Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Vive l’hiver! La meilleure musique classique pour célébrer la saison froide

Par
Frédéric Cardin

Que vous aimiez ou non l’hiver, les pièces musicales qui suivent ont l’avantage d’évoquer la saison froide tout en vous laissant le loisir de décider si vous souhaitez les apprécier bien au chaud, dans votre foyer, ou encore en participant pleinement à des activités extérieures (les appareils mobiles ont tout de même un immense avantage)! Voici quelques choix de pièces classiques qui savent le mieux évoquer la neige, le froid, le vent boréal ou la féérie d’un paysage scintillant de lumière glacée. Et puisque nous sommes désormais en 2019, j’ai choisi de vous en offrir… 19 (j’ai laissé tomber les 2000 autres, mettons)!

Antonio Vivaldi : Concerto pour violon « L’hiver », op. 8 no 4

Le plus célèbre des hivers musicaux, probablement. Atmosphère verglacée et bourrasques éoliennes cinglantes : on ne peut s’y tromper.

Et tant qu'à y être, si le sujet des quatre saisons en musique vous passionne, il y en a d'autres à découvrir de :

- Joseph Boismortier

- Piazzolla (façon tango!)

- Joachim Raff (4 grandes symphonies, de 8 à 11 dans son catalogue, chacune sur le thème d'une saison. L'hiver est la 11e)

- Félicien David

- Chales Koechlin (en vérité, 3 seulement. Il a "oublié" l'été)

- Alexander Glazunov (plus bas ici)

- Un Québécois dont je vous garde la surprise à la toute fin de la liste!

Alexander Glazunov : L’hiver, extrait des Saisons

Les Saisons, de Glazunov, sont une sorte de suite ou de symphonie en quatre mouvements. C’est une merveille de couleurs musicales évocatrices, car Glazunov était un maître orchestrateur. Chaque saison est irrésistible de beauté, l’hiver en particulier. Mais, au Québec, c’est celle de l’Automne qui est la plus connue, même par des milliers de gens qui ne s’en doutent même pas. En effet, l’une des deux mélodies principales de l’Automne a été utilisée comme thème musical du téléroman Les belles histoires des pays d’en haut de 1956 à 1970. Vous aimiez l’Automne, de Glazunov? Découvrez l’Hiver!

Henry Purcell : Frost Scene

Cette scène de l’acte 3 de l’opéra King Arthur comprend un air d’une rare qualité évocatrice. Chanté par le Génie du Froid, il est caractérisé par un rythme qui rappelle des hoquets grelottants. Il est même devenu un succès de palmarès en 1982, chanté en version pop par Klaus Nomi et renommé pour l’occasion The Cold Song.

Franz Schubert : Voyage d’hiver (Winterreise)

Un fabuleux périple musico-poétique, dont l’issue, dramatique, est la mort (symbolisée par l’hiver). Ne vous laissez pas abattre par cette prémisse lugubre : la beauté presque irréelle de ce chef-d’œuvre vous transportera bien loin de tout vague à l’âme hivernal.

Pyotr Ilych Tchaïkovsky : Casse-noisette

Hiver rime avec Noël, et Noël rime avec Casse-noisette. Que dire de plus? Magie assurée, yeux et oreilles d’enfants (jeunes et moins jeunes) vibrants de bonheur.

Einojuhani Rautavaara : Cantus Arcticus pour oiseaux et orchestre

Les oiseaux ont toujours inspiré les compositeurs, mais en 1972, le Finlandais Rautavaara a décidé d’aller plus loin et d’écrire un véritable concerto avec orchestre pour nos amis à plumes. Il a enregistré des dizaines d’entre eux près du cercle polaire et a écrit une trame symphonique magistrale en vue d’accompagner dignement leurs caquètements nordiques qui sont issus du froid, mais qui font irrésistiblement chaud au cœur.

Frédéric Chopin : Étude « Winter Wind », op. 25 no 11

Frédéric Chopin n’a jamais appelé cette étude comme ceci. C’est a posteriori que des pianistes lui ont donné ce surnom, pour évoquer la difficulté redoutable de sa partition. Regardez bien aller la pianiste Valentina Lisitsa : ce n’est pas un vent d’hiver, c’est un ouragan boréal qu’elle crée!

Bob Chilcott : Mid-Winter

Après les bourrasques de Chopin, un doux matin saupoudré de flocons doucement déposés était de mise.

Sergeï Prokofiev : Troïka

Une promenade en traîneau (troïka en russe) est une activité incontournable de tout hiver traditionnel qui se respecte. Prokofiev a écrit l’une des plus célèbres versions symphoniques qui existent (avec celle de Leroy Anderson). À noter que l’anglais Frederick Delius en a composé une lui aussi, de type impressionniste celle-là. Avis à tous ceux qui souhaitent explorer l’hiver sur différents modèles de traîneaux!

Ralph Vaughan Williams : Symphonie no 7 « Antarctica »

Basée sur la musique d’un film (Scott of the Antarctic), cette symphonie de Ralph Vaughan Williams est exceptionnellement suggestive pour laisser croire à des paysages à la fois grandioses et désolés du continent blanc. Frissons garantis…

Gustav Mahler : Winterlied

Un chant écrit par Mahler dans sa jeunesse, mais déjà imprégné de la force allusive du compositeur.

Claude Debussy : Des pas sur la neige

On dit que le motif constitué des paires de notes ré-mi puis mi-fa symboliserait les pas laissés dans la neige par le pied droit suivi du pied gauche. Quoi qu’il en soit, ce doit être un elfe qui marche, car il n’y a aucune lourdeur dans cette délicate randonnée.

Nikolaï Rimski-Korsakov : La Demoiselle des neiges (Snegourotchka)

Un opéra féérique, dans la plus pure tradition des contes russes, où l’on trouve le grand-père Hiver, la fée du Printemps, l’esprit des Bois, etc.

Giacomo Puccini : Che gelida manina (ta petite main gelée), ext. de La bohème

Un air aussi beau que célèbre. Il parle d’une main gelée par la froidure de l’hiver, mais il contient assez de chaleur pour faire fondre tout le pôle Nord à lui tout seul. Magnifique, et entendu à côté d’un feu de foyer, alors là…

Ludovico Einaudi : The Snow Prelude no 15

La plume délicate et mélancolique d’Einaudi est parfaite pour un petit matin « grisounet » de janvier.

Philippe Boesmans : Wintermärchen

Un opéra créé en 1999 et inspiré de la pièce The Winter’s Tale, de Shakespeare. La musique de Boesmans n’a pas d’intention suggestive d’une quelconque caractéristique hivernale, mais cette histoire de jalousie maladive est fabuleusement exprimée par la musique aussi éclectique que glacialement expressive de Boesmans.

Jean Sibelius : Symphonie no 2

Bien que Sibelius ait écrit quelques pièces spécifiquement associées à l’hiver (comme la Scène d’hiver, op. 114 no 2), j’ai plutôt choisi sa Symphonie no 2, qui donne l’impression à l’auditeur d’être monté à dos d’aigle géant et de survoler les magnifiques forêts enneigées de Finlande.

Morten Lauridsen : Mid Winter Songs

Une autre œuvre chorale contemporaine de très belle facture, inspirée des écrits de l’Anglais Robert Graves.

André Gagnon : Hiver, extrait de Mes quatre saisons

Eh oui, notre propre André Gagnon a lui aussi écrit ses « Quatre saisons »! En vérité, il faudrait dire « arrangé », car le pianiste et compositeur s’est servi de chansons populaires du répertoire québécois (comme Mon pays, de Vigneault, dans le cas précis de cette évocation de l’hiver) pour arriver à ses fins. C’est tout simplement délicieux.

Vous aimerez également:

La musique de vos moments enneigés

Consultez également notre page portant sur tous les contenus des Fêtes diffusés sur ICI Musique classique!

Vous souhaitez être informé de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique et sur ICIMusique.ca

Abonnez-vous à notre infolettre classique