Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

10 chefs-d’œuvre écrits par des compositeurs… en vacances!

Par
Frédéric Cardin

Pour un compositeur, la musique est indissociable de la vie. Toutefois, même Beethoven, Tchaïkovsky ou Stravinsky prenaient des vacances de temps en temps. Mais que faire pendant tout ce temps libre? Écrire des chefs-d’œuvre, bien sûr!

Voici 10 chefs-d’œuvre écrits par des compositeurs lors de leurs vacances.

Dvorák : Quatuor à cordes no 12 « Américain »

En 1893, Dvorák a passé ses vacances estivales dans la petite ville de Spillville en Iowa, aux États-Unis (Dvorák, qui était tchèque, a été directeur du Conservatoire national de New York de 1892 à 1895). Cette communauté, composée en grande partie d’immigrés d’origine tchèque, ainsi que les musiques populaires afro-américaines ont inspiré le compositeur au point que ce dernier a créé lors de cet été l’un des plus mémorables quatuors de tous les temps, rien de moins.

Brahms : Trio pour piano en do mineur, op. 101; Sonate pour violoncelle en fa majeur, op. 99

Durant l’été 1886, Brahms a loué une maison sur le bord du lac Thun, en Suisse. Le grand air a semblé lui faire le plus grand bien, car il a composé durant cette période de la fin de sa vie quelques chefs-d’œuvre, dont le fabuleux Trio op. 101 et la magnifique Sonate pour violoncelle op. 99.

Stravinsky : Le Rossignol; L’Oiseau de feu; Le sacre du printemps

Stravinsky possédait une maison à Oustiloug, en Ukraine, un petit village paisible d’à peine 2000 habitants. Il l’avait construite lui-même et l’appelait son Paradis. Il aimait y passer ses étés loin de l’agitation entre 1890 et 1914. C’est là qu’il a écrit en partie plusieurs de ses plus grandes compositions : l’opéra Le Rossignol, et les ballets L’Oiseau de feu et Le sacre du printemps. La maison en question est aujourd’hui un musée.

Beethoven : Quatuor à cordes no 16

Dans le cas de Beethoven, le terme « vacances » est exagéré, mais c’est lors d’un séjour à Gneixendorf chez son frère Johann, à l’automne 1826, qu’il a écrit en bonne partie son dernier quatuor à corde, l’opus 135 en fa majeur. Beethoven venait de vivre une période très difficile de sa vie : son neveu Karl, qu’il élevait seul depuis plusieurs années, avait tenté plusieurs fois de se suicider. Beethoven avait aussi d’importants problèmes financiers, en plus de souffrir, comme on le sait, de surdité totale. Il a pourtant trouvé les ressources créatives nécessaires pour composer un quatuor inspirant, à tel point que ce dernier a influencé l’écrivain Milan Kundera dans l’écriture de son propre chef-d’œuvre L’insoutenable légèreté de l’être. Pendant la même période, le compositeur a travaillé entre autres sur une dixième symphonie et un requiem. Mais sa mort au printemps suivant a mis un terme à ces rêves.

Mendelssohn : Symphonie écossaise

Mendelssohn, un soir d’été de 1829, lors d’une visite des ruines du château de Holyrood en Écosse (où ont séjourné plusieurs rois et reines d’Écosse, dont la célèbre Mary Stuart), a été tellement frappé par l’atmosphère du lieu que des mélodies se sont matérialisées dans son esprit. Il a écrit lui-même : « Je crois que j’ai trouvé aujourd’hui dans ces ruines le début de ma symphonie écossaise! »

Bartók : Concerto pour piano no 3

À l’été 1945, Bartók a fui le stress en s’isolant dans une cabane rustique près du lac Sarana, dans les Adirondacks de l’État de New York (tout près du Québec). Il y a entre autres composé son troisième concerto pour piano. Bartók n’a rien laissé transparaître de la leucémie qui l’affligeait dans cette œuvre lumineuse et pleine d’effervescence.

Debussy : Trio pour piano en sol majeur

De 1880 à 1882, chaque été, Debussy était engagé comme pianiste pour accompagner la famille de la richissime et mystérieuse mécène Nadezhda von Meck (celle-là même qui a longtemps soutenu Tchaïkovsky) dans ses différents voyages en France, en Suisse et en Italie. Debussy accompagnait les membres de la famille partout où ils allaient, il était logé, nourri et tout ça en échange de cours de musique à ses enfants, et d’accompagnement musical pour les soirées de la famille. Ce n'était peut-être pas des vacances à proprement parler, mais d’aucuns vous diront qu’il y a pires façons de passer ses étés! Le compositeur en a aussi profité pour écrire quelques pièces, dont ce trio pour piano