Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Raymond Lévesque a 90 ans : célébration de sa musique, une tranche d'histoire

Par
Nathan LeLièvre

Le prolifique et polyvalent Raymond Lévesque atteint cette année l’âge vénérable de 90 ans! ICI Musique célèbre aujourd’hui son legs. On lui doit quelque 500 chansons, dont Quand les hommes vivront d’amour, inspirée par la guerre qui déchire alors l’Algérie. Son œuvre, d’abord née de la nécessité, est rapidement devenue empreinte d’engagement social et politique.

C’est sa grand-mère qui l’initie à la musique. Elle lui enseignera le piano et le reste de sa formation, il la recevra dans le red light montréalais des années 1940. À 20 ans, il perd l’ouïe dans une oreille à la suite d’une maladie, ce qui ne l’empêchera guère de poursuivre sa route.

Le marché québécois étant restreint, Raymond Lévesque tente l’aventure européenne. En France, il enregistre un premier super 45 tours avec le producteur Eddie Barclay. On y retrouve quatre chansons, dont Les trottoirs qui lui vaudra un début de renommée, surtout lorsque reprise par Eddie Constantine.

On trouve aussi sur cet EP La petite canadienne, un clin d’oeil à la méconnaissance du Canada par les Européens. La pièce sera popularisée par Dominique Michel, présente aussi en Europe à l’époque. En voici une reprise récente par la comédienne Brigitte Lafleur sur l’album hommage Chapeau, monsieur Lévesque !

Après cinq ans passés à l’étranger dans les années 50, Raymond Lévesque rentre au Québec. En plus de jouer au théâtre, il ouvre, avec Jean-Pierre Ferland, Clémence Desrochers, Claude Léveillée et Hervé Brousseau, la première boîte à chansons québécoise. Ils la nomment « Chez Bozo », en l’honneur d’une célèbre chanson de Félix Leclerc, à ne pas confondre avec Bozo-les-culottes, sa chanson née de ses convictions souverainistes dans des années 60, marquées notamment par le Front de libération du Québec.

Le patriotisme de Raymond Lévesque marquera profondément sa carrière. Québec mon pays, Pourquoi discuter, Séparatisme ne sont que quelques titres qui véhiculent ses convictions, parfois même avec humour, en évoquant tour à tour les felquistes, le fameux Speak white et les orangistes du Canada anglais, entre autres.

En 1974, Raymond Lévesque est sollicité pour ses talents d’acteur. Il jouera Bertrand Galarneau dans Bulldozer de Pierre Harel au grand écran. Il chantera aussi Tharèse sur la trame sonore du film, sortie en simple deux ans plus tôt.

En 1986, l’inévitable se produit. Raymond perd complètement l’ouïe. Il s’éloigne de la chanson et se consacre davantage à la poésie. Ça ne l’empêche pas de composer une nouvelle chanson en 2016, un texte qui prône la paix, qu’il a offert à son amie, l’actrice Marie-Josée Longchamps.

Malgré son vaste répertoire, quand on pense à lui, nos têtes et nos cœurs convergent vers Quand les hommes vivront d’amour, sacrée chanson du siècle lors d’un vote populaire en 1990. Aujourd’hui certains n’hésitent pas à la qualifier de la chanson la plus connue du répertoire québécois; on n’en compte plus les reprises.

On se laisse donc sur ce beau souvenir datant de 2006 : 50 ans après la première parution de la pièce, de nombreux grands noms de la chanson québécoise ont uni leurs voix sur cet hymne à la paix, éternellement d’actualité, lors des célébrations de la fête nationale diffusée à la télévision de Radio-Canada.

Avec énormément de reconnaissance et de respect, nous vous souhaitons un très joyeux anniversaire, Monsieur Lévesque!