Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Écouter Lou-Adriane Cassidy à L’effet Pogonat : jeune femme de cœur et d’esprit

Par Mélanie Brunelle

À la veille de sa première à Québec (3 avril) et à Montréal (4 avril), la grande révélation en chanson au Québec cette année, Lou-Adriane Cassidy, est venue discuter avec Catherine Pogonat de la prolifique scène musicale de Québec (Hubert Lenoir, Les Louanges, Alaclair Ensemble) dont elle est une fière figure, de son respect et de sa passion pour le métier d’interprète, et de l’importance des collaborations dans sa démarche. Vous aimerez assurément cette conversation intéressante avec une douée, dont le jeune regard est finalement très lucide et rempli de sagesse.

Lou-Adriane Cassidy en entrevue avec Catherine Pogonat
Lou-Adriane Cassidy en entrevue avec Catherine Pogonat

L'effet Pogonat, 2 avril 2019.

Audio

Dans la vie comme sur son magnifique premier album C’est la fin du monde à tous les jours, Lou-Adriane est naturelle, elle parle franchement, avec spontanéité et conviction. À l’entendre converser avec l’animatrice, on est tenté de se demander pourquoi le mot « candeur » est si présent pour décrire sa personne et sa plume depuis ses débuts. Parce que cette jeune femme, dont l’ADN est composé de musique (elle est la fille de Paule-Andrée Cassidy), a une vision très éclairée sur la vie et sur le travail de l’artiste.

La force d’être ensemble

Selon elle, ses collaborations avec différents auteurs (Philémon Cimon, à qui elle a un jour « déballé son sac! », Tire le coyote, Stéphanie Boulay et Rebecca Leclerc) ou avec d’autres chanteurs comme Hubert Lenoir, avec qui elle a vécu le succès retentissant en l’accompagnant sur scène comme choriste, lui permettent d’avoir de nouvelles lentilles, de nouvelles perspectives qui enrichissent sa propre route en tant qu’artiste. Elles font aussi évoluer sa qualité d’interprète, une facette primordiale de son métier selon elle.

Gratitude et fierté

La sagesse de Lou-Adriane s’exprime également au moment de faire un retour sur son passage à l’émission La voix, un concours qu’elle salue, qui lui a apporté beaucoup (de l’expérience, de l’autonomie et qui lui a permis de rencontrer son coréalisateur Simon Pednault) et qui, contrairement à ce que le commun des mortels pourrait penser, ne l’a pas encarcanée pour sa suite. En fin d’entrevue, c’est beau de l’entendre parler avec fierté de l’effervescence artistique de Québec. Sa vision libre, instinctive et respectueuse fait d’elle une jeune femme pas mal inspirante.

On lui souhaite le meilleur pour ses premiers spectacles en vol solo! Toutes les dates sont annoncées sur son site.