Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

King Abid : notre reggaeman à l’assaut des festivals d’hiver

Par
Claudia Beaumont

Ces jours-ci, King Abid ne prend pas la peine de ranger ses valises. À peine est-il revenu du Mexique, qu’il s’affaire à les remplir de nouveau, les maillots en moins cette fois-ci. Notre Révélation en musique du monde aura plutôt besoin de « petites laines », parce qu’il ne fera pas chaud sur la scène extérieure du Bal de Neige, à Ottawa (16 février), ni au Festival du voyageur, à Winnipeg (23 et 24 février).

Au fait, comment notre reggaeman se prépare-t-il pour les spectacles extérieurs sous zéro? C’est ce que nous lui avons demandé, et voici sa réponse.

« Normalement, ces festivals sont bien organisés. Je le sais, car j’y ai joué auparavant. Les organisateurs mettent des chaufferettes partout et, à Ottawa, ils nous offrent des blousons chauffants. Sans blague, ils prennent vraiment soin de nous.

Le froid ne m’inquiète pas trop, car mon installation n’est pas très compliquée [King Abid chante accompagné d'un DJ]. Par contre, pour mon percussionniste, c’est une autre histoire. Il faut faire attention à la peau du djembé, sinon elle devient dure et ça peut faire très mal. C’est un instrument qu’il faut surveiller et dorloter un petit peu lorsqu’on joue dehors. »


Nous voilà rassurés. Heureusement qu’il n’y a pas d’instruments à cordes, car la gestion de la température aurait été plus ardue. Qu’en est-il de votre public? Avez-vous adapté votre programme en fonction du froid, en évitant par exemple les pauses entre les chansons?

« Écoute, ce n’est pas compliqué, nous allons présenter un spectacle d’environ 30 à 40 minutes, avec de grosses pièces rythmées qui réchauffent. On veut que les gens bougent. Puis, pour ceux que ça intéresse, je participerai à une rencontre avec public après le spectacle [ce que l’on appelle un meet-and-greet en anglais], en compagnie de Philippe Fehmiu, puis nous présenterons un DJ set. Venez! »

Philippe Fehmiu, dans Ma première fois au cinéma


À part tes spectacles au Bal de Neige, au Festival du voyageur et au Centre national des Arts à Ottawa, le 10 mars, sur quoi travailles-tu en ce moment?

« Ces jours-ci, je suis concentré sur ma musique, et je dois dire que j’ai le bonheur de faire des découvertes en créant; des petites surprises qui arrivent comme ça, parfois! Sinon, je travaille sur un enregistrement qui célèbrera les 20 ans de Tassez-vous de d’là des Colocs, en mai. C’est un gros projet, et on est plusieurs à y participer : Élage Diouf, Ilam, Shauit et bien sûr André Dédé Vander. J’ai très hâte de vous faire entendre ça. »