Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Entrevue et prestation : Albin de la Simone à Tellement Courteau

Par
Nathan LeLièvre

Albin de la Simone porte plusieurs chapeaux, ceux de pianiste, de bassiste, d’arrangeur, de réalisateur, etc. Tellement Courteau s’est fait un plaisir de l’accueillir en studio alors qu’il se trouvait à Montréal à l’occasion du lancement du dernier album de Pierre Lapointe, qu’il a réalisé. En plus de s’entretenir avec Alexandre Courteau, le Français nous a gracieusement offert quatre pièces : Le grand amour, Tu vas rire et Mes épaules en plus du Monarque des Indes en duo avec Pierre Lapointe. Écoutez l’intégrale de sa visite ici :

Albin de la Simone à l'émission Tellement Courteau
Albin de la Simone à l'émission Tellement Courteau

Animation : Alexandre Courteau

Audio

Il explique à l’animateur d’où lui vient son envie de musique simple, sans artifices, bien qu’il aime les synthétiseurs et la compression du son. « Mon truc à moi, là où je me sens bien, c’est vraiment dans la recherche de l’espace, de la vérité des instruments, de tirer le plus du moins de choses. » Il explique aussi pourquoi il traîne une couverture pour estomper le son de certains pianos lorsqu’il est en prestation.

Il ne sait pas tout à fait pourquoi il entretient un lien affectif aussi fort avec le Québec, où il est venu pour la première fois alors qu’il n’avait que 15 ans et où il a connu ses premières histoires d’amour et où « s’est constituée très naturellement, allez savoir pourquoi, une famille d’amis, de musiciens, de collaborateurs, qu’[il] adore retrouver, qu’[il] adore voir ».

Pierre Lapointe passe aussi brièvement au micro, où, dans un grand moment de complicité, il reconnaît les similarités entre les deux artistes, notamment dans le timbre de la voix (il raconte une histoire où il a été touché d’être confondu avec son grand ami) et dans la façon d’approcher la chanson. De plus, le chanteur québécois justifie le choix d'Albin de la Simone comme réalisateur; selon lui, il était la personne idéale pour insuffler une chaleur à un album de berceuses « pour enfants devenus grands ».