Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Audio : Claude Saucier souligne le 102e anniversaire de la légendaire Vera Lynn

Par Mélanie Brunelle

Dans une chronique présentée le 9 mars dernier à l’émission Samedi et rien d’autre animée par Joël Le Bigot, Claude Saucier soulignait le 102e anniversaire – le 20 mars prochain – et la carrière extraordinaire d’une légende de la chanson en Angleterre, LA grande chanteuse de l’effort de guerre britannique : Dame Vera Lynn.

Femme unique en son genre, Vera Lynn est devenue populaire pendant la Deuxième Guerre mondiale grâce à ses émissions radiophoniques qui réunissaient virtuellement les femmes avec leurs maris, leurs frères, leurs fils qui se battaient dans tout l'Empire britannique. Surnommée « la fiancée des forces armées », elle interprétait également pour les soldats et leurs familles des chansons sensibles et touchantes qui leur apportaient chaleur et espoir dans un rude contexte de guerre mondiale.

En ondes, Claude Saucier a présenté la plus célèbre chanson de Vera Lynn, We'll Meet Again (nous nous retrouverons), une pièce magnifique interprétée en 1939 qui était l’une des favorites des aviateurs des forces aériennes de l’armée britannique (Royal Air Force). Les paroles évoquent un lieu indéterminé, mais ô combien ensoleillé, où l'on se retrouvera sous un ciel bleu, « qui sait où, qui sait quand ». Cette pièce a laissé toute une empreinte dans l’imaginaire collectif et dans l’histoire de la musique : elle a notamment été reprise par The Birds sur l’album Tambourine Man (1965), et Pink Floyd y fait référence dans la pièce Vera, sur l'album The Wall (1979).

Vera Lynn était une femme engagée qui ne faisait pas que défendre les soldats et correspondre à distance avec eux (Claude Saucier relève d’ailleurs qu’elle prenait leurs demandes spéciales en direct à la radio!), elle visitait aussi les hôpitaux et encourageait les troupes sur le terrain : elle a même donné un concert à trois kilomètres du front dans la jungle birmane pour soutenir les membres de « l’armée oubliée » britannique. Avec des chansons comme The White Cliffs of Dover (les falaises blanches du Douvres, un rempart de défense), elle symbolisait aussi la résistance anglaise contre les attaques allemandes.

Sa carrière s’est brillamment poursuivie dans les années 50 et 60, où elle a commencé à être animatrice à la télévision. Vera Lynn a fait plusieurs tournées en Amérique, où elle bénéficiait également d’une grande notoriété. De nombreuses formations orchestrales (big bands), dont le Glenn Miller Orchestra, ont d’ailleurs repris les chansons de son répertoire.

À l'âge de 78 ans (en 1995), elle a chanté pour la dernière fois, dans un concert donné à l'extérieur du palais de Buckingham. En 2009, à l’âge honorable de 92 ans, elle est devenue l’artiste la plus âgée – toujours vivante – à figurer dans les palmarès avec la parution de We’ll Meet Again : The Very Best of Vera Lynn, une compilation de ses succès. C'est exceptionnel et il fallait le souligner! Une femme remarquable, dont l’œuvre et l’illustre engagement resteront éternels, tout comme elle d’ailleurs, du haut de ses 102 années!