Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

The Turn of the Screw : un opéra d'horreur dirigé par Nicolas Ellis

Par
Sylvia L'Écuyer

Saviez-vous que The Turn of the Screw (Le tour d’écrou) est le deuxième opéra en langue anglaise le plus souvent représenté après Dido and Aeneas, de Purcell?

Et pourtant, cette histoire troublante dont l’action se situe dans un sombre manoir anglais au milieu du 19e siècle est à glacer le sang. S’inspirant d’un roman du Britannique Henry James, Benjamin Britten a composé cet opéra de chambre pour répondre à une commande de la Biennale de Venise. C’est la librettiste Myfanwy Piper qui lui a suggéré le sujet, et Britten, qui avait entendu une lecture du texte à la radio et l’avait trouvé à la fois fascinant et terrifiant, a écrit la partition en quatre mois. La première a eu lieu à Venise en septembre 1854.

Écoutez <em>The Turn of the Screw</em> : acte 1
Écoutez The Turn of the Screw : acte 1

En collaboration avec l'Orchestre symphonique de l'Agora

Audio
Écoutez <em>The Turn of the Screw</em> : acte 2
Écoutez The Turn of the Screw : acte 2

En collaboration avec l'Orchestre symphonique de l'Agora.

Audio

Les moyens sont modestes : 6 solistes, un orchestre de 13 musiciens, et une structure concise et claire faite de 16 scènes reliées par des interludes musicaux qui sont tous des variations sur un thème central, celui de l’écrou qui se resserre sur les protagonistes. Le résultat dramatique est percutant.

Benjamin Britten désirait vivement que des enfants chantent les rôles de Flora et Miles. Pour la petite fille, la chose s’est révélée impossible, mais pour le garçon, c’est le jeune David Hemmings, 12 ans, qui a tenu le rôle et qui allait faire une belle carrière à la scène et au cinéma. Dans la production que nous vous présentons, enregistrée à l’espace Nomad Nation en février 2019, ce sont deux étudiantes de l’école de musique Schulich à McGill (Élisabeth Boudreault et Vanessa Croome) qui ont tenu les rôles, et on aurait vraiment cru voir des enfants. Quatre membres de l’Atelier lyrique complétaient la distribution : Andrea Nuñez, Florence Bourget, Elizabeth Polese et Spencer Britten. L’orchestre de l’Agora était sous la direction de son chef Nicolas Ellis, Révélation Radio-Canada 2018-2019 , et la mise en scène avait été confiée à Maxime Genois.

Entrevue avec Nicolas Ellis
Entrevue avec Nicolas Ellis

Sylvia L'Écuyer s'entretient avec le chef d'orchestre

Audio
Entrevue avec Maxime Genois
Entrevue avec Maxime Genois

Sylvia L'Écuyer s'entretient avec le metteur en scène

Audio

Vous trouverez ci-dessous des entrevues avec chacun des participants.

Entrevue avec Elisabeth  Boudreau
Entrevue avec Elisabeth Boudreau

Sylvia L'Écuyer s'entretient avec l'intreprète de Flora

Audio
Entrevue avec Vanessa Croome
Entrevue avec Vanessa Croome

Sylvia L'Écuyer s'entretient avec l'interprète de Miles

Audio
Entrevue avec Andrea Nuñez
Entrevue avec Andrea Nuñez

Sylvia L'Écuyer s'entretient avec l'Interprète de la gouvernante

Audio
Entrevue avec Spencer Britten
Entrevue avec Spencer Britten

Sylvia L'écuyer s'entretient avec l'interprète de Peter Quint

Audio
Entrevue avec Elizabeth Polese
Entrevue avec Elizabeth Polese

Sylvia L'Écuyer s'entretient avec l'interprète de Miss Jessel

Audio
Entrevue avec Florence Bourget
Entrevue avec Florence Bourget

Sylvia L'Écuyer s'entretient avec l'interprète de Mrs Grose

Audio

Je vous résume l’action en quelques lignes.

Dès le Prologue, on est plongés dans une atmosphère inquiétante créée par le piano et les 13 instrumentistes, puis une voix masculine commence à raconter cette curieuse histoire. Une gouvernante a été chargée de prendre soin de deux enfants dans le manoir de Bly. Elle a été embauchée par leur tuteur, qui vit à Londres et n’a aucun intérêt à s’occuper d’eux. Il lui a donné ses instructions : ne jamais lui écrire à propos des enfants, ne poser aucune question sur le manoir et ne jamais abandonner les enfants.

La gouvernante arrive à Bly et est reçue chaleureusement par Mrs Grose, la ménagère, qui lui présente les enfants, Flora et Miles. D’abord mal à l’aise devant le garçon, la gouvernante est ensuite rassurée, mais elle reçoit un nouveau choc en recevant une lettre de l’école lui apprenant que Miles a été renvoyé. Aucune explication n’est fournie, et la gouvernante est convaincue qu’il y a une erreur. Elle décide d’ignorer la lettre. En se promenant un soir dans les jardins, elle voit un homme étrange dans la tour. Elle ne le reconnaît pas, mais elle est troublée par cette expérience. Le lendemain, pendant que les enfants jouent dans la maison, elle revoit le même personnage à la fenêtre. Inquiète, elle le décrit à Mrs Grose, qui l’identifie comme Peter Quint, l’ancien valet qui aurait eu une relation illicite avec la dernière gouvernante, Miss Jessel. Il aurait pris des libertés avec elle, dit Mrs Grose. Tous les deux sont morts, Miss Jessel à l’étranger et Quint en faisant une chute sur une route glacée. La gouvernante, terrifiée, s’inquiète pour Miles et jure de protéger les enfants. « Il les aimait jolis, Miss, ajoute Mrs Grose, et il obtenait toujours ce qu’il voulait soir et matin. » Pendant que Miles récite sa leçon de latin avec Flora, la gouvernante lui demande s’il connaît d’autres vers. Et le garçon récite (et chante) l’air le plus étrange et inquiétant de tout l’opéra, Malo.

La gouvernante est assise au bord du lac et lit tandis que Flora chante pour sa poupée. Une femme vêtue de noir apparaît de l’autre côté du lac et disparaît aussitôt. La gouvernante croit que Miss Jessel est revenue elle aussi, et comme Flora n’a rien vu, elle est convaincue que les enfants sont tous deux perdus. Quint appelle Miles, qui le suit, médusé. Miss Jessel appelle Flora en se lamentant sur son sort et lui demande de la réconforter. Mrs Grose et la gouvernante voient les enfants leur échapper. La gouvernante gronde Miles, qui lui répond : « Vous voyez comme je suis méchant. »

Quint et Miss Jessel parlent du passé, évoquent leurs motivations et déclarent leur intention de capturer les enfants. La gouvernante, désespérée, se sent incapable d’agir face à la situation. La famille part pour l’église. Les enfants chantent une sorte de parodie de musique religieuse et Mrs Grose trouve la chose charmante, mais la gouvernante l’informe du comportement inquiétant des enfants. Mrs Grose suggère d’écrire au tuteur, la gouvernante refuse. Miles lui dit qu’il y a des fantômes et la gouvernante songe à s‘enfuir. En rentrant à la maison, la gouvernante trouve Miss Jessel qui s’évapore aussitôt, et elle décide d’écrire au tuteur. Elle interroge Miles pour savoir ce qui s’est passé à l’école. Miles lui répond à peine. C’est la voix de Quint qu’on entend. Poussé par Quint, Miles vole la lettre.

Écoutez notre webradio Opéra

Dans la scène suivante, Miles est au piano, Flora chante et Mrs Grose s’endort. Flora en profite pour s’échapper. La gouvernante, prise de panique, réveille Mrs Grose, et les deux femmes se mettent à la recherche de Flora tandis que Miles est toujours au piano. Elles la trouvent au bord du lac, et Mrs Grose la console tandis que la gouvernante essaie de lui faire admettre qu’elle aussi peut voir Miss Jessel. Flora accuse la gouvernante de cruauté et se réfugie dans les bras de Mrs Grose. La gouvernante se rend compte qu’elle a perdu Flora. Le lendemain, Mrs Grose annonce à la gouvernante que Flora est possédée du démon.

Elles conviennent que Mrs Grose ira mener Flora à Londres tandis que la gouvernante restera avec Miles. On assiste à une scène hautement dramatique entre la gouvernante qui essaie d’obtenir de Miles une confession, Quint qui presse Miles de ne pas le trahir et Miles qui avoue avoir volé la lettre. Finalement, Miles s’écrie : « Peter Quint, you devil! » Quint disparaît et la gouvernante reste seule avec Miles mort dans ses bras.

On pourra entendre The Turn of the Screw à l'émission Place à l'opéra  le samedi 18 mai à 13 h sur ICI Musique Classique et le dimanche 19 mai à 19 h sur ICI Musique.

Vidéo: Regardez notre portrait de Nicolas Ellis

Vous pouvez consulter tous nos billets sur la page de Sylvia L'Écuyer