Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Jacqueline Desmarais : une femme au grand coeur

Par
Sylvia L'Écuyer

Passionnée, énergique, généreuse, Jacqueline Desmarais était, depuis des décennies, une force vitale du milieu musical québécois par son mécénat éclairé et constant.

Si des organismes tels que l’Opéra de Montréal, l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre métropolitain, le Musée des beaux-arts de Montréal, le Concours musical international de Montréal, le Festival d’art vocal et le Domaine Forget ont bénéficié de son action philanthropique, c’est surtout auprès des artistes, et tout particulièrement des artistes lyriques, qu’elle a marqué toute une génération. Plus d’une centaine d’entre eux ont bénéficié du soutien de la Fondation Jacqueline Desmarais pour les jeunes chanteurs d’opéra canadiens, une fondation qu’elle a mise sur pied en 1997. Les bourses de la Fondation leur ont permis d’aller suivre des formations, de se présenter à des auditions, et même de se constituer une garde-robe et d’aller voir les meilleures productions lyriques au pays et à l’étranger.

Entrevue de Sylvia L'Écuyer avec le ténor Jean-Michel Richer

Le ténor Jean-Michel Richer rend hommage à madame Desmarais.

Audio

Ce qui distinguait tout particulièrement le mécénat de cette femme remarquable, c’était son engagement personnel auprès des jeunes artistes. En 2014, quand elle a reçu, à New York, le Premier Prix du Council for Canadian American Relations, elle a accepté la récompense « au nom de ses enfants », de la grande famille d’artistes pour lesquels elle a été « la fée marraine », une fée qui a toujours continué de veiller sur la carrière de ses enfants.

Entrevue de Sylvia l'Écuyer avec la soprano France Bellemare

La soprano France Bellemare rend hommage à madame Desmarais.

Audio

Membre du conseil d’administration du Metropolitan Opera pendant de nombreuses années, elle était là quand Yannick Nézet-Séguin a dirigé pour la première fois l’orchestre du Met pour une production de Carmen en décembre 2009. Je me souviens l’avoir croisée au Met, d’une présence élégante et discrète, elle était prête à intercéder pour promouvoir les talents qu’elle avait dépistés. Elle a assisté aux débuts new-yorkais de Julie Boulianne, de Mireille Asselin, de Layla Claire et de Michèle Losier. Si Frédéric Antoun et plus récemment France Bellemare ont aussi fait leurs débuts au Met, ils lui sont reconnaissants de son soutien. C’est aussi grâce à Jacqueline Desmarais que le public canadien a pu assister à leurs débuts, puisqu’elle a commandité la transmission au Canada des productions du Met en HD.

Entrevue de Sylvia L'Écuyer avec le ténor Frédéric Antoun

Le ténor Frédéric Antoun rend hommage à madame Desmarais.

Audio

Les instances gouvernementales au pays et à l’étranger ont été nombreuses à reconnaître son engagement exceptionnel en la nommant officière de l’Ordre du Canada, chevalière de la Légion d’honneur, grande officière de l’Ordre national du Québec, mais c’est certainement dans le cœur et dans l’âme de nos artistes que sa mémoire sera le plus chaleureusement honorée. La Fondation va poursuivre son action, et les voix de ses « enfants » continueront de nous parler de celle qui a su les écouter. Merci, Madame Desmarais!