Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Marc Hervieux sort les disques vinyles de Victoria de Los Angeles

Par Pierre-Olivier Alarie

Sa voix n’était pas d’une grande puissance, mais la beauté de son timbre, sa grande sensibilité et l’élégance de son chant lui ont assuré un immense succès pendant 40 ans.

Marc Hervieux présente Victoria de Los Angeles
Marc Hervieux présente Victoria de Los Angeles

La Dolce Vita du 1er avril 2019

Audio

Le public était charmé par sa spontanéité : lors de son tout premier récital aux États-Unis, en 1950 (au Carnegie Hall de New York), elle avait offert quelques chansons espagnoles, assise sur le piano en s’accompagnant à la guitare.

À l’opéra, elle a campé une Carmen fière et réservée, jamais vulgaire ou arrogante. Parmi ses autres grands rôles, on compte Mimi (La bohème) Cio-Cio-san (Madama Butterfly), Violetta (La Traviata), Manon (Manon, de Massenet) et Mélisande (Pelléas et Mélisande).

Elle a chanté à l’Opéra de Paris dès 1949. En 1950-1951, elle a réalisé un « tour du chapeau » devenu légendaire en faisant, au cours d’une même saison, ses débuts à Covent Garden, à la Scala de Milan et au MET de New York. Elle a chanté au Festival de Bayreuth en 1961 et en 1962.

Elle a mis fin à sa carrière en 1998, à la suite du décès de l’un de ses deux fils. C’est en 2005 qu’elle a quitté ce monde, à l’âge de 81 ans.