Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Décès de Rachid Taha : souvenirs en musique d'un artiste engagé

Par
Frédéric Cardin
En 1997, il a frappé le monde musical avec sa reprise totalement envoûtante et irrésistible du classique de la musique populaire arabe Ya Rayah (Toi qui t’en vas). Rachid Taha, chanteur franco-algérien bâtisseur de ponts qui a repris, entre autres, Douce France de Trénet, est mort pendant la nuit du 12 septembre 2018 d'une crise cardiaque en banlieue de Paris. Découvrez plus bas notre liste d'écoutes essentielles pour le découvrir, ou vous remémorer ses meilleures performances.
Taha était d'origine algérienne mais il se disait aussi Français (même s'il n'avait pas la nationalité) et a habité l'Hexagone la majeure partie de sa vie.

Si Ya Rayah témoigne de son amour (retrouvé à l'âge adulte) de ses origines maghrébines, Rachid Taha demeure un formidable ambassadeur de la mixité des influences. Il a abreuvé sa musique autant au raï (musique populaire algérienne) qu'à la techno, au rock'n'roll, au punk, au country et la chanson française.

Rachid Taha a démontré avec éclat que, comme il le disait dans une entrevue :

« Les Arabes, ce n’est pas que du pétrole et des hammams. »

Il est aussi connu pour avoir donné le concert historique 1, 2, 3 soleils avec les chanteurs Khaled et Faudel en 1998 au célèbre Bercy à Paris :

Reprise de The Clash en 2004 :

Reprise de Now or Never d’Elvis parue sur son album Zoom en 2013 :

Jamila, extrait de son dernier album. C'est la vidéo la plus écoutée de Zoom. La chanson dénonce le mariage forcé :