Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Notes de voyage : Berlin (première partie)

Par
Stéphan Bureau

Cette semaine, une capitale européenne très branchée, mais qui n’en a pas l’attitude, ma destination coup de cœur 2019  : Berlin!

Écoutez Notes de voyage sur Berlin (première partie)
Écoutez Notes de voyage sur Berlin (première partie)

Diffusion : 1er novembre 2019

Audio

Pour connaître le titre d'une œuvre entendue à l'émission, consultez la page Musiques diffusées du site d’ICI Musique.

Traversée par l’histoire du 20e siècle, Berlin en garde quelques cicatrices. Des balafres aujourd’hui transformées en monuments touristiques, comme son fameux mur, dont on célèbre le trentième anniversaire de la chute cette année.

Les vestiges du mur de Berlin

Berlin est redevenue la capitale de l’Allemagne réunifiée en 1990. Le déménagement des grandes institutions fédérales, toutes installées à Bonn, en Allemagne de l’Ouest, s’est terminé en 1999 pour souligner les 10 ans de la chute du mur de Berlin. Une date symbolique, un avènement pour cette nouvelle Allemagne recousue.

Berlin n’est peut-être pas aujourd’hui exactement la capitale tous azimuts qu’annonçaient les politiques au moment de la réunification de l’Allemagne, mais la ville se porte bien et s’est trouvé une cohérence.

Les amateurs de films et de romans d’espionnage vont certainement vouloir faire leur pèlerinage à Checkpoint Charlie, le point de passage le plus célèbre entre l’Est et l’Ouest à l’époque de la guerre froide.

C’est à cet endroit que le musicien Mstislav Rostropovitch a interprété les Suites de Bach le 11 novembre 1989, lors de la chute du mur.

Les traces de l’histoire, partout à Berlin, sont là pour nous rappeler que la ville a été au cœur des bouleversements qui ont marqué le 20e siècle.

La réhabilitation de l’édifice du parlement, le Reichstag, laissé à lui-même après la Deuxième Guerre, est le plus fort des symboles. Le bâtiment garde sur ses murs quelques graffitis laissés par les soldats de l’Armée rouge et les entailles de projectiles encaissés pendant la bataille de Berlin.

Le palais du Reichstag à Berlin

Le mur de Berlin, construit dans la précipitation en 1961 pour endiguer le flot d’Allemands qui passaient à l’Ouest, est depuis 30 ans une véritable mine d’or pour les commerçants, qui le vendent par fragments aux collectionneurs.

La galerie East Side est le nom donné au plus long tronçon encore intact, qui fait office de musée en plein air. Les quelques centaines de mètres du mur qui servent de support aux œuvres peintes par des artistes venus de partout. Un Québécois, Maillé, est d’ailleurs du nombre.

L'East Side Gallery de Berlin
La fresque signée Pierre-Paul Maillé à l'East Side Gallery à Berlin

À quelques centaines de mètres de Checkpoint Charlie, le site de la Topographie de la terreur présente, très littéralement, la cartographie d’un quartier qui a été entièrement occupé pendant plus de 10 ans par les institutions et ministères nazis responsables d’appliquer dans la violence le programme national-socialiste. Le sobre mémorial est un des sites les plus fréquentés à Berlin. L’entrée y est gratuite.

L'exposition Berlin 1933-1945, entre propagande et terreur sur le site Topographie des Terrors.

Combinez votre visite au mémorial de la Topographie de la terreur avec un arrêt culturel à la maison Martin-Gropius, un des plus grands établissements culturels de la ville.

Cet ancien Musée des arts décoratifs est maintenant un espace d’exposition et d’animation culturelle dynamique. Plusieurs festivals importants présentent ici une partie de leur programmation.

Terminez ensuite votre balade en allant du côté de la Potsdamer Platz. Le site, longtemps moribond, après avoir été le cœur battant de la vie berlinoise pendant les années 20 a été un des premiers chantiers symboliques de la volonté de recoudre l’Est et l’Ouest après 1989.

Le plafond du Sony-Center situé sur la Potsdamer Platz à Berlin

Une grande partie du vaste patrimoine culturel de Berlin a été divisé entre l’Est et l’Ouest au lendemain de la Deuxième Guerre. Berlin, ville bicéphale, a donc eu deux centres culturels importants qui ont vécu parallèlement pendant plus de 40 ans.

À l’Ouest, le centre de gravité était le Kulturforum, qui est adossé au grand parc du Tiergarten. Il comprend la Philharmonie de Berlin, la salle de concert du légendaire orchestre philharmonique, mais aussi quelques musées que je mettrais au sommet de ma liste.

Le Kulturforum de Berlin

Comme la Gemäldegalerie, qui réunit depuis 1998, sous un même toit, une exceptionnelle collection d’œuvres qui avaient été dispersées dans plusieurs musées après la guerre. Le nouveau complexe est à la fine pointe de l’offre muséale et permet d’admirer près de 1500 des plus beaux tableaux de la collection permanente.

Allez-y entre autres pour :

  • Les peintures italiennes et flamandes qui sont particulièrement bien représentées. De mémoire, c’est le seul endroit où j’ai pu me retrouver en tête à tête avec un tableau de Vermeer, en l'occurence La dame au collier de perles.
  • La salle Rembrandt qui est splendide.
La Dame au collier de perles de Johannes Vermeer
  • L’amoureux victorieux, le plus subversif de tous les tableaux du Caravage, qui dynamite les conventions de son temps en donnant à Cupidon un air un peu trop lubrique! 

Tout près du musée, on trouve l’un des plus vastes parcs d’Allemagne, le Tiergarten, une forêt de plus de 200 hectares.

L’impressionnant jardin zoologique se trouve dans le parc, du côté de Charlottenburg. Il est le plus ancien d’Allemagne et il est toujours considéré comme l’un des meilleurs au monde pour ce qui est des espèces représentées.

Des adresses gourmandes à retenir :

  • Kin Dee est LE restaurant de l’heure à Berlin. La gastronomie thaïlandaise élaborée par la chef Dalad Khambu a valu à la maison une étoile Michelin en 2019. À proximité du Tiergarten et du Kulturforum.

  • Situé dans le quartier Charlottenburg, Mine est mon restaurant préféré de Berlin. La carte, italienne, est simple, mais toujours inspirée. Le décor est moderne, mais avec une patine très chaleureuse.

  • Kaufhaus des Westens, aussi nommé KaDeWe, est un immense magasin qui contient 100 cuisiniers, 40 boulangers et plus de 30 comptoirs gastronomiques. Rendez-vous au bar à huîtres ou au grill à saucisses pour profiter du meilleur de la maison. À deux pas du Tiergaten.

  • La Soupe Populaire. Son nom français est trompeur, car ce restaurant propose des interprétations actualisées des classiques allemands et des plats modernes plutôt funky. L’espace rétro chic, situé dans une ancienne brasserie, présente des œuvres d’art moderne qui changent régulièrement.
Berlin électro

Depuis près de 50 ans, Berlin est célébrée pour sa contribution à la musique électronique. La ville est un point central pour les artistes électro et les amateurs du monde entier. Techno, minimal, électropop, musique expérimentale : la webradio Berlin électro est une initiation au son irrésistible et avant-gardiste de la capitale allemande.

Ellen Allien, Byetone, Booka Shade, Marie Davidson, The Mole, Paul Kalkbrenner, Kyoka, Guillaume & The Coutu-Dumonts, Brandt Brauer Frick, Cobblestone Jazz, Isolee, Modeselektor, Emika, Pantha Du Prince, etc...

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.