Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Audio : entrevue LGBTQ+ avec Antony Carle, miser sur l’universalité de la musique

Par
Nathan LeLièvre

Il n’est pas encore très connu du grand public, mais déjà, Antony Carle suscite beaucoup de curiosité, notamment de la part du magazine Billboard. Ce jeune artiste queer fait une entrée sur le marché pour le mois remarquée de l’électro-pop. Son identité est à l’avant plan. Il ne nie pas qu’il participe à un mouvement de lutte pour l’égalité. Mais il souhaite tout de même que cet aspect de sa personne n’occulte pas ses talents de musicien qui, selon lui, devraient d’abord attirer l’attention.

Entrevue LGBTQ+ avec Antony Carle
Entrevue LGBTQ+ avec Antony Carle

Entretien accordé à l'occasion du mois de la Fierté LGBTQ+

Audio

Le témoignage d’Antony Carle ne peut s’appuyer sur une longue carrière, nous en sommes très conscients. Mais il était là l’intérêt : s’entretenir avec un représentant de la nouvelle génération. Comme il dit, « rendu là, [il n’avait] rien à perdre », comme personne ne le connaît encore. Il fait partie de ceux qui n’auront pas à connaître l’étape de l’annonce, de la sortie officielle du placard, comme ça a été le cas pour Safia Nolin, par exemple.

J’me suis même pas posé la question, j’ai pas pensé à la réaction du public. J’pense que j’suis rendu là.

Antony Carle

Pour Antony, la musique est d’abord un outil d’expression de soi. Il ne peut nier le caractère politique de ce qu’il fait, mais « avant tout, c’est vraiment la musique que je veux mettre de l’avant ». Il espère quand même profiter du pouvoir rassembleur de la musique pour faire du bien : « si ce que je dis reach out, j’dis pas non à ça ».

Son discours en est un à cheval entre le réalisme et l’optimisme. Il reconnaît que la lutte n’est pas gagnée d’avance, mais il reconnaît aussi qu’il a la chance de pouvoir faire une entrée en matière aussi franche grâce à ceux qui ont se sont battus par le passé. Après ça, que « ceux qui m’aiment me suivre. Le reste, je sais pas quoi leur dire. [...] Ceux que ça rebute, c’est vraiment la dernière chose à [laquelle] je pense. »