich, spontanément, joue un extrait d’une suite pour violoncelle de Bach au pied du mur de Berlin :

Le 12 novembre 1989, trois jours après la chute du mur de Berlin, alors que l’ordre mondial d’après 1945 bascule, Daniel Barenboim et l’Orchestre philharmonique de Berlin donnent au pied levé un concert pour les citoyens et citoyennes de la République démocratique allemande (RDA) qui sont alors nombreux à fouler le sol de l’Ouest pour la première fois. La symbolique était d’autant plus forte que Barenboim est juif.

Vous souhaitez être au courant de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!