Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Mois de l'histoire des Noirs : Dans l'atelier du pianiste André Watts

Par
Marc-André Doran

Durant trois émissions, j’aurai le plaisir de vous guider à travers la discographie du grand pianiste américain André Watts, notamment dans la brillante série d’enregistrements qu’il a réalisés pour la firme Columbia, de 1963 à 1980, et qui sont regroupés dans le coffret de 12 CD André Watts : The Complete Columbia Album Collection (Sony Classical).

Ce pianiste qui, à 72 ans, mène encore sa fructueuse carrière avec calme et aplomb, a connu des débuts dignes d’un conte de fée. Dans l’Allemagne en ruine immédiatement après la Seconde Guerre, son père, soldat américain noir, rencontre une réfugiée hongroise. André Watts naîtra de cette union en 1946. Sa mère, qui vit dans le culte du compositeur hongrois Franz Liszt, lui donne ses premières leçons de musique et en 1954, année où la famille Watts quitte l’Allemagne pour revenir s’établir aux États-Unis, le jeune André est déjà un solide musicien qui fera ses débuts avec l’Orchestre de Philadelphie dès l’année suivante.

Dans une Amérique déchirée par des conflits reliés à la discrimination des Noirs, le compositeur, pianiste et chef d’orchestre Leonard Bernstein fait un geste extrêmement fort en lançant la carrière d’André Watts. En janvier 1963, Bernstein invite le jeune homme à participer à sa série télévisée Young People’s Concert. Il l’invite également, quelques jours plus tard, à remplacer au pied levé le pianiste canadien Glenn Gould qui venait d’annuler une apparition en concert avec l’Orchestre philharmonique de New York. C’est aussi Bernstein qui convainc la firme de disque Columbia d’offrir au jeune homme un contrat en exclusivité. Au moment d’enregistrer un premier disque, c’est tout naturellement Leonard Bernstein que l’on trouve au pupitre, pour diriger le Concerto no 1 de Franz Liszt.

André Watts s’est fait entendre à de nombreuses reprises au Canada. Son jeu se distingue par une sonorité très riche, une technique impressionnante et un jeu audacieux qui n’évite pas certaines prises de risque. Un commentateur parle « d’un poète à l’élégance insouciante, mais raffinée, qui ne peut s’enseigner ». André Watts est unanimement reconnu comme un homme de cœur, qui joue avec son cœur.

1re émission
Franz Liszt : Concerto no 1 (Leonard Bernstein : direction)
Joseph Haydn : Sonate no 62
Franz Liszt : Grande étude de Paganini no 2
Claude Debussy : La cathédrale engloutie
Frédéric Chopin : Nocturne, op. 48, no 1
Franz Liszt : Sonnet no 104 de Pétrarque
Ludwig van Beethoven : Rondo a capriccio, op. 129 (Colère pour un sou perdu)
En complément :
William Levi Dawson : Negro Folk Symphony (Orchestre symphonique américain, Leopold Stokowski : direction)

Dans l'atelier d'André Watts (1)
Dans l'atelier d'André Watts (1)

Animation : Marc-André Doran

Audio

2e émission
César Franck : Variations symphoniques FWV 46 (Erich Leinsdorf : direction)
Sergueï Rachmaninov : Variations sur un thème de Corelli, op. 42
Domenico Scarlatti : Sonates, K. 481 et K. 39
Joseph Haydn : Sonate no 58
Johannes Brahms : Intermezzos, op. 119 no 2 et 3
Maurice Ravel : Oiseaux tristes
Claude Debussy : Suite Children’s Corner
En complément :
Jean-Sébastien Bach : Cantate BWV 202 (Kathleen Battle : soprano, ensemble instrumental Ravinia, James Levine : direction)
Joseph Haydn : 1er mouvement du Concerto pour trompette (Wynton Marsalis, National Philharmonic Orchestra, Raymond Leppard : direction)

Dans l'atelier d'André Watts (2)
Dans l'atelier d'André Watts (2)

Animation : Marc-André Doran

Audio

3e émission
George Gershwin : version pour piano solo de Rhapsody in Blue
Franz Schubert : Fantaisie « Wanderer », D. 760
Frédéric Chopin : Concerto no 2, op. 21 (Thomas Schippers : direction)
George Gershwin : versions pour piano solo de quelques chansons (Songbook)
En complément :
Florence Price : Symphonie no 4 (Orchestre symphonique de Fort Smith, John Jeter : direction)

Dans l'atelier d'André Watts (3)
Dans l'atelier d'André Watts (3)

Animation : Marc-André Doran

Audio

En 1963, le compositeur et chef Leonard Bernstein, émerveillé devant le talent du jeune pianiste, présente André Watts, à 16 ans :

André Watts interprète le Concerto no 2 de Rachmaninov avec l'Orchestre philharmonique de New York et le chef Zubin Mehta (1988) :

Vous souhaitez être informé de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique et sur ICIMusique.ca? Abonnez-vous à notre infolettre classique!