Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Entrevue opéra : Triomphe de la soprano Barbara Hannigan à Paris

Par
Sylvia L'Écuyer

Maintenant résidente en France, Barbara Hannigan se produit de plus en plus souvent sur les scènes parisiennes. Tout récemment, avec Bérénice au Palais Garnier, c'est un nouveau triomphe pour la soprano canadienne qui remportait un immense succès dans La Voix Humaine de Francis Poulenc à l'Opéra National de Paris en mars dernier.

Le 29 septembre, elle créait à Paris un opéra écrit tout spécialement pour elle par le compositeur suisse Michael Jarrell. Des dizaines d'œuvres composées pour la soprano canadienne, Bérénice, inspirée de la tragédie de Jean Racine, est de son propre aveu, une des partitions les plus difficiles qu'elle ait jamais chantée.

Dans une mise en scène très dépouillée de Claude Guth et sous la direction musicale de Philippe Jordan, cette tragédie a été transformée en pièce contemporaine par Michael Jarrell qui a lui-même préparé le livret sans ajouter un seul mot au texte classique, mais en retranchant tout ce qui n'était pas absolument nécessaire pour que la musique ait tout son espace. Je vous rappelle l'intrigue : devenu empereur à la mort de son père Vespasien, Titus malgré son grand amour pour Bérénice qui vit avec lui à Rome depuis 5 ans, doit renoncer à l'épouser puisqu'elle est reine de Judée et donc considérée comme une ennemie par le peuple de Rome. C'est le baryton Bo Skovus, extrêmement impressionnant autant par sa voix que par sa stature et son jeu, qui interprétait le rôle de Titus. Malgré la difficulté de l'oeuvre, la salle de l'Opéra Garnier était pleine à craquer ce dimanche après-midi d'octobre. J'ai rencontré Barbara Hannigan dans sa loge juste après la représentation.

La soprano Barbara Hannigan

incarne Bérénice au Palais Garnier

Audio

Le lendemain de cette conversation, Barbara Hannigan s'envolait pour Göteborg où elle occupe le poste de premier chef invité de l'Orchestre National de Suède. Le 15 décembre, elle devenait membre de l'Académie de Musique de Suède et recevait le prix Rolf Schock pour la Musique, un prix extrêmement prestigieux assorti d'une bourse importante. Dans un discours à la fois simple émouvant, elle a annoncé que la totalité de la bourse serait versée au projet Equilibrium. Je vous cite ma traduction d'un extrait de son discours de réception « Après 30 années passées à créer des œuvres nouvelles, j'ai encore la chance de chanter. 47 ans, c'est un âge avancé pour une soprano. Je suis souvent la plus vieille de la production. Un jour un collègue a remarqué que je ressemblais à sa mère. C'était un signal, et j'ai décidé qu'il était temps de créer un outil de mentorat pour les jeunes musiciens. C'est come ça qu'est né Equilibrium. »

Pour en savoir plus : https://equilibrium-youngartists.com/barbara-hannigan/

Vous pouvez consulter tous nos billets sur la page de Sylvia L'Écuyer