Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Notes de voyage : la renaissance de Lisbonne

Par
Stéphan Bureau

Nous décollons vers un pays de soleil, de mer et de culture. Un pays parfaitement à cheval entre l’Ancien Monde et la modernité, et qui sort tranquillement de sa gangue depuis une vingtaine d’années, le Portugal.

Écoutez Notes de voyage sur Lisbonne
Écoutez Notes de voyage sur Lisbonne

Diffusion : 6 octobre 2019

Audio

Pour connaître le titre d'une œuvre entendue à l'émission, consultez la page Musiques diffusées du site d’ICI Musique.

Jusqu’à récemment, le Portugal me donnait l’impression d’être la belle au bois dormant de l’Europe. Comme si après le cauchemar de la dictature, le pays était retombé dans le sommeil doux et paisible de ceux qui ont secoué leurs mauvais rêves.

Lisbonne est une fête, pour reprendre les mots qu’Hemingway a utilisés en parlant de Paris. Une fête de goûts, d’histoire et de couleur, et qui ne demande pas d’hypothéquer la maison pour bien en profiter. J’ai logé en mai dernier dans un vaste appartement-hôtel en plein cœur de la capitale pour moins de 200 dollars la nuit.

Les miradouros (belvédères)

Lisbonne est une ville qui demande à être découverte à pied. Elle est construite sur sept collines. Les Lisboètes ont transformé cette contrainte, parfois sportive, en autant de prétextes pour maximiser les points de vue sur la ville.

La capitale dispose officiellement de 16 miradouros, des belvédères aux allures de petits parcs qui dominent ces paysages. Je vous en propose deux :

  • Le miradouro Santa Caterina est un des plus beaux de la ville. Il domine le majestueux Tage et les toits du quartier de Sao Paolo. C’est l’endroit désigné pour assister au coucher du soleil. Très fréquenté par les jeunes lisboètes.

    Il y a plein de terrasses et de bars nichés tout autour pour prendre l’apéro. La plus belle d’entre toutes les terrasses de Lisbonne se trouve d’ailleurs à cet endroit, au restaurant Pharmacia. Toutes les consommations de l’établissement, au décor imitant une vieille pharmacie, sont inspirées de recettes d’apothicaire. Essayez également leur restaurant en soirée!

  • Le miradouro de San Pedro de Alcantara est un autre belvédère que je suggère chaudement. La vue panoramique sur le cœur de la ville et le château Saint-Georges est magnifique.
La terrasse du bar Pharmacia

La terrasse du bar Pharmacia. Photo : Stephan Bureau

Campo di Ourique

Je recommande de prendre le tramway 28, tôt le matin, en direction du quartier de Campo di Ourique. Campo di Ourique est à quelques kilomètres du centre-ville et des principales attractions, mais c’est une oasis de calme avec une vraie vie quartier.

Plusieurs guides touristiques suggèrent par exemple de faire un arrêt au Time Out Market près du Tage pour essayer les petits stands gourmands qui permettent de tester toutes les variations de la cuisine portugaise.

Le mercado du Campo di Ourique est à mon goût beaucoup plus agréable et typique. Le grand marché public qui a ouvert ses portes en 1934 combine des espaces restaurants et de vente de produits frais.

Le marché du Campo di Ourique à Lisbonne

Le marché du Campo di Ourique à Lisbonne. Photo : Pixabay


Pour quelque chose de plus élaboré, je recommande chaudement une soirée à la Tasca de Esquina. Fruit de la collaboration de trois artistes de la cuisine, ce bistro propose une belle mise à jour de la tradition portugaise.

Belem

Belem est généralement une des premières suggestions faites aux voyageurs qui débarquent à Lisbonne. C’est de là que plusieurs des grands explorateurs portugais sont partis à la découverte du Nouveau Monde.

Le quartier qui se trouve un peu à la périphérie de la capitale est très fréquenté par les visiteurs qui viennent voir sa célèbre tour et le monastère des Hieronymites, classé par l’UNESCO au patrimoine de l’humanité. Les tartelettes, les pasteis de Belem, fabriquées selon une vieille recette du monastère depuis le milieu du 19e siècle, sont pour beaucoup dans la popularité du quartier.

La tour de Belem

La tour de Belem. Photo : Pixabay

Almada

La gigantesque statue du Christ Roi devrait être le prétexte d’une longue marche au travers des rues de la petite ville ouvrière d’Almada, en face de Lisbonne.

Profitez-en pour traverser le Tage, une opération qui coûte plus ou moins deux euros. Les traversiers font partie du réseau de transport public, c’est donc une option très bon marché comparée aux croisières privées.

Vous embarquez à la gare de Cais de Sodré, qui est à deux pas de la vaste place du Commerce, un des marqueurs incontournables à Lisbonne.

Sur le chemin du retour, prenez le temps de casser la croûte chez Olivença, en face du marché aux poissons local.

La Statue du Christ Roi

La statue du Christ Roi. Photo : Pixabay

La mélancolie portugaise et le célèbre fado

Il me paraît difficile de passer par Lisbonne sans aller à un concert de fado. Le vieux quartier de l’Alfama est le plus intimement lié à cette musique triste et mélancolique. C’est là que vous trouverez le musée du fado, que je ne conseille qu’aux aficionados.

À tous ceux qui veulent entendre les meilleurs jeunes interprètes de fado, Povo est l’endroit que je recommande sans hésitation aucune. Il y a deux représentations chaque soir et l’entrée est gratuite. On y mange vraiment très bien, mais c’est la musique qui vole la vedette. Il est préférable de réserver.

Peinture sur céramique dans le quartier de l'Alfama à Lisbonne

Une peinture sur céramique dans le quartier de l'Alfama à Lisbonne. Photo: Pixabay

Les musées

La capitale portugaise n’est pas la plus grande ville de musées d’Europe, mais possède quelques beaux établissements. En voici deux que j’ai adorés :

  • Le Museu Nacional de Arte Antiga. La Tentation de saint Antoine, intrigant triptyque de Jérôme Bosh, mérite à lui seul le déplacement. Le tableau du maître néerlandais et inventeur du surréalisme, 500 ans avant la naissance de Dali, de Miro ou de Max Ernst, n’a pas l’ambition de son Jardin des Délices, mais expose tout autant ses trouvailles, son humour et son vocabulaire parfaitement avant-gardiste.En plus de quelques autres bijoux, le musée offre un joli survol de l’histoire de la peinture portugaise.

  • Le musée d’Aljube. Un musée discret qui documente les années noires de la dictature d’Antonio Salazar, qui a régné sur le Portugal entre 1926 et 1974. Le musée d’Aljube est installé dans une ancienne prison du régime et propose quelques expériences immersives pour essayer de comprendre l’ordinaire de ceux qui s’y retrouvaient. La visite du musée se combine très bien avec un arrêt à la cathédrale de Lisbonne, qui est à quelques mètres, et peut se compléter ensuite par une balade vers le château Saint-Georges.
La terrasse du musée Nacional de Arte Antiga

 La terrasse du musée Nacional de Arte Antiga. Photo : Stephan Bureau

Lisbonne hipster

Pour ceux d’entre vous qui aiment les endroits branchés et les quartiers émergents, visitez LX Lisbonne, une ancienne friche industrielle. C’est le petit « Brooklyn » de Lisbonne. Presque à l’ombre du grand pont du 25 avril, restos nombreux, commerces, espaces de travail, gym et auberges de jeunesse font qu’il y a toujours de la vie.

Pour les fins gourmets

José Avillez est l’un des chefs les plus réputés du Portugal. Le groupe qui porte son nom compte à ce jour 18 restaurants, dont 16 à Lisbonne. En voici quelques-uns :

  • Le Belcanto : distingué avec deux étoiles Michelin, ce restaurant est considéré comme l’un des 50 meilleurs au monde selon le prestigieux palmarès The World’s 50 Best Restaurant.
  • Le Pateo : un restaurant spectaculaire où les fruits de mer et le poisson sont rois. Le Pateo est situé en plein cœur du quartier Chiado, au Bairro do Avillez, un vaste espace qui regroupe plusieurs restaurants conçus par le célèbre chef.
  • La Taberna : situé également dans le Bairro do Avillez, l’endroit offre de bonnes saveurs portugaises avec une touche de créativité. Ambiance détendue.
  • Le Cantinho do Avillez : ce restaurant propose une bonne cuisine d’inspiration portugaise avec des influences d’autres pays, dans une ambiance très confortable.

La Californie, l'Italie, le Japon... Pour trouver toutes les Notes de voyage, consultez la page de l'émission.

Abonnez-vous à l'infolettre classique d'ICI Musique en cliquant ici!

Le plein d'énergie

Le côté frais et pimpant de la musique classique, pour vous permettre de bien commencer la journée ou encore de la terminer avec un sursaut d'énergie bienfaitrice! Une webradio à la fois alerte et légère, remplie de mélodies inoubliables.

Allegros et prestos issus de la plume des plus grands compositeurs comme Vivaldi, Mozart, Bach, Beethoven, Dvorak, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.