Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Audio : entrevue LGBTQ+ avec Anastasia Desroches, la violoneuse qui veut faire une différence

Par
Nathan LeLièvre

Une voix douce, mais un archet plein d’entrain. C’est ainsi qu’on pourrait décrire la violoneuse de l’Île-du-Prince-Édouard, Anastasia Desroches, 46 ans. En grandissant, elle a constaté assez tôt qu’elle n’était pas comme les autres, et ce, sur plus d’un aspect. D’un côté, elle avait un intérêt prononcé pour un genre musical qui n’intéressait personne de son entourage : la musique traditionnelle. De l’autre, elle se savait attirée par les filles. Ces deux aspects d’elle-même, elle ne réussissait pas à en faire part à autrui, jusqu’au jour où elle n’est plus arrivée à supporter sa solitude. Elle a commencé à jouer du violon à la fin de l’adolescence et, au début de la vingtaine, elle s’est avouée ouvertement lesbienne. Écoutez-la nous raconter comment elle a tracé un parcours bien à elle, le long duquel elle espère faire une différence, pour une personne à la fois.

Entrevue LGBTQ+ avec Anastasia Desroches, violoneuse
Entrevue LGBTQ+ avec Anastasia Desroches, violoneuse

Entretien accordé à l'occasion du mois de la Fierté

Audio

Anastasia Desroches constate que la musique traditionnelle attire un public aux visages multiples. Le répertoire est assez festif, tout en étant lourd de nostalgie et riche en histoire. Il y a donc nécessairement une tranche de la population plus âgée et conservatrice qui s’y intéresse, « mais chez les jeunes musiciens traditionnels, on voit beaucoup d’ouverture d’esprit ». Elle décrit certains de ses collègues comme étant d’une grande humanité et ouverts sur le monde.

Anastasia Desroches a longtemps marché sur des œufs avant de dire haut et fort qu’elle était fière d’être qui elle est : « Si je n’avais pas le moment pour en parler, je ne faisais pas exprès. Il fallait vraiment que ce soit le bon moment, le bon contexte, le bon public. J’étais très consciente de ce qui se passait autour de moi et où j’étais avant de dire des choses personnelles. [...] J’avais peur du jugement qui pouvait venir du public. [...] Je suis confiante que les gens en 2019 sont beaucoup plus ouverts. S’ils ne le sont pas, peut-être que je peux les aider à l’être. »

La violoneuse nous raconte deux incidents homophobes dont elle a été témoin durant sa carrière. L’un de ceux-ci s’est déroulé sur scène. Dans un cas, malaise oblige, elle ne savait pas comment répondre. Dans le second, qui s’est produit pas plus tard qu’il y a deux ans, elle a décidé d’agir dans l’espoir d’améliorer la situation. Elle a tenté de discuter avec son confrère qui était à l’origine de l’incident, mais en vain; il ne semblait pas comprendre comment ses paroles avaient pu être offensantes. Devant cet échec, Anastasia a offert son cachet aux organisateurs du spectacle en leur demandant de l’investir dans des mesures pour assurer la communauté LGBTQ+ qu’elle était la bienvenue lors de prochains événements.

Anastasia ne cache surtout pas son orientation sexuelle sur scène, mais elle milite encore davantage en coulisse que sur l’estrade. Elle profite discrètement de la tribune que lui offre la musique pour faire une différence, petit à petit : « La musique m’a donné tellement d’occasions de rencontrer du monde. [...] Ça me donne une place pour parler de moi, en espérant que les gens seront à l’aise de parler d’eux-mêmes et qu’on puisse partager quelque chose. »

Acadie

Acadie, Acadie, cette webradio chante ton nom, et elle le fait en plusieurs styles, couleurs et accents : folk, country, bluegrass et une portion non négligeable de rock, de pop et de hip-hop.

Cayouche, Édith Butler, 1755, Marie-Jo-Thério, Joseph Edgar, les Hay Babies, les Hôtesses d'Hilaire, les Jeunes d'Asteure, etc.

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.

Swinguez la compagnie!

L'Écosse, l'Irlande, l'Acadie, le Québec et d'autres coins du monde se côtoient dans cette liste d'écoute musicale qui sert précisément à faire ce que dit son titre : swinguer la compagnie! Violon, accordéon, flûtes, guitares et piano s'activent pour vous faire tapper du pied ou giguer, selon vos habiletés. Gigues, reels, hornpipes, strathspeys, quadrilles plus enlevants les uns que les autres vous y attendent. Tassez les meubles et ouvrez la fenêtre, ça va chauffer!

La Bottine Souriante, Vishten, Leahy, Natalie MacMaster, De Temps Antan, Genticorum, Vent du Nord, Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs, Rawlins Cross, Volée d'Castors, etc.

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.