Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Rythmopolis : un spectacle musical qui repousse les limites du son et de la scène

Par
Claudia Beaumont

Voilà quelque temps que la technologie de la réalité virtuelle (RV) est employée pour les vidéoclips, mais son utilisation pour la captation et la diffusion de spectacles est souvent décevante. C’est là l’un des défis que souhaite relever Rythmopolis, un spectacle extérieur immersif qui allie la technologie – dont la RV – à la musique, aux arts du cirque et aux matériaux de ville. Ce grand événement techno-artistique aura lieu les 6, 7 et 8 septembre prochains à la place des Festivals de Montréal et sera diffusé en direct sur notre site.

Eh oui, nous diffuserons ce spectacle en vidéo à 360 degrés, en direct et sans fils! Ce sera un festival de grandes premières, et nous vous expliquons pourquoi ci-dessous.

Voici un petit extrait du type de musique que vous pourrez y entendre. C’est très festif!

Rythmopolis - extrait musical

Composition : Pierre-Olivier Roy

Audio

Un spectacle comme un saut dans le vide : nos grands défis

L’épreuve musicale

Rythmopolis est le fruit d’un travail d’équipe colossal, amorcé depuis déjà quelques mois. Musicalement parlant, le défi consistera à créer huit œuvres originales, par huit compositeurs de musique contemporaine de renom – donc huit visions différentes! Sylvain Pohu, Pierre Michaud, Julien-Robert et Julien Compagne/Video Phase, Pierre-Olivier Roy, Tim Brady, Jean-François Laporte, Michel Smith et Jean Piché (pionnier de la vidéomusique) sont ces artistes visionnaires qui nous inviteront à saisir les multiples nuances et possibilités rythmiques du cœur de la ville.

Le Centre interdisciplinaire de recherche en musique, médias et technologie de l’Université McGill, le Quartier des spectacles, Le Vivier, l’Agora de la danse, le Musée d’art contemporain et le Laboratoire numérique urbain sont nos principaux collaborateurs, ainsi que les acteurs du volet artistique que voici :

  • Direction musicale : l’ensemble à percussions Sixtrum, sous la supervision de Fabrice Marandola
  • Mise en scène et cocréateur : Michel G. Barette, metteur en scène et spécialiste des arts de la rue
  • Direction de production : Louis Morisset (et Pierre Roy à la conception des éclairages)
  • Proteus VR inc., jeune entreprise montréalaise en recherche et développement de 3D audio et de réalité virtuelle et augmentée

Le spectacle rassemblera une trentaine de musiciens-percussionnistes issus des ensembles suivants :

  • Sixtrum (Montréal)
  • EP4 (Québec)
  • Architek (Montréal)
  • TorQ (Toronto)
  • Ensemble Karel (Laval)

C’est sans oublier quatre percussionnistes professionnels (Mélissa Lavergne, Ziya Tabassian, Shawn Mativesky, Patrick Graham) et des étudiants percussionnistes de différentes écoles montréalaises, de même que la présence de 12 danseurs-acrobates!

Concrètement, quelle forme prendra Rythmopolis?

C’est la question que vous vous posez sans doute, et avec raison, car ça fait beaucoup de créateurs au mètre cube! Avant d’aborder l’aspect technique, précisons que le spectacle sera aussi présenté de manière circulaire, c’est-à-dire qu’il enveloppera le public de ses projections et musiques. Les gens sur place seront transportés par les vibrations des créations musicales, auxquelles seront branchées les fontaines d’eau, qui « danseront » elles aussi! La réalité augmentée et des projections interconnectées seront également mises à profit afin de mettre en valeur l’interprétation des musiciens, des danseurs et des acrobates.

L’épreuve technique

Ouf! Il y en aurait long à dire ici aussi, mais pour ne pas perdre personne, résumons en nous en tenant à ce qui est le plus excitant. Nous aurons d’ailleurs l’occasion d’aborder certains thèmes plus en profondeur au cours des prochaines semaines.

Premier défi : assurer la diffusion du spectacle (d’une durée de 75 minutes) en direct sur le web, et ce, en vidéo à 360 degrés. Déjà que la webdiffusion de concerts en direct relève parfois de l’exploit, imaginez un peu le type de préparation que cela exige.

Deuxième défi : se débarrasser des fils. Cette webdiffusion en 360 degrés se fera en mobilité ou ne se fera pas! La connexion sans fil est privilégiée en raison de l’emplacement de l’activité (la place des Festivals), de l’envergure des scènes et des déplacements des artistes dans la foule. À ce jour, aucun événement d’une durée aussi longue n’a été diffusé de cette façon en direct sur le web.

Troisième défi : la synchronisation en direct du son ambiophonique et de la vidéo à 360 degrés. Soulignons que cette captation se fera en plan-séquence, sans montage, afin de générer chez l’internaute un sentiment d’inclusion à l’événement. Pour cela, il faudra également offrir un son ambiophonique de haute qualité afin de permettre l'expérience sonore en trois dimensions des huit tableaux musicaux.

À venir sur notre site : des entrevues avec les créateurs et des publications sur l’avancée des défis techniques que représente ce spectacle.

Pour en savoir plus, consultez le site de Rythmopolis.