Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

6 artistes autochtones dont la musique nous transporte

Par Émilie Pelletier Grenier

L’ADISQ, qui célèbre la musique québécoise, a annoncé récemment la création d’un prix pour récompenser les artistes autochtones. L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a décrété que 2019 est l’année internationale des langues autochtones. Nous avons donc pensé vous suggérer six artistes à découvrir issus des Premières Nations en provenance des quatre coins du pays.

Jeremy Dutcher

Jeremy Dutcher est l’artiste qui a remporté le prix Polaris en 2018 pour son album Wolastoqiyik Lintuwakonawa. Issu de la Première Nation malécite du Nouveau-Brunswick, le chanteur classique (ténor) et pianiste a choisi de ne pas traduire ses textes et de chanter dans sa langue, le wolastoq. Celui qui est aussi musicologue de formation a intégré la voix de ses ancêtres à sa musique. Jeremy Dutcher souhaite faire honneur à ses racines de la Première Nation de Tobique, mais aussi contribuer et participer activement à l’essor des cultures autochtones.

Revoyez ici sa prestation enchanteresse lors du gala du prix de musique Polaris 2018.

Matiù

L’auteur-compositeur-interprète originaire de la communauté de Mani-Utenam, sur la Côte-Nord, a fait paraître en novembre dernier un tout premier album, Petikat. Avec sa voix rauque et son franc-parler, l’artiste propose un folk aux accents rock. Matiù nous chante la réalité et les questionnements d’un artiste innu, mais touche du même coup à l’universalité des tracas du quotidien et des questionnements existentiels, et ce en anglais, en français et en innu.

Ziibiwan

Ziibiwan allie notamment la musique électro expérimentale, le hip-hop et le R’n’B. Ziibiwan Rivers de son nom complet est un jeune producteur et concepteur rythmique anichinabé de la Première Nation de Wiikwemkoong, dans le nord de l’Ontario. La musique vaporeuse et atmosphérique de Ziibiwan est imprégnée de la culture anichinabée, mais il dit que des artistes tels Radiohead et Bjork font également partie de ses influences.

Silla and Rise

Ce groupe composé de deux Nunavutoises, Cynthia Pitsiulak (Kimmirut) et Charlotte Qamaniq (Iglulik), ainsi que de Rise Ashen (Ottawa), marie les chants de gorge traditionnels inuits à la musique électro. Silla and Rise s’est par ailleurs vu décerner le Juno de l’album autochtone de l’année en 2017. Le trio se targue de faire une musique qui est à la fois aérienne et terrestre. « Sila » signifie en quelque sorte « météo » (ou « climat ») en inuktitut et prend la forme de ce qui unit ce qui nous entoure, notamment les éléments.

Shauit

L’auteur-compositeur-interprète, lui aussi originaire de Mani-Utenam, sur la Côte-Nord, chante en innu, mais également en français, en anglais et en créole. Shauit propose un mélange musical unique, où se rencontrent la langue innue et le reggae. L’artiste souhaite ultimement faire tomber les murs qui divisent les gens, et ce, grâce à sa musique. Il s’est également vu remettre divers prix, entre autres à l’occasion du Gala de musique autochtone Teweikan, pour son album Apu Peikussiaku.

Anachnid

Anachnid est une rappeuse et chanteuse oji-cree, originaire de la communauté de Wakefield. Elle est une artiste multidisciplinaire autochtone, dont l’animal totem est l’araignée, d’où son pseudonyme. Anachnid est aussi animatrice et peintre. Elle souhaite faire une musique qui soit aussi diversifiée que ses origines et ses intérêts.

Autochtones

Réveillez le chanteur et le danseur en vous. Pour les Autochtones, la musique fait partie de la vie quotidienne et doit être rassembleuse. Au fil des ans se sont ajoutées aux instruments de base (voix, tambours et flûtes) des sonorités plus actuelles.

Taima Project, Florent Vollant, Shauit, Kashtin, Wigwam, Lucy Amarualik, Gilles Sioui, Chloé Sainte-Marie, etc. 

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.