Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Marc Hervieux présente Elisabeth Schwarzkopf

Par Pierre-Olivier Alarie

Cette semaine à La dolce vita, Marc Hervieux présente quelques perles tirées de la discographie de la soprano Elisabeth Schwarzkopf.

Son premier professeur de chant souhaitait en faire une mezzo, voire une contralto. Mais c’est bien comme soprano qu’Elisabeth Schwarzkopf fera carrière. Elle fait ses débuts à l’Opéra d’État de Berlin en 1938 dans le rôle d’une fille-fleur de l’opéra Parsifal. Sa carrière est interrompue en 1942 par la maladie (elle doit soigner un début de tuberculose). Son retour à la scène, en 1944, est de courte durée, sa carrière étant cette fois-ci freinée par la fin du conflit mondial.

En 1947, elle se joint à la troupe de Covent Garden à Londres et chante en tournée en Europe et en Amérique. Sa carrière internationale est ainsi lancée.

Schwarzkopf sera l’une des plus grandes interprètes de lieder de l’après-guerre. À l’opéra, sa grande intelligence musicale et la beauté de son chant assurent son succès.

Ses plus grands rôles ? On pense à Donna Elvira (Don Juan, de Mozart), à la Comtesse (Capriccio, de Strauss), à Fiordiligi (Cosi fan Tutte, de Mozart) ou encore à la Maréchale (Chevalier à la rose, de Strauss).