Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Notes de voyage : le célèbre musée du Prado, à Madrid

Par
Stéphan Bureau

Vous le savez maintenant, l’émission est développée à partir de souvenirs proches ou lointains de mes voyages, mais aussi beaucoup autour de la musique qui les accompagne ou me permet d’y replonger!

Cette fois, je vous propose de nous transporter entre les murs de l’un des plus beaux écrins de la création picturale, un des plus grands musées du monde : l’extraordinaire Prado, en Espagne.

Écoutez <em>Notes de voyage</em> sur le Prado à Madrid
Écoutez <em>Notes de voyage</em> sur le Prado à Madrid

Diffusion : 10 février 2019

Audio

Pour connaître le titre d'une œuvre entendue à l'émission, consultez la page Musiques diffusées du site d’ICI Musique.

Le Prado propose avant tout une phénoménale collection d’art espagnol, mais aussi de tableaux de la Renaissance italienne et de peintures flamandes. Velázquez, Goya, Titien et Rubens en sont les grands piliers.

Le musée du Prado, à Madrid.

PRATICO-PRATIQUE

Quand y aller?
L’idéal est d’arriver tôt, quitte à faire un peu la queue, et d’entrer à l’ouverture, à 10 h. Pendant le lunch, c’est-à-dire de 15 h à 17 h, le musée est aussi un peu plus calme.

Écoutez en direct l'émission Notes de voyage tous les dimanches de 10 h à 12 h sur les ondes d'ICI Musique, ou en rattrapage en cliquant juste ici.

Si vous êtes comme moi et ne pouvez vous concentrer plus de deux ou trois heures à la fois, je recommande de faire la visite en deux temps et d’aller vous reposer au parc du Retiro, juste à côté, entre les deux portions.

Le parc du Retiro, tout près du Prado, à Madrid.

Le prix d’entrée
Comme pour tous les musées, c’est costaud : plus de 20 dollars!

Cependant, tous les jours, l’accès est gratuit pour les deux dernières heures d’ouverture. Attention, les files d’attente sont alors longues et le musée, archiplein!

Une petite suggestion resto
Tout juste derrière le musée se trouve le délicieux café Murillo, une brasserie sans prétention en service continu à partir de midi – une rareté à Madrid. Leur petite terrasse se prête parfaitement à prendre l’apéro après une journée au musée.


LES ŒUVRES DONT JE VOUS AI PARLÉ EN ONDES

Rubens et Brueghel l'Ancien
Ce printemps, huit nouvelles salles consacrées à l’art flamand et hollandais ont été ouvertes et permettent de déployer les collections. Comme je l’ai mentionné dans l’émission, les cinq fabuleux tableaux des Allégories des cinq sens y ont trouvé un refuge à la hauteur de ce qu’ils représentent dans l’histoire de la peinture. Voici celui représentant l’ouïe.

L'allégorie de l'ouïe, 1617-1618.

Ces chefs-d’œuvre sont le fruit d’une géniale collaboration entre deux géants baroques, les Flamands Jan Brueghel l'Ancien et Pierre Paul Rubens. Les figures féminines personnifient chacun des sens. Pour la vue, ils ont mis en scène Cupidon et Vénus dans un décor chargé de bustes, de peintures et d’instruments de toutes sortes.

Allégorie de la vue, 1617.

Ci-dessous, la figure de l’odorat, au milieu d’un jardin en fleurs.

Allégorie de l'odorat, 1617-1618.

La série a été peinte entre 1617 et 1618 à Anvers. Je vous laisse deviner quels sens illustrent les deux dernières toiles.

Allégorie du toucher, 1617-1618.
Allégorie du goût, 1618.

Velázquez
Avec Goya, Velázquez représente l’autre vedette du musée.

Son tableau Les Ménines fait se déplacer les foules, un peu comme La Joconde au Louvres. Pour profiter d’un peu de calme, dirigez-vous immédiatement vers la salle ronde de l’étage principal si vous arrivez tôt le matin.

Goya
Comme pour Velázquez, il est recommandé de se rendre en début de visite dans certaines salles afin de jouir plus paisiblement des fameux formats géants que sont Le deux mai 1808 et Le trois mai 1808.

Le tableau représente une scène ayant eu lieu le 2 mai 1808 à Madrid.
Peinte en 1814, cette toile est aussi connue sous le nom Les Fusillades du 3 mai.

Les reproductions que nous avons l’habitude de voir de ces tableaux qui représentent les débuts de l’insurrection contre les forces d’occupation napoléoniennes et la sordide répression qui l’accompagne ne donnent aucune idée du choc qu’on ressent en les contemplant au Prado.

Toutefois, comme je le racontais au micro, on retrouve aussi dans ce musée deux autres œuvres célèbres de Goya qui expriment une humeur plus joyeuse, soit la version nue et vêtue du personnage de Maja.

La Maja vêtue (La Maja vestida), une des œuvres les plus connues de Goya.

La version nue de cette ingénue Vénus, un genre parfaitement interdit au moment où Goya la peint, a fait couler beaucoup d’encre.

la toile a été peinte entre 1790 et 1800 par Goya.

Titien
C’est le dernier des « incontournables ». Ne manquez pas la toile La Vénus et la musique, qui s’inscrit parfaitement dans la chaîne d’ADN qui mène plus tard à la Maja de Goya!

Vénus et la musique, par Titian.

Voir de grands tableaux en vrai demeure une expérience unique, voire bouleversante. Ne vous privez pas de ce plaisir, au Prado ou ailleurs!

Madrid, la Nouvelle-Zélande, le Liban... Pour trouver toutes les Notes de voyage, consultez la page de l'émission.

Abonnez-vous à l'infolettre classique d'ICI Musique en cliquant ici !

Contemplation

Plongez le regard dans un ciel étoilé ou dans un paysage sublime et laissez-vous soulever doucement par la plus belle et la plus inspirante musique contemporaine, porteuse d'une paix et d'une sérénité subtiles et raffinées.

Ludovico Einaudi, Arvo Pärt, John Tavener, Max Richter, Eric Whitacre, Nils Frahm, Chilly Gonzales, Philip Glass, Jean-Michel Blais, Roman Zavada, etc.

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.