Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

DJ en résidence à Rapophonie : Montana, la psychologue de la piste de danse

Par Émilie Pelletier Grenier

Ce sont des DJ issus de la francophonie internationale qui vous proposent du hip-hop 100 % franco chaque semaine à l’émission Rapophonie. À compter de vendredi, c’est l’artiste montréalaise Montana qui sera derrière les platines et nous avons pensé vous la présenter. Attention! Elle est gonflée à bloc et entend bien faire bouger ses auditeurs.

Écouter et jouer de tout

Montana est DJ et ingénieure du son. Elle roule sa bosse déjà depuis plusieurs années au Québec et a aussi joué aux quatre coins du monde. Elle fait ce qu’on appelle dans le milieu de l’open format, c’est-à-dire qu’elle n’a pas de genre ou de style musical de prédilection. Elle s’intéresse à tout. C’est aussi, précise-t-elle avec humour, ce qui garantit un fou rire si on prend la route avec elle.

Je suis une passionnée de musique. J’ai grandi avec les vinyles disco, rock et new wave de mon père, ma cassette des Spice Girls et mes CD de Missy Elliot et de Limb Bizkit. Dans mon iTunes personnel, [il y a] Céline Dion, Slipknot, Katy Perry, Kalash, Marie-Mai, Björk, Abba, Fergie, Paris Hilton et certainement du bon hip-hop de club des années 2001 à 2008.

– Montana

DJ Montana a joué dans de nombreux pays dont en Allemagne et en France.

Pressentir les goûts de la foule

Tout le monde n’a toutefois pas les mêmes goûts musicaux, ni les mêmes dispositions que Montana. C’est donc là tout le défi et le travail du DJ : lire la foule.

[Savoir] mixer deux chansons ensemble, c’est facile [...] Ce qui est difficile, c’est lire une crowd et de savoir ce qui va la faire vibrer, avant même que celle-ci le sache [et] c’est ça ma spécialité : la psychologie de la piste de danse.

– Montana

Une femme parmi les hommes

« Tu es bonne pour une fille » est une pĥrase qu’elle dit entendre souvent. Montana affirme qu’il n’est pas toujours aisé de naviguer dans un milieu où ce sont davantage les hommes qui sont mis de l’avant.

Il ne passe pas une semaine sans qu’on me dise « Wow! Tu es bonne pour une fille! » Oui, nous les femmes DJ sommes souvent vues comme [celles] qui sont rendues là où elles sont à cause de leurs attributs physiques. Je suis chanceuse parce que mon personnage de scène et de vie, c’est la chum de gars. Alors j’ai le respect de beaucoup de vétérans et de gars de l’industrie. Mais disons que j’en ai entendu des vertes et des pas mûres.

– Montana

Montana roule sa bosse en tant que DJ depuis déjà plusieurs années.

La touche Montana à Rapophonie

Montana estime qu’il y a une différence entre les touches féminines et masculines des DJ. L’essentiel demeure de faire danser et d’avoir entre les mains une sélection musicale de qualité.

Nous [les femmes] approchons la musique d’une façon différente. Tu peux avoir la chanson la plus hostile et lourde de Rick Ross ou de Migos entre les mains, mais si nos hanches ne bougent pas, [la musique] ne passe pas. Mais je vous mets en garde : si on me met au défi de [faire] du lourd, attachez vos tuques avec de la broche! Je suis là pour les auditeurs et je prends le temps, avec mes matrices, de faire des tours de voiture. Je veux être certaine que la vibe est parfaite pour s’évader, se créer des films, chanter à tue-tête et avoir du plaisir.

– Montana

Montana prend le contrôle des platines pour cinq semaines à Rapophonie à partir du vendredi 3 mai.