Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Polaroïd sur 1966 : 5 chansons qui tournaient à l’époque

Par
Nathan LeLièvre

Cette semaine, Stéphane Archambault et l’équipe de Polaroïd retournent en 1966 pour nous dresser le portrait de cette année en histoire et en musique. En 1966, le salaire minimum est de 0,99 $ de l’heure. Le 1er septembre, la couleur fait son apparition au petit écran. À Radio-Canada, avant et après certaines émissions, un papillon ouvre ses ailes multicolores. La finale de la Coupe Stanley, opposant le Canadien de Montréal aux Red Wings de Détroit, est d’ailleurs diffusée en couleur, mais seulement un pour cent des ménages ont accès à cette nouveauté. En musique, Bob Dylan se fait huer parce qu’il est passé à la guitare électrique, Louise Forestier est sacrée découverte de l’année à l’émission Jeunesse oblige, et Pink Floyd voit le jour.

L’émission Polaroïd est diffusée à la radio d’ICI Musique le samedi à 14 h. Vous pouvez écouter celle du 6 juillet dans la section en rattrapage quand bon vous semble.

La poupée qui fait non – Les Sultans

Le succès de Michel Polnareff, qui s’est écoulé à 200 000 exemplaires en France, est repris au Québec par le groupe Les Sultans, composé de Pierre Bélanger, Ghislain Dufault, Denis Forcier, Bruce Huard et Claude Reid.

Les boîtes à gogo – Michèle Richard

En 1966, Michèle Richard a le vent dans les voiles grâce à la chanson Les boîtes à gogo, une adaptation de At the Scene du Dave Clark Five. Elle est même nommée chanteuse la plus populaire du Québec au Festival du disque.

La bohème – Charles Aznavour

Écrite l’année précédente, La bohème profite de deux tribunes en 1966 : celle de Georges Guétary, qui doit la chanter dans l’opérette Monsieur Carnaval, et celle d’Aznavour, enregistrée précédemment et dont la version a résisté à l’épreuve du temps.

Mon pays – Gilles Vigneault

Cet hymne nationaliste québécois était à l’origine l’indicatif musical du film d’Arthur Lamothe La neige a fondu sur la Manicouagan, paru en 1965. Puis, en 1966, Mon pays devient le titre d’un album de Gilles Vigneault, de même qu’une pièce phare du répertoire du sage poète.

Dis, quand reviendras-tu? – Barbara

Il s’agit sans conteste d’un grand classique de la chanson française. Barbara a composé cet air pour son amoureux, un diplomate qui vivait en Côte d’Ivoire, mais dont le retour en France tardait. Elle lui a écrit deux cents lettres et lui a dédié cette chanson, une de ses toutes premières. Hélas, au retour du diplomate, il était trop tard. Barbara était passée à autre chose.

Le meilleur des années 60

Les succès les plus importants des chansonniers et poètes de cette décennie foisonnante. Le puissant vent du yéyé a presque tout balayé sur son passage, mais les chansons sélectionnées ici ont résisté à cette mode passagère et ont intensément marqué le paysage musical. On a d'ailleurs gardé une profonde affection pour ces artistes qui composaient un répertoire original.

Gilles Vigneault, Claude Gauthier, Pauline Julien, Robert Charlebois, Isabelle Pierre, Danielle Odera, Jacques Michelle, Monique Leyrac, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.

Grande chanson française

Ces chansons et interprètes ont fait l'histoire et marqué profondément le public des deux côtés de l'Atlantique. On ne s'en lasse pas, de ces émotions brutes, mélodies grandioses et rimes savoureuses de sons et de sens. Faites un voyage dans le temps, au cœur de ce remarquable répertoire.

Léo Ferré, Juliette Gréco, Édith Piaf, Jacques Brel, Georges Brassens, Barbara, Serge Reggiani, Georges Moustaki, Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.