Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Écoutez l’un des trios pop-rock de l’heure, Radio Elvis, au microphone à L’effet Pogonat

Par Mélanie Brunelle

« Ces garçons-là » ne sont plus ordinaires. Membre à part entière d’une nouvelle garde au sein de la scène musicale française, Radio Elvis connaît le succès en France, où il se produit partout cette année avec les chansons d’un deuxième album intitulé Ces garçons-là. Au lendemain de deux concerts chez nous, à Québec (vitrine présentée dans le cadre de RIDEAU) et à Montréal (M2 du MTelus), le trio poétique électrique rend visite à Catherine Pogonat et nous offre de drôles de révélations, comme la genèse de leur histoire et de leurs inspirations.

Radio Elvis en entrevue avec Catherine Pogonat

L'effet Pogonat, 21 février 2019

Audio

Vainqueur du prix du meilleur album – révélation aux Victoires de la musique en 2017, Radio Elvis est une radio bien de son temps qui propose une musique pop-rock littéraire dans la lignée de Feu! Chatterton. Ses chansons témoignent d’un renouveau dans l’écriture en français, selon Catherine Pogonat, et elles ont une place de choix sur ICI Musique, notamment la pièce 23 minutes.

Après avoir avoué s’être baigné à -20 degrés dans une piscine extérieure d’un hôtel de Québec, Pierre (qui a eu les cheveux gelés), Colin et Manu ont parlé du public chaleureux et « très français » rencontré hier soir au M2 du MTelus à Montréal.

S’autoproclamant fan extrême d’Arcade Fire, Radio Elvis a su assimiler avec brio des influences musicales américaines et anglo-saxonnes (LCD Soundsystem, Talking Heads, Vampire Weekend) pour en faire un son rock intelligent et mélodique, parfois romantique, et fièrement chanté en français.

« C’est la vie, c’est comme ça, ça passera, tu verras »

Illustrant la grisaille des grandes villes et la solitude que l’on peut y ressentir, les images du film Her, comme celles des vidéoclips de Spike Jonze réalisés pour Arcade Fire, ont été une grande source d’inspiration pour le récent album du groupe. D’ailleurs, au-delà de la musique et de l’amour, la ville moche unit les trois membres, qui ne cachent pas le spleen vécu dans leurs villes « ternes » natales en France.

Vous découvrirez le parcours professionnel – très atypique – du chanteur et fondateur Pierre Guénard avant les débuts du groupe, tout comme la petite histoire derrière le nom du trio.

Qu’espèrent Pierre, Colin et Manu pour le futur? Que leurs salles de spectacle soient bondées, car la scène les anime plus que tout. Ils aiment le côté total et la générosité de la prestation. Pas étonnant qu’Arcade Fire les interpelle autant. On leur offre un « Good luck charm » pour la suite!