Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Notes de voyage : à la découverte de la Smithsonian Institution de Washington

Par
Stéphan Bureau

Je vous propose aujourd’hui de découvrir les nombreux musées de la Smithsonian Institution de Washington, une des plus grandes institutions de recherche scientifique du monde. Ses vitrines principales, le long du célèbre National Mall, constituent les joyaux de la capitale.

La Smithsonian se veut un peu comme le grenier de l’Amérique, et, par extension, de la planète; une sorte de super arche de Noé où s’accumulent des millions d’artefacts et d’échantillons qui racontent l’aventure de notre monde. L’histoire de sa fondation demeure un peu mystérieuse et, aujourd’hui, sa mission scientifique est parfois critiquée, pour ne pas dire contestée.

Écoutez Notes de voyage sur la Smithsonian
Écoutez Notes de voyage sur la Smithsonian

Diffusion : 28 avril 2019

Audio

Quelques statistiques sur la Smithsonian

Ses collections comptent 155 millions de spécimens, d’œuvres d’art et d’artefacts, la très grande majorité étant associée au musée des sciences naturelles. Plus de 4531 mètres cubes (160 000 pieds cubes) d’archives sont entreposés dans ses voûtes.

On dénombre 14 millions de documents numérisés accessibles en ligne. La Smithsonian compte également 19 musées et un zoo.

Enfin, 20 millions de touristes visitent ses musées chaque année... et c’est parfaitement gratuit!

Un peu d’histoire…

Les origines de la fondation de la Smithsonian Institution sont aujourd’hui encore un peu mystérieuses.

L’histoire commence avec à un certain James Smithson. Ce scientifique anglais, qui n’a jamais mis les pieds aux États-Unis, a légué toute sa fortune à son neveu à sa mort. Au décès de celui-ci, sa fortune a été donnée au gouvernement américain pour que soit créée une fondation consacrée à la recherche. À la suite de nombreux rebondissements au Congrès, la Smithsonian a vu le jour en 1846.

Les pièces d’or laissées par le neveu du bon Smithson sont donc à l’origine d’un empire qui relève indirectement du gouvernement et qui dispose aujourd’hui d’un budget annuel frisant le milliard de dollars.

Une mystérieuse organisation

Le voile de mystère autour de cette colossale institution pourrait nourrir l’intrigue d’un roman à clé de Dan Brown.

La rumeur selon laquelle l’organisation aurait fait disparaître des squelettes géants, et plus particulièrement des crânes, – retrouvés au début du 20e siècle sur des sites archéologiques – ajoute une couche à l’intrigue!

Ma seule certitude est que la Smitsonian est la plus riche et la plus délirante des cavernes d’Ali Baba pour qui veut explorer le monde sans avoir à prendre l’avion, sinon, peut-être, pour se rendre dans la capitale américaine.

Pour connaître le titre d'une œuvre entendue à l'émission, consultez la page Musiques diffusées du site d’ICI Musique.

Par où commencer? Quoi visiter?

Pendant les quelques années où j’ai été correspondant à Washington, avec ou sans visiteurs de passage, je dirais qu’un week-end sur deux était ponctué de visites dans les musées de la Smithsonian, ou encore à l’exceptionnelle National Gallery of Arts, le grand musée d’art qui n’est pas lié au réseau de la Smithsonian.

Au moment de visiter, il faudra faire des choix. Vous pouvez survoler beaucoup de choses en quelques jours, mais il est impensable d’aller au bout de toutes vos curiosités en un seul voyage. Mieux vaut renoncer à l’avance à certains musées et bien investir temps et énergie dans ceux qui vous attirent le plus.

Idéalement, si vous êtes là au printemps ou à l’automne (quand le temps est bon à Washington), je recommande d’amorcer vos journées à la Smithsonian, puis de partir en balade pour profiter de la ville en début d’après-midi et de revenir en fin de journée pour une petite saucette. Le métro vous laissant au National Mall, aux portes des musées, il est donc facile de revenir sans perdre de temps.

L’été, les choses sont très différentes. La chaleur humide est souvent insupportable et la marche, beaucoup moins agréable. L’ambiance climatisée des musées les rend encore plus attrayants!

Les différents musées

The Castle

Avant d’attaquer votre itinéraire gourmand dans les trésors de la Smithsonian, je recommande fortement d’arrêter au château, The Castle, l’édifice originel de l’organisation qui monte la garde depuis 1855.

Le bâtiment de la Smithsonian Institution, surnommé « le Château » à Washington.

C’est non seulement l’édifice « signature », mais aussi le point de départ désigné pour faire l’inventaire de tout ce que vous pouvez voir dans l’ensemble des musées. Une forme de sympathique menu interactif où les équipes de la Smithsonian vous aideront à faire l’arbitrage entre vos différentes pulsions.

National Space and Air Museum

Continuez votre tournée avec le plus impressionnant de tous les musées, celui de l’espace. Des frères Wright avec leur premier prototype jusqu’aux fusées d’aujourd’hui en passant par le vrai Spirit of St-Louis de Lindberg, tout y est!

Le musée de l'Espace et de l'Air Smithsonian à Washington.

Ma section préférée du musée est celle qui retrace la vie d’Amelia Earhart, et surtout son dernier grand voyage autour du monde.

L’aviatrice, mystérieusement disparue en plein vol, a marqué l’histoire et l’imagination populaire en traversant en solo l’Atlantique à bord de son Lockheed Vega 5B rouge.

Le Lockheed Vega 5B rouge de l'aviatrice Amelia Earhart au musée de l'Espace et de l'Air Smithsonian à Washington.


L’appareil et plusieurs accessoires ayant appartenu à la pionnière du ciel sont exposés à Washington. Sa veste d’aviateur, en cuir, est probablement l’objet qui m’a le plus touché. Comme si son fantôme le portait encore.

National Museum of American History

Un autre musée exceptionnel à mettre sur la liste des priorités est le National Museum of American History.

L’histoire américaine n’est pas très longue, mais elle occupe beaucoup d’espace, comme si elle était, par extension, notre histoire à tous. C’est un peu comme si, Lincoln ou Kennedy, avaient été nos présidents, ou la guerre du Vietnam un peu la nôtre aussi.

Le musée national de l'histoire américaine Smithsonian à Washington.

La culture populaire américaine est universelle et construit des mythes qui veulent l’être. Art ou propagande? Il y autant de réponses qu’il y a de gens pour poser la question.

Une seule certitude : ce qu’on appelle The American Experience, ou l’aventure américaine, est fondatrice pour beaucoup de gens qui ne sont pourtant pas des Américains. La force du cinéma y est pour beaucoup.

Ce n’est donc pas un hasard si, au musée de l’histoire américaine, on trouve les précieuses chaussures portées par Judy Garland dans Le magicien d’Oz aux côtés du chapeau haut de forme du président Lincoln! Les deux personnages sont, d’une certaine manière, les acteurs d’une superproduction made in USA.

Les précieuses chaussures portées par Judy Garland dans le Magicien d’Oz au musée national d'histoire américaine Smithsonian à Washington.
Un chapeau d'Abraham Lincoln exposé au musée national de l'histoire américaine Smithsonian à Washington.

À l’instar de la crème à barbe, l’histoire peut être mise en marché, et les Américains savent bien le faire. De ce point de vue, ce musée est un peu à l’image des temples d’une autre époque où on allait se recueillir devant des reliques saintes.

Les salles qui retracent la vie d’Abraham Lincoln sont parmi les plus intéressantes du musée, mais elles sont aussi révélatrices d’un processus qui s’apparente à la béatification du personnage historique.

Les piquets d’une clôture plantée par le président prennent dans les circonstances les allures de reliques, comme la Sainte-Croix! Ne vous laissez surtout pas décourager par mon ironie, qui n’est qu’un voile pudique pour masquer tout le bonheur que je ressens à parcourir ce musée.

L’histoire américaine me passionne complètement, et je plaide coupable aussi à une certaine fascination pour les artefacts qui la racontent. Il faut simplement éviter le piège des mythes, trop faciles, que peuvent sous-tendre certaines expositions.

Deux nouveaux musées pour les exclus de l’Histoire

La représentation des Afro-Américains et des Premières Nations a longtemps souffert dans la légende nationale, et la Smithsonian ne faisait pas exception.

Deux nouveaux musées ont ouvert leurs portes au cœur de la capitale pour commencer un travail sur ce que j’appellerais un redressement du récit national.

L’American Indian Museum

Le musée national des Indiens d'Amérique à Washington.

Ce musée possède l’une des plus vastes collections d’objets, artefacts, photos et œuvres d’art documentant la présence des ces Premières Nations partout dans le monde, particulièrement en terre d’Amérique, avant l’invention des frontières.

L’exploration de ces univers semblables et, en même temps, distants, est une belle manière de compenser pour tous les morceaux du puzzle qui ne nous a pas été enseigné ou que notre indifférence a choisi d’ignorer.

National Museum of African American History
and Culture

Le musée national de l'histoire et de la culture afro-américaine Smithsonian à Washington.

Le plus récent des musées à voir le jour au National Mall était très très attendu. Tellement que dans les premiers mois de son ouverture, les billets d’entrée, gratuits, s’échangeaient comme des places au Super Bowl!

Il s’agit du National Museum of African American History and Culture, un monument – symbolique, peut-être – de l’échec des Américains à réconcilier leur(s) histoire(s). Sans le vouloir, je me suis demandé si ce musée ne consacrait pas aussi la réalité perverse de la ségrégation, gangrène qui n’a pas fini de dévorer l’âme américaine.

N’y a-t-il quand même pas quelque chose d’ironique, ou de carrément révélateur, que l’histoire du pays soit racontée séparément, dans deux musées distincts ?

Je ne suis malheureusement pas en mesure de vous donner une opinion personnelle du musée et de ses collections. Lors de mes derniers voyages dans la capitale américaine, les foules se bousculaient au portillon, et je n’ai donc pas eu le temps de le visiter encore. On me dit qu’il est vraiment formidable. Sur ma liste « to do » pour la prochaine visite!

National Gallery of Art

La National Gallery of Art à Washington.

La National Gallery of Art est très probablement le musée que j’ai le plus fréquenté dans ma vie, non seulement à l’époque où je vivais à Washington, mais aussi au cours des 25 années depuis mon départ.

Ses deux édifices, l'East et la West Wing, sont des exceptions dans le paysage puisque ce ne sont pas des musées qui relèvent de la Smithsonian.

C’est ici que j’ai passé le plus de temps à m’initier à l’histoire de la peinture et à ses grands maîtres. Je suis toujours absolument hypnotisé par les tableaux de Rembrandt.

Au sous-sol, la salle où sont présentés quelques trésors de Degas est un incontournable pour les amateurs de cette riche période charnière de l’histoire de la peinture.

À mon goût, Street in Venice, – un tout petit tableau peint par John Singer Sargent en 1882 – et Nonchaloir, peint 25 ans plus tard, sont l’expression parfaitement aboutie de deux visions esthétiques non seulement adjacentes, mais aussi parfaitement différentes dans la sensibilité de l’artiste.

Le tableau Street in Venice réalisé par John Singer Sargent exposé au National Gallery of Art à Washington.
Le tableau Nonchaloir (Repose) réalisé par John Singer Sargent exposé au National Gallery of Art à Washington.

Assez bizarrement, les deux musées sont aussi une espèce d’oasis où j’ai passé beaucoup de temps, comme retiré du monde, à lire et à écouter de la musique comme on peut le faire dans un parc qu’on aime.

L’édifice néo-classique abritant les collections qui vont jusqu’au 20e siècle, la West Wing, dispose de quelques jardins intérieurs qui sont de pures merveilles.

Les jardins intérieurs de la National Gallery of Art à Washington.

La splendide salle de projection où sont présentés les grands chefs-d’œuvre du répertoire ou des œuvres contemporaines du cinéma mondial est le bijou caché de Washington.

Ça vaut vraiment la peine de jeter un coup d’œil à la programmation avant d’aller en visite dans la capitale. D’autant que c’est absolument gratuit, comme l’entrée du musée.

Où manger?

Plusieurs guides vantent les mérites de Mitsitam, le restaurant du musée. J’étais très curieux d’essayer cette gastronomie rare, disons-le, et je ne peux pas dire que je recommanderais ici de le faire. Le menu est très cher et les plats, corrects dans le meilleur des cas.

Dans l’édifice de la National Gallery of Arts, le Garden Café est situé dans l’un des jardins intérieurs du musée. Le menu et la cuisine ne sont pas révolutionnaires, mais le lieu est franchement sans égal. C’est très « vieille école ». J’aime aussi beaucoup prendre le café dans le passage entre les deux ailes du musée, après avoir bouquiné dans la librairie qui se trouve juste à côté.

La grandiose gare, Union Station, installée à côté de l’édifice du Congrès, est aussi recommandée pour un lunch rapide – les options sont nombreuses – dans un cadre vraiment magnifique.

Indiscutablement, le meilleur restaurant situé à proximité des musées est Rasika. On y déguste de la gastronomie indienne de haut niveau. Pour s’y rendre, il faut compter une quinzaine de minutes à pieds si vous partez de la National Gallery of Arts. Je prendrais mon temps pour profiter de l’expérience : c’est l’idéal pour une longue pause entre deux séances au musée.

D'autres adresses pour manger?

- Muze (Resto du Mandarin Hotel) (1330 Maryland Avenue SW)

- Old Ebbit Grill (675 25th Street NW)

- POV à l'Hôtel W (515 15th Street NW)

L'Australie, Paris, le Japon... Pour trouver toutes les destinations des Notes de voyage, consultez la page de l'émission.

Abonnez-vous à l'infolettre classique d'ICI Musique en cliquant ici!

Jazz vintage

Le jazz des origines à travers les enregistrements d'une époque où les clics d'une aiguille sur un 78 tours étaient monnaie courante. Les prises de son les plus emblématiques des années 20, 30, et 40.

Glenn Miller, Fred Astaire, Benny Goodman, Maurice Chevalier, Coleman Hawkins, Duke Ellington, Bing Crosby, Johnny Hodges, Billie Holiday, Anita O'Day, Cab Calloway, Sammy Kaye, Artie Shaw, etc.

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.