Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Révélation Radio-Canada : les Nomad’Stones en Mauritanie pour un festival nomade

En bons nomades qu’ils sont, les Nomad’Stones se sont rendus, un peu plus tôt en janvier, en Mauritanie pour participer au festival La Khaïma. Nous avons suivi la Révélation Radio-Canada en musique du monde 2018-2019 jusque dans le désert, en Afrique du Nord. Il est aussi possible de voir les photos du voyage sur la page Facebook de Nomad’Stones.

Le festival nomade La Khaïma est le fruit d’un partenariat entre le Canada et la Mauritanie. Pour une dixième année consécutive, le Sahara occidental réunit des artistes de partout dans le monde et se transforme en une salle de spectacle, en un festin, en un plancher de danse et en une gigantesque salle d’exposition.

C’est la ville de Nouakchott qui a accueilli cette année les caravaniers et les festivités, auxquelles les membres du groupe montréalais Nomad’Stones se sont joints.

Le partage et la rencontre de l’autre sont des valeurs essentielles de ce rendez-vous musical prenant place dans le désert.

Atigh est le fondateur du festival nomade.

Le festival nomade, c'est avant tout un homme. On a rencontré Atigh [le fondateur du festival] à son restaurant du Mile-End, La Khaïma. C’est là où ce nomade nous a parlé d’un de ses rêves. Il voulait créer la rencontre entre les peuples nomades mauritaniens et les autres cultures autochtones, mais aussi entre ses deux familles : celle de son pays d'origine et celle de son pays d'adoption. C’est donc pour lui et pour ce rêve un peu fou qu’on a décidé de prendre l’avion en direction de Nouakchott, a affirmé le groupe par écrit.

Des artistes autochtones canadiens tels que Laura Niquay et Martin Akwiranoron Loft y étaient également à l’honneur. C’est donc dans les contrastes, sur fond de balade en chameau, que les participants du festival célébrant le nomadisme se retrouvent.

Ce que les membres de Nomad’Stones disent retenir de l’expérience se résume à une citation d’Atigh, le fondateur : “Avancer dans la vie, c’est un peu comme traverser ce désert. Tu trouves tes repères dans la direction des dunes, mais parfois il faut accepter que tu as pris le mauvais chemin. Alors tu retournes sur tes pas pour retrouver la bonne route.” Le but, c’est le chemin. Et on avance en marchant, de sommer le groupe.