Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

8 fois où la foule a volé la vedette

Par
Nathan LeLièvre

Un chanteur sans public, c’est un non-sens. La foule est la raison d’être de toute forme de spectacle. Ce sont les membres de l’assistance que l’on cherche à toucher, à émouvoir, à transformer. Toutefois, il arrive parfois que le public rende aux artistes toute l’affection qui lui est portée. Comme quoi la scène est un lieu d’échange où la communication va nécessairement dans les deux sens.

Bohemian Rhapsody pour faire passer le temps en attendant Green Day
C’est un moment qui a fait le tour du web en 2017. Quelque 65 000 personnes qui attendaient un spectacle de Green Day à Hyde Park, à Londres, se sont mises à chanter avec la musique enregistrée qui sortait des haut-parleurs. Cette musique, c’était Bohemian Rhapsody, de Queen. Un moment assez puissant, merci!

Lara Fabian qui reçoit l’amour de la foule
La chanteuse belgo-canadienne tente une pause dramatique, mais elle n’a même pas le temps d’entamer son légendaire succès Je t’aime que la foule se met de la partie en lui renvoyant sans hésiter la déclaration d’amour que Lara elle-même a tant de fois chantée. Le mouvement de masse prend la chanteuse de court, à un point tel qu’elle peine à continuer sa prestation.

Bobby McFerrin : la foule chante Gounod sur son prélude de Bach
D’accord, il est difficile de voler la vedette à Bobby McFerrin. Parlons donc plutôt d’une collaboration assez impressionnante. Lors d’un passage au Festival international de jazz de Montréal, il y a de cela quelques années déjà, il a réussi à convaincre la foule de chanter l’Ave Maria de Gounod pendant qu’il l’accompagnait en chantant l’habituel Prélude en do de Bach — oui, oui, celui qui est constitué d'une série d’arpèges — sans la moindre fausse note.

Patrick Bruel qui se donne constamment le droit d’être ému
La chanson est devenue plus grande encore que l’interprète et — visiblement — plus puissante, même, qu’un orchestre symphonique. Lorsque la foule se met à chanter Qui a le droit, tout s’arrête, et ce, depuis longtemps maintenant. Et après toutes ces années, Patrick Bruel n’en semble pas moins ému.

Hommages spontanés au lendemain de tragédies
C’est un symbole puissant de l’unité devant l’adversité. Des gens se rassemblent pour rendre hommage à des victimes de violences, puis soudainement naît un chant qui redonne un peu foi en l’humanité. Dans les cas qui nous intéressent ici, il s’agit d’hommages aux victimes des attaques de Manchester (22 mai 2017, 23 morts) et de Berlin (19 décembre 2016, 12 morts). En prime, un concert de Madonna datant de l’automne 2015 peu après les attentats de Paris (13 novembre 2015, 137 morts), où la foule entonne La Marseillaise.

À Montréal, la foule pose un geste touchant; Selena Gomez en perd ses moyens
Ça s’est passé lors de son concert du 26 mai 2016. Une jeune spectatrice avait imprimé des centaines affiches sur lesquelles il était inscrit « We are worth it » (nous le valons bien), faisant référence aux paroles du refrain de sa chanson Who Says, qui promeut la confiance en soi. Le geste a ému la chanteuse — elle connaissait des ennuis de santé dus au lupus — qui s’est empressée d’exprimer toute sa reconnaissance.