Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Entrevue opéra : L’hypothèse Caïn : une proposition opératique de Michel Gonneville

Par
Sylvia L'Écuyer

Après 40 ans de carrière, le compositeur Michel Gonneville n’a pas moins de 40 œuvres à son catalogue : il a écrit pour grand orchestre, bande magnétique, divers instruments solistes et, bien sûr, pour la voix. Son œuvre la plus récente, L’hypothèse Caïn, pour 8 chanteurs, une quinzaine de musiciens et synthétiseur, sur un livret d’Alain Fournier, qui a conçu aussi la mise en scène, fait appel à Catherine Béliveau et à Mario Côté pour la scénographie et la vidéographie.

C’est donc un opéra? Non, pas pour Michel Gonneville, qui n’aime pas beaucoup les termes trop convenus et trop conventionnels. Il tient à décrire Caïn comme une proposition opératique. Mais quelle belle aventure et quel sujet fascinant!

La source première d’inspiration du compositeur a été le roman de José Saramago, Caïn, paru en 2009 et dont la lecture a été pour moi aussi, une véritable révélation. Comme le Caïn du roman, le personnage de cette proposition opératique est en conversation avec un dieu insensé et cruel, et « choisit d’offrir à ceux que ça intéresse le plus beau moment de l’humanité avec le monde qui l’entoure, soit l’acte d’amour entre lui et sa femme, Adah ». Celle-ci, dans cette production, est interprétée par la mezzo-soprano Marie-Annick Béliveau, que j’ai invitée, avec le compositeur, à nous présenter cette œuvre audacieuse et percutante. Je vous invite à écouter notre entretien et à visiter le site de l’événement, entre autres pour vous familiariser avec le livret avant d'assister au spectacle.

L'hypothèse Caïn
L'hypothèse Caïn

revisitée par Michel Gonneville et Marie-Annick Béliveau

Audio

Les représentations auront lieu les 19, 20 et 22 février à l’Agora Hydro-Québec au Cœur des Sciences de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Vous pouvez consulter tous nos billets sur la page de Sylvia L'Écuyer