Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Entrevue opéra : Nina Stemme reçoit le prix Birgit Nilsson

Par
Sylvia L'Écuyer

Le 17 mai dernier, jour du 100e anniversaire de naissance de la grande Birgit Nilsson, le Président de la Fondation Birgit Nilsson, Rutbert Reisch, annonçait que le Prix Birgit Nilsson Prize 2018 irait à la soprano Nina Stemme. Ce prix prestigieux, accompagnée d’une bourse d’un million de dollars, était attribué pour la 4e fois depuis 2009. Le premier lauréat, choisi par Birgit Nilsson elle-même avant son décès, était Placido Domingo. Se sont succédés en 2011 le chef d’orchestre Riccardo Muti et en 2014 l’Orchestre Phiharmonique de Vienne.

C’est avec beaucoup d’émotion que la soprano suédoise Nina Stemme a reçu son prix des mains de Sa Majesté le roi Carl XVI Gustav à l'Opéra Royal de Stockholm le 11 octobre. Reconnue pour ses interprétations fidèles et dramatiques du grand répertoire lyrique, elle est une des plus grandes wagnériennes de notre époque, certainement la plus grande Isolde actuelle. Les critères de base dans l’attribution du prix sont essentiellement artistiques. Pour un chanteur : qualité et beauté de la voix, justesse de l’interprétation et de l’expression et respect absolu de la partition tout en accomplissant des prouesses musicales exceptionnelles. On exige aussi au moins deux décennies de carrière, une reconnaissance sur la scène internationale, une forte personnalité artistique et un professionnalisme exemplaire. Le choix d’une artiste suédoise était particulièrement heureux en 2018, non seulement à cause de l’année anniversaire mais aussi parce que l’administration du Prix Birgit Nilsson est désormais confiée à l’Académie Musicale de Suède.

Formée au studio d'opéra de sa ville natale, Nina Stemme a fait ses débuts dans un répertoire de mezzo-soprano (Cherubino à Cortona en 1989). Malgré ses victoires aux concours Cardiff Singers of the World et Operalia en 1993, sa carrière se développe lentement, d’abord à Stockholm et à Cologne, en chantant Mozart et Puccini puis Wagner et Weber.

C’est en 2003 que vient la reconnaissance internationale quand elle chante Isolde au Festival de Glyndebourne puis à Bayreuth. Les autres rôles wagnériens s'enchaînent à Bayreuth, mais elle chante aussi Verdi à Vienne et à Londres, Chostakovich et Strauss à Genève et c'est avec Puccini qu'elle fait ses débuts au Met dans La Fanciulla Del West.
À l'automne 2018, elle a chanté les trois rôles de Brunhilde dans une production de la Tétralogie sous la direction d'Antonio Pappano. Entre une représentation de Götterdämmerung le 9 octobre et Die Walküre le 18, elle est donc venue à Stockholm pour le Gala de remise du Prix. Je l’ai rencontrée le lendemain de la cérémonie, heureuse et détendue. Ça fait du bien d'être reconnue chez soi!

La soprano Nina Stemme

récipiendaire du prix Birgit Nilsson

Audio

Vous pouvez consulter tous nos billets sur la page de Sylvia L'Écuyer