Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Meilleurs albums 2019 : notre palmarès de mi-année

La première moitié de l’année nous a laissé une multitude de beaux et grands albums. Notre équipe en a (difficilement) retenu 30 dans le lot. Des œuvres incontournables qui, par la qualité indéniable de leur production, pourront sans doute traverser le temps et que nous écouterons encore et encore.

Palmarès de l'année : bandeau chanson pop.

Artistes variées – La Renarde : sur les traces de Pauline Julien
Erika Angell, Émilie Bibeau, Isabelle Blais, Fanny Bloom, Sophie Cadieux, France Castel, Frannie Holder, Louise Latraverse, Amélie Mandeville, Klô Pelgag, Queen Ka et Ines Talbi interprètent, récitent ou chantent avec délicatesse, bienveillance et (de toute évidence) fierté les textes et les chansons qui font partie de l’œuvre de Pauline Julien. C’est tantôt intense, tantôt sobrement livré, mais à tout coup, l’émotion passe dans la beauté et le sens des mots. Un album tout aussi essentiel que le spectacle duquel il découle.

Bleu Jeans Bleu – Perfecto
Perfecto, troisième opus de Bleu Jeans Bleu, c’est beaucoup plus que le succès Coton ouaté. Tout l’album est non seulement rythmé et joyeux, mais Mathieu Lafontaine, alias Claude Cobra, prouve encore une fois son immense talent d’auteur-compositeur-interprète. Savant mélange de folk, de pop, de samba, de disco, de funk et de rock, Perfecto est un disque sérieusement comique qui nous rappelle que nous sommes « toujours jaloux lorsque le parfum de grill vient pas de chez nous »

Lou-Adriane Cassidy – C’est la fin du monde à tous les jours
Entourée de comparses comme Stéphanie Boulay, Philémon Cimon, Tire le coyote et Rebecca Leclerc, Lou-Adriane Cassidy signe un plus que convaincant premier disque. Coréalisé par Lou-Adriane et Simon Pedneault (Gabrielle Shonk, Tire le coyote), C’est la fin du monde à tous les jours fait planer par moments le spectre de Karkwa par son phrasé et certaines structures musicales. Un premier vole solo fort réussi pour cette jeune auteure-compositrice-interprète originaire de Québec.

Michel Rivard – L’origine de mes espèces
Il n’y a que des artistes de la trempe et avec le bagage d’un Michel Rivard pour signer une œuvre aussi atypique et splendide que L’origine de mes espèces. Un album intimiste, de loin le plus personnel de Rivard. À travers sa quête identitaire et ses magnifiques pièces à l’instrumentation minimaliste, il parvient à faire resurgir en nous notre propre histoire.

Fredric Gary Comeau – The Glimmer
Encore une fois, Gary Comeau a pris son temps pour fignoler, avec passion, ses textes et nous pondre des mélodies qui ont le potentiel d’être des classiques instantanés. Avec des thèmes comme le deuil et les déceptions de la vie, The Glimmer est un disque remuant, fort et absolument magnifique. Dès la première écoute, on ne peut faire autrement que songer à la prochaine.

Rayannah – Nos repaires
Femme-orchestre (piano, synthétiseur, percussion, chant) née et ayant grandi à Winnipeg, au Manitoba, Rayannah nous offrait en mars dernier un robuste premier disque à la pop électro étoffée. Sur Nos repaires, sa voix puissante et nuancée se fond dans les différentes couches musicales qu’elle crée avec ses pédales de loop. Une surprise de taille, à découvrir absolument.

Palmarès de l'année : bandeau jazz blues soul.

Dominique Fils-Aimé – Stay Tuned!
La Révélation Radio-Canada 2019-2020 en jazz nous a offert avec Stay Tuned!, deuxième disque d’un triptyque, un album important tant dans sa sensibilité que dans l’intelligence de son propos. Un disque portant sur la liberté, la révolte et la place de la femme dans nos sociétés que l’on peut qualifier, sans gêne, de grandiose.

Rafael Zaldivar – Consecration
Une impression de démarche exploratoire se dégage de Consecration, la plus récente production de Rafael Zaldivar. Loin d’être un album de jazz latin typique, ce disque est un tour de force en matière de créativité et parvient à renouveler le genre. À écouter attentivement.

Matt Andersen – Halfway Home by Morning
Un incontournable de la scène blues canadienne, l’auteur-compositeur-interprète de Perth-Andover, au Nouveau-Brunswick, nous présente un musclé dixième album. De la beauté de la pièce Something to Lose (en duo avec la chanteuse Amy Helm) aux cuivres enveloppants de Give Me Some Light en passant par le mariage réussi de l’orgue et la guitare électrique de The Bed I Made, Halfway Home by Morning est un spectaculaire plongeon dans la chaleur des musiques soul, R’n’B, blues et folk américaines.

Nicolas Villeneuve – Interstices
Accompagné de William Javier Machado (batterie), Jules Payette (saxophones), Sylvaine Arnaud (contrebasse) et Eugénie Jobin (chant), le jeune pianiste Nicolas Villeneuve offre un superbe et séduisant premier album où il s’inspire de l’univers littéraire et musical sud-américain. Appuyé par Yves Léveillé comme mentor, Villeneuve affirme ici sa propre personnalité : un compositeur capable de raconter des histoires et dont les phrases ont une qualité « écrite » et linéaire qui se rapproche de la musique classique.

Palmarès de l'année : bandeau musique classique.

Cameron Crozman – Cavatine
La nouvelle Révélation Radio-Canada en musique classique nous révèle, sur Cavatine, son amour du répertoire français de la première moitié du 20e siècle. Accompagné de l’exceptionnel pianiste Philippe Chiu, et grâce à l’impressionnante vivacité et l’irréprochable précision de ses coups d’archet, Cameron Crozman transmet toute l’essence de la musique moderne française.

Alain Lefèvre – My Paris Years
My Paris Years, c’est la trame sonore des années qu’a passées le pianiste à Paris, une première fois dans sa petite enfance et une deuxième pour parfaire ses études de piano à l’âge de 17 ans. Debussy, Ravel, Satie, la meilleure musique pour piano française du 20e siècle interprétée avec la touche musicale soignée de Lefèvre. Une invitation à un voyage lumineux au bout de la mémoire.

Philippe Sly – Winterreise
Le baryton-basse Philippe Sly et l’ensemble Chimera Project n’offrent rien de moins qu’une réécriture du Winterreise de Shubert et des poèmes de Müller. À mi-chemin entre la musique et le théâtre, cette version hypnotique et surprenante insuffle une nouvelle vie à ce chef-d’œuvre.

Palmarès : bandeau pour genres musicaux musique du monde et trad.

Djely Tapa – Barokan
Celle que l’on a connue avec le collectif Afrikana Soul Sister et nouvelle Révélation Radio-Canada en musique du monde offre sur son premier album un superbe concentré de chansons aussi réjouissantes que brillantes. Rafraîchissant, entraînant et rythmé, Barokan donne une image positive, riche et créative de l’Afrique, comme le souhaitait Djely Tapa. Un disque à écouter en boucle.

Salebarbes – Live au Pas Perdus
Le quintette de feu formé des Acadiens George Belliveau, Jean-François Breau, Kevin Mintyre, Éloi Painchaud et Jonathan Painchaud offre une fête explosive autour du répertoire cajun et acadien. Enregistré devant public au mythique bar-spectacle Les Pas Perdus, aux Îles-de-la-Madeleine, le premier album de ce groupe de vétérans est une véritable petite bombe musicale qui s’écoute le son dans le tapis.

Roberto López – Kaleido strópico
Sur son cinquième album, le Montréalais d’origine colombienne Roberto López repousse plus que jamais les limites de la musique latine contemporaine. Soigneusement réalisé, son Kaleido strópico nous offre des rythmes dansants qui nous mènent de Bogotá à Montréal. Difficile de ne pas remuer les épaules et les hanches à l’écoute de ces 10 titres.

Palmarès de l'année : bandeau musique country.

Jacques Surette – Marche, marche, marche
Coréalisé par Lisa LeBlanc et Benoit Morier, ce premier album country folk de Jacques Surette surprend par la grande maturité de ce musicien de la Nouvelle-Écosse. Dix chansons aussi simples que touchantes à l’écriture fine, pleine d’humour, sensible et efficace. L'auteur-compositeur-interprète de 19 ans à la voix grave et juste possède tout le talent nécessaire pour s’implanter et perdurer sur la scène musicale canadienne.

Veranda – Woodland Waltz
Composé de la comédienne Catherine-Audrey Lachapelle (Ruptures, District 31) et du guitariste Léandre Joly-Pelletier (Élixir de Gumbo et Sara Dufour), le nouveau duo country Veranda nous a offert une fort belle surprise au début de l’année. La musique bluegrass de Woodland Waltz est assumée; on y trouve une abondance de banjo et de guitare. Les voix des deux artistes s’harmonisent à merveille durant les six pièces qui ponctuent ce voyage dans le country appalachien.

Bandeau hip-hop et électro pour palmarès ICI Musique.

Sarahmée – Irréversible
Avec Irréversible, Sarahmée nous offre un véritable album coup de poing. C’est dansant et festif, mais il y a ici un puissant message qui insuffle une bonne dose de confiance en soi. Un inoubliable deuxième disque aux sonorités latines, afro pop, caribéennes et légèrement trap. Il n’y a pas de doute, Irréversible est un grand disque.

Antony Carle – The Moment
Artiste queer engagé, sensible et articulé, Antony Carle propose un premier album anglophone aux sonorités musicales électros et éclectiques tout en évoquant clairement la pop américaine aux couleurs R’n’B des années 90. Ponctué d’extraits de déclarations discriminatoires envers les membres de la communauté LGBTQ+, The Moment porte en lui un important message revendicateur juxtaposé au thème de la réussite, fil conducteur de l’album.

Lydia Képinski – Premier juin remix
Huit artistes, dont CRi, Robert-Robert et Ryan Playground, s’amusent à remixer les huit pièces de l’album Premier juin, de Lydia Képinski. Ces relectures accentuent la noirceur du disque tout en y apportant un côté dansant complètement fou. Une autre superbe réussite pour l’audacieuse et talentueuse Outremontaise. Meilleur que l’album original? Certaines personnes vous diront que oui.

FouKi – Zayzay
Artiste pour le moins productif, le rappeur issu du « Plateau Hess », à Montréal, nous offre une autre ambitieuse et superbe production. Koriass, KNLO, Eman et Obia le chef se joignent à FouKi et son comparse QuietMike pour créer une inspirante trame où se mélangent le trap, le reggae et le boombap. Déjà un incontournable, non seulement du « rap queb », mais de l’ensemble de la scène musicale québécoise.

Nomadic Massive – Times
Le collectif hip-hop Nomadic Massive nous confirme, avec Times, sa capacité à créer un magnifique et original hybride musical urbain entre les rythmes latins, caribéens, cubains et créoles (entre autres). Les « nomades » ont un talent incroyable pour manier les langues sur des musiques complexes, précises et rythmées. Juste wow.

KNLO – Sainte-Foy
La palette musicale éclatée du coloré rappeur KNLO rend ce nouvel album imprévisible. Avec des collaborations de VLooper, d’Eman et de Steeve Beezy, Sainte-Foy est un album accessible, réfléchi et tout à fait singulier. KNLO prend assurément son envol comme artiste solo.

Bandeau folk et rock pour palmarès ICI Musique.

Philémon Cimon – Pays
Ce quatrième album de Philémon Cimon est une œuvre unique, splendide et émouvante. Enregistré sur ruban, hors des studios, dans différents lieux, dont l’église de Saint-Joseph-de-la-Rive et la chapelle McLaren de Port-au-Persil, Pays revisite à la fois l’histoire personnelle du chanteur et celle d’un pays encore à nommer. Bouleversant de beauté.

Ponteix – Bastion
Sur son premier album, le groupe de la Saskatchewan parvient à maintenir un équilibre brillant entre l’envie de nous en foutre plein la gueule et celle de produire un rock atmosphérique capable de finesse et de subtilité. Mario Lepage, chanteur du groupe et principal auteur, a créé et élaboré Bastion dans l’isolement et le calme de Saint-Denis, son village natal. Le résultat est un croisement inspiré des univers de Karkwa, de Radiohead et de Patrick Watson.

Nicolas Gémus – Hiboux
Nicolas Gémus a la jeune vingtaine, il est originaire des Îles-de-la-Madeleine, et Hiboux, son premier album, nous démontre son immense potentiel d’auteur-compositeur-interprète. Ses textes sont franchement bien écrits, sa manière de jouer la guitare est délicate et singulière alors qu’ici la richesse des orchestrations impressionne pour une première offrande. Il n’y a pas de doute, Nicolas Gémus vient de s’installer dans le paysage musical québécois pour longtemps.

Bleu Nuit – Le jardin des mémoires
Réalisé par Julien Mineau (Malajube, Fontarabie), le premier album du groupe montréalais Bleu Nuit est une impressionnante collection de morceaux sombres, ingénieux et rythmés. Le jardin des mémoires est musicalement solide, aussi accessible qu’expérimental, bien construit et artistiquement très fort. Un plus qu’excellent premier album dont les sonorités un brin psychédéliques nous font voyager hors de ce monde.

La Maison H – Orchidée
La Maison H (Denis Ferland, Marilyne Allard et David Valentine) offre un premier album envoûtant et hypnotique qui se démarque de toutes les autres parutions de la première moitié de l’année. Avec ses chansons articulées, mais faisant preuve d'une certaine retenue, d'une délicatesse, le trio se révèle doué pour la création d’ambiances nuancées, aux multiples lectures de sens possibles. À découvrir, sans faute.

Jean Leloup – L’étrange pays
Arrivé par surprise en mai dernier, ce Leloup acoustique est simplement magnifique. La simplicité et le côté dépouillé de ses musiques, enregistrées ici et là sur la route et lors de voyages, nous démontrent plus que jamais toute la vulnérabilité de l’un des plus grands artistes de sa génération (sinon de toutes les époques confondues). Encore une fois, Leloup nous frappe en plein cœur.

Robert Seven Crows – Wabôzsipi
On écoute Wabôzsipi comme on regarde la rivière, d’apparence calme, couler. Ce premier album en français de Robert Seven Crows, enregistré en collaboration avec le réalisateur et musicien Carl Bastien, est résolument teinté de la culture autochtone. Un brillant mélange de musiques traditionnelles des Premières Nations, de folk et de blues, Wabôzsipi est un album, tout comme son auteur, à découvrir.