Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Carnet de bord : voyez des images de la tournée européenne de l’Orchestre métropolitain

Par
Claudia Beaumont

Enfin! Yannick Nézet-Séguin peut présenter sa famille montréalaise, l’Orchestre métropolitain (OM), aux publics européens, à l’occasion d’une tournée de sept concerts. Vous n’avez pas idée de la somme de travail demandée pour en arriver là, et de la fierté qui en résulte pour le chef et ses musiciens. C’est pourquoi nous vous invitons à suivre cette aventure avec nous, grâce à ce photoreportage qui évoluera jusqu’au 4 décembre. Un merci spécial à notre photographe, François Goupil.

Pour découvrir les salles de la tournée ainsi que les solistes qui accompagneront l’orchestre, consultez notre dossier spécial.

Carte de la tournée de l’OM :

Jour 10 : la fin d’une tournée triomphale

Le chef d’orchestre Yannick Nézet-Séguin et ses musiciens n’auraient pu espérer un meilleur scénario pour la première tournée européenne de l’histoire de l’Orchestre métropolitain. Dortmund, Cologne, Rotterdam, Paris : partout, l'accueil du public fut extraordinaire!

L’aventure s’est terminée à la Philharmonie de Paris, la salle de concert la plus appréciée des musiciens en ce qui a trait à l’acoustique, d’après notre photographe François Goupil. Le dosage entre la précision du son et la réverbération y est impeccable. La salle dispose de poches de réverbération situées derrière le public, dans les espaces entre les balcons et le mur extérieur.

Plusieurs personnalités politiques et culturelles étaient présentes pour les deux dernières représentations de la tournée à Paris, dont la ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, le producteur Luc Plamondon et l’écrivain Dany Laferrière.

Après avoir fait deux rappels, hier soir, l’Orchestre métropolitain a conclu son dernier concert dimanche après-midi avec la Pavane pour une infante défunte, du compositeur français Maurice Ravel. « Un hommage à nos ancêtres! » a lancé à la foule Yannick Nézet-Séguin avant d’entamer la pièce.

Les musiciens rentrent dès demain à Montréal, mais pour l’instant, ils font la fête!

Jour 9 : Paris, dernière destination

Yannick Nézet-Séguin et sa troupe sont arrivés à Paris samedi après leur concert de vendredi soir à l’Elbphilharmonie de Hambourg, une salle qui, selon les dires du journaliste au Devoir Christopher Huss, est le fiasco le plus onéreux de l’histoire: « Les parois alvéolées d’ Elphi renvoient un son mort-né, analytique mais sec (contrairement à Cologne, analytique mais brillant et frémissant), qui retombe et ne respire pas. Qui plus est, les forte saturent vite. » Les deux derniers concerts de la formidable tournée de l’Orchestre métropolitain auront lieu à la Philharmonie de Paris, samedi et dimanche soirs. Une conclusion qui s’annonce prometteuse!

Dimanche à 10 h 30, regardez le dernier concert de l’Orchestre métropolitain en direct sur la page web de la Philharmonie de Paris.

Jour 8 : tous à l'Elbphilharmonie d'Hambourg!

Après le concert magistral de Rotterdam, particulièrement touchant pour Yannick Nézet-Séguin, car il accueillait pour la première fois sa famille montréalaise à sa maison de Rotterdam, l'Orchestre métropolitain s'est envolé vers Hambourg, afin de présenter le 5e concert de la tournée à la pharaonique Elbphilharmonie. Voyez ici le bébé de la tournée de l'OM dans les bras de son père, le conjoint de Dorothéa Ventura (l’organiste), avec le clarinettiste Jean-François Normand derrière.

Jour 6 et 7 : le concert au Concertgebouw et l'accueil à Rotterdam

Et hop! Yannick Nézet-Séguin et l'Orchestre métropolitain ont offert un autre concert époustouflant, pour ne pas dire magique, cette fois au Concertgebouw d'Amsterdam. « Les musiciens sont actuellement sur un nuage », nous rapporte le photographe, François Goupil. « Leur seule crainte est de pouvoir maintenir un tel niveau de jeu, alors qu'ils devront donner un concert par soir, jusqu'à la fin de la tournée. N'empêche, tout le monde est confiant! Yannick leur a recommandé de faire moins d'activités touristiques, afin de conserver leur énergie. »
Ensuite, ils ont mis le cap vers Rotterdam, où ils ont été chaleureusement accueillis par l'autre famille de Yannick Nézet-Séguin, l'Orchestre philharmonique de Rotterdam. Le maire a rendu un bel hommage au chef d'orchestre québécois, que vous pourrez voir prochainement dans un documentaire de Jean-Nicolas Ohron. Évidemment,


Jour 5 : jour de congé à Amsterdam

L'Orchestre métropolitain est arrivé à Amsterdam mardi matin, et comble de bonheur, c'est jour de congé pour les musiciens! Notre photographe a croisé un groupe de voyageurs qui suit l'orchestre en tournée. Ils ont l'air de passer un bon moment!

Jour 4 : un autre concert triomphal de Cologne

Eh oui! Yannick Nézet-Séguin et l'Orchestre métropolitain ont reçu, une fois de plus, un accueil plus qu'enthousiaste de la part du public colognais. Le journaliste au Devoir Christophe Huss rapporte, sur sa page Facebook : « Alexandre Tharaud résumait en coulisses: "J'ai joué de nombreuses fois ici : je n'ai vraiment jamais vu un tel accueil." » Ces musiciens sont de vraies rock stars.


Jour 3 : le concert triomphal de Dormund

C’était soir de première européenne pour la troupe de Yannick Nézet-Séguin à la Konzerthaus de Dortmund, dimanche. La contralto Marie-Nicole Lemieux était visiblement émue par l'accueil du public dortmundois. Prochaine destination : la Kölner Philharmonie, à Cologne!

Après le concert, Yannick Nézet-Séguin a remis sa baguette au maire de Dortmund, Ullrich Sierau. Il était accompagné du violoncelliste Jean-Guihen Querays, de la contralto Marie-Nicole Lemieux et de l'ambassadeur du Canada en Allemagne, Stéphane Dion.


Jour 2 : Guten Tag Dortmund!

Les instruments sont arrivés ce matin à la Konzerthaus à Dortmund en Allemagne dans un camion à température contrôlée. Des employés de l’Orchestre métropolitain ont inspecté les caisses pour s’assurer que tout était en parfait état. Comme il n'y avait pas de répétition ou de concert aujourd'hui, plusieurs musiciens sont allés au Marché de Noël de Dortmund et d'autres en ont profité pour se reposer à l'hôtel.


Jour 1 : le départ

Premier défi de cette grande tournée : le transport des instruments. Tout un défi logistique qui exige, bien sûr, une grande organisation, ainsi que 50 coffres de transport, dont le climat doit être contrôlé afin de ne pas nuire aux instruments, surtout ceux en bois.

Vous aimerez également :

- À écouter : un concert de l’Orchestre métropolitain à la Maison symphonique

- Emmener un orchestre symphonique en tournée : 105 instruments, 50 coffres…