Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

10 artistes autochtones à découvrir via la plateforme Nikamowin

Par
Olivier Robillard Laveaux

Petite cousine du Wapikoni mobile, Musique nomade se déplace à travers le Québec et le Canada pour mettre en lumière les compositions d’artistes autochtones. En novembre, l’organisme lançait Nikamowin, une plateforme d’écoute en ligne gratuite (pensez à Spotify) qui met en vedette des musiciennes et musiciens issus des Premières Nations. Survol de 10 artistes à découvrir.

- Rock -
Digging Roots
Porte-étendard des valeurs de la culture anichinabée, le duo Digging Roots est formé par Raven Kanetakta et ShoShona Kish, originaire de la communauté Winneway au Québec. Ensemble, le couple compose un rock grandement influencé par le blues et par le son chaud et organique des années 70. Les fans des Black Keys devraient tendre l’oreille.

Découverte rock complémentaire : Raymond Sewell
Également influencé par le blues, mais aussi par le hip-hop, le barbershop, la soul et même l’opéra, Raymond Sewell vient de la communauté micmaque de Pabineau, au Nouveau-Brunswick. Sans être racoleuses, ses chansons poignantes, dont l’excellente Oh Mama, m’ont séduit instantanément.

- Rap -
Q052
De par son approche rap old school, sa verve et sa force de frappe, Q052 n’est pas sans rappeler le rappeur Eminem. Né dans la communauté micmaque de Gesgapegiag, le rappeur n’hésite pas à dénoncer les problèmes qui rongent les Premières Nations : femmes autochtones assassinées ou disparues, meurtres de jeunes garçons sans justice, non-respect du territoire. Il s’adresse directement aux membres des communautés pour espérer voir un changement venir de l’intérieur.

Découverte rap complémentaire : Violent Ground
Allan Nabiniacaboo et Christian Nabinacaboo ont grandi à Kawawachikamach, près de Schefferville. Si le nom de leur formation rap s’inspire de la dure réalité de leur communauté, les deux rappeurs souhaitent aujourd’hui donner une voix à Kawawachikamach.

- Jazz/blues -
Backwater Township
Le quatuor jazz Backwater Township est maintenant établi à Montréal, mais ça n’empêche pas son principal compositeur, Corey Thomas, de s’inspirer de son expérience en tant qu’artiste micmac dans sa communauté natale de Gesgapegiag, ainsi que de son parcours de musicien autochtone urbain à Montréal. Un jazz be-bop, épuré et magnifique.

Découverte jazz/blues complémentaire : Matiu
Innu originaire d’Uashat mak Mani-Utenam, Matiu aborde la musique blues avec la voix rauque et brute d’un Bernard Adamus, non sans une attirance manifeste pour le blues électrique. Portant entre autres son regard sur la vie des Autochtones en dehors des communautés, Matiu souhaite faire le pont entre les humains, peu importe leurs origines. On a pu l’entendre rendre hommage à Richard Desjardins sur l’album Desjardins.

- Folk -
Quantum Tangle
On trouve bien une forme de folk dans les compositions de Quantum Tangle, mais avec ses chants de gorge traditionnels ainsi que ses influences blues et pop, le trio a plus à offrir. Avec ses accords de piano, ses rythmes déconstruits et sa profondeur due aux voix des membres Tiffany Ayalik, Kayley Inuksuk Mackay et Greyson Gritt, la chanson Freeze, Melt, Boil est une des perles de la plateforme Nikamowin.

Découverte folk complémentaire : Laura Niquay
Première artiste attikamek à avoir joué aux FrancoFolies de Montréal en 2011, Laura Niquay a remporté de nombreux prix lors de différents concours. Entraînant, son folk atmosphérique fait preuve d’une grande finesse.

- Électro -
Anachnid
Apparue sur les radars il y a à peine un an, Anachnid (une artiste oji-crie et métis installée à Montréal), impressionne par le raffinement de ses chansons tantôt près de l’hymne guerrier (Windigo), tantôt plus pop (Now Wow We), et parfois rendues sublimes par une fragilité dans la voix de la chanteuse (La lune avec Annie Sama). Anachnid va où on ne l’attend pas et incarne un modèle de créativité inspirant. On surveille avec impatience la sortie de son premier disque, plus tard en 2019.

Découverte électro complémentaire : Silla and Rise
Silla est un mot inuktitut qui signifie météo ou temps. « Silla nous enveloppe; Silla nous lie à la terre ancestrale, à la lune, au soleil, aux étoiles, à l'océan, à l'air que nous respirons », explique dans sa biographie le groupe formé de Cynthia Pitsiulak (Kimmirut) et Charlotte Qamaniq (Iglulik). Pas étonnant que le duo électro mise sur les chants de gorge pour rendre hommage à sa culture.

Vous aimerez également :

-Espace autochtone de Radio-Canada

Écoutez notre webradio

Hip-hop autochtone

D'un océan à l'autre, le hip-hop autochtone est en plein essor au Canada. Porté par les mots et par les voix d'artistes de talent, il exprime les rêves, les défis et les aspirations des Premières Nations au 21e siècle.

Snotty Nose Rez Kids, A Tribe Called Red, Samian, Eekwol, City Natives, JB the First Lady, Wab Kinew, War Party, Christie Lee Charles, Drezus, etc.

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.