Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Archives : revivre des moments de radio avec Offenbach

Par Émilie Pelletier Grenier

Au début des années 1970, Offenbach faisait son entrée sur la scène musicale québécoise. Une semaine après le décès de Michel « Willie » Lamothe, bassiste d'Offenbach et de Corbeau, nous avons pensé vous faire revivre des moments de radio au commencement de leur histoire. On décrivait alors la bande comme un « groupe musical underground », lequel a fait parler de lui après s’être produit à l’oratoire Saint-Joseph, avant d’assurer la première partie de Claude Dubois et de Diane Dufresne. Nous avons également déniché une entrevue où Willie, accompagné de Marjo, explique entre autres pourquoi il s’est tourné vers le groupe Corbeau.

Présent édition métropolitaine (1972)

Au micro de Gabi Drouin, en décembre 1972, le père Maurice Taillefer explique les motivations qui ont mené à l’ouverture des portes de l’oratoire Saint-Joseph à Offenbach. L’homme de foi soutient que l’objectif était de démontrer l’ouverture de ce lieu sacré à créer d’autres formes de liens avec les fidèles. Si lui n’a pas totalement été comblé par l'initiative, 4000 personnes ont tout de même assisté à Offenbach à l’oratoire. « C’était une expérience [...] pas tout à fait satisfaisante », conclut le père Taillefer, qui estime que l’intégration de la fête à la foi n’était pas optimale.

Cosmik (1973)

Quelques semaines après la prestation à l’oratoire, Offenbach assurait, le 20 janvier 1973, la première partie de Claude Dubois et de Diane Dufresne. À l’émission de radio Cosmik, animée par Gaston Binet et Louise Cuerrier, le journaliste Michel Trahan est sur le lieu du concert, au Centre sportif de l’Université de Montréal. Il s’y entretient notamment avec un Gerry Boulet drôlement laconique, ainsi qu’avec Michel « Willie » Lamothe. « C’était pas pire », de dire ce dernier à propos de sa prestation. 

Ad Lib (1981)

Plusieurs années plus tard, Michel « Willie » Lamothe fait désormais partie du groupe Corbeau, aux côtés de Marjo, alors Marjolaine Morin. Tous les deux sont en entrevue en juillet 1981 à l’émission Ad Lib, avec Ronald Tremblay. Ils reviennent sur leur parcours musical. L’animateur demande pourquoi Willie a choisi de quitter Offenbach. « C’est comme en amour, 10 ans avec la même femme, c’est long », ironise Michel Lamothe. « Offenbach et Corbeau, c’est complètement différent », confirme pour sa part la rockeuse lorsque interrogée sur le fait que deux membres de Corbeau faisaient partie d’Offenbach.

Offenbach et Corbeau en musique

Poussons la nostalgie encore un peu plus loin en nous rappelant ces prestations de l’époque.

L’hymne à l’amour

La chanson d’Édith Piaf vit autrement dans la bouche de Gerry. Un moment de grâce vécu, entre autres, en 1985 au Forum de Montréal.

Promenade sur Mars

Cette chanson parle d’un amour si inaccessible qu’il nous semble venir d’une autre planète.

Je vous espionne de ma fenêtre
Promeneuse qui avez un chien
Vous et le chien
Vivant sans doute sur une autre planète

Où l'homme que je suis
Quoiqu'il en pense
N'a pas accès
Ni de près ni de loin

J’lâche pas

L’inextinguible Marjo chante l’ardeur de celui ou celle qui veut vivre pleinement.

Le meilleur des années 70

La chanson ose et s'affirme pendant cette décennie pleine d'espoir et de confiance. Après une période où l'on adaptait les succès anglophones, voilà une ère foisonnante de compositions originales aux mélodies d'envergure. Voici les plus grands succès de ces années marquantes. Romantisme, identité, audace : tout y est!

Renée Claude, Offenbach, Pauline Julien, Jacques Brel, Diane Dufresne, Jean-Pierre Ferland, Octobre, Harmonium, Claude Dubois, Fiori & Séguin, Françoise Hardy, Beau Dommage, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.