Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
IA et musique : vers une course à la créativité technologique?
Par
François Lemay

Date de publication

08 déc. 2017

Dans ce texte-ci, publié il y a quelques semaines, je vous parlais du logiciel Amper Music, qui permet à une intelligence artificielle de composer de la musique originale après qu’on lui ait donné certains paramètres. Un premier album dont la musique est entièrement écrite par un logiciel, I AM IA, de la chanteuse Taryn Southern, devait paraître quelque part en novembre. Eh bien, il semblerait qu’elle ne soit pas la seule à travailler avec ce procédé. Assistons-nous à une course à la créativité technologique?

L’humour est-il l’ultime frontière à l’intelligence artificielle? On en discute dans l'édition du 8 décembre de l'émission On dira ce qu’on voudra, sur ICI Radio-Canada Première.

Cette fois-ci, c’est Benoit Carré, mieux connu sous le nom de Skygge, qui fait paraître ces jours-ci les premières pistes issues de l’album Hello World, qui fait appel à la technologie française Flow Machines, développée par les Sony Computer Science Laboratories de Paris et l’Université Pierre et Marie Curie. Le titre de l’album réfère à une coutume, en langage de programmation, qui consiste à utiliser cette phrase à titre de test et de démonstration.

Deux extraits de l’album sont déjà en ligne. Le premier met en vedette la chanteuse albertaine Kiesza, sur une musique composée avec l’aide de Stromae. Et, en effet, il est possible d’y reconnaître la rythmique stromaeienne.

Une deuxième pièce, avec cette fois-ci la voix d’une autre chanteuse canadienne, Kyrie Kristmanson, est aussi offerte. Ici, l’esthétisme planant de la chanson évoque un peu plus ce à quoi l’on pense pouvoir s’attendre lorsqu’il est question de musique composée par une IA.

Toutes les intelligences artificielles se ressemblent-elles?

Si Amper Music compose à l’aide de paramètres prédéfinis, modulés par un humain (vous pouvez l’essayer ici), Flow Machines (http://www.flow-machines.com/) fonctionne principalement en analysant et en « comprenant » le style musical d’un compositeur avant de s’en servir comme base de création.

C’est pour ça que si vous trouvez que la première chanson pop composée par cette IA sonne comme les Beatles, c’est qu’on l’avait nourrie avec la musique des Fab Four!


Bon, ce n’est pas exactement aussi bon qu’une pièce signée Lennon-McCartney, mais on pourrait facilement croire qu’elle vient d’un groupe britannique fortement inspiré par les Beatles, à l’époque de Magical Mystery Tour.

Flow Machines a aussi réalisé l’expérience avec la musique de Jean-Sébastien Bach. Encore une fois, on est loin du génie de Bach, mais cela pourrait passer pour un pastiche relativement réussi.

J’imagine que les deux façons de composer à l’aide d’une intelligence artificielle vont, vraisemblablement, fusionner afin d’ouvrir au maximum l’éventail des possibilités musicales. D’un côté, l’apport créatif humain demeure nécessaire, parce que toute création vient d’une intention, alors que de l’autre, c’est une palette de choix immense qui s’ouvre. Pour une première fois, en musique, l’instrument sera doté d’une mémoire culturelle à laquelle le compositeur pourra se nourrir. Cela pourrait ouvrir certaines avenues et, peut-être, donner à certains l’impression de détenir une culture musicale qu’ils n’ont pas, à la base…

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.