Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Trop de musique de Noël, trop tôt, c’est trop... et mauvais pour la santé mentale
Par
François Lemay

Date de publication

17 nov. 2017

La fête d’Halloween venait à peine de se terminer que déjà, dans les minutes suivantes, les magasins sortaient leurs décorations et leur musique de Noël. Que serions-nous, pauvres consommateurs, si nous pouvions passer quelques jours, que dis-je, quelques heures, sans être sollicités par une imminente célébration, qui devra être soulignée dans une perfection digne de la couverture d’un magazine, qui a été, lui, préparé en juillet dernier? Et cette célébration est préparée en écoutant de la musique qui a été enregistrée entre la Saint-Jean et la fête du Canada par un ou une artiste qui s’accroche au répertoire festif de son enfance comme à la dernière chance de sauver sa carrière.

En présentant le tout comme ça, j’ai l’air de ne pas vraiment porter dans mon cœur la musique de Noël. Pourtant, j’ai moi aussi une âme d’enfant! Je l’aime, White Christmas chantée par Bing Crosby. J’ai un faible pour le fameux album de Noël de Ginette Reno. Mais pas le 3 novembre, et même parfois plus tôt, bâzwelle! Imaginez, la chaîne de magasins Best Buy, aux États-Unis, a commencé à diffuser de la musique de Noël le 22 octobre.

En fait, le phénomène est tellement répandu qu’on lui a donné un nom en anglais, soit Christmas creep, qu’on pourrait traduire par Noël détestable. Le spécial de Pâques de Charlie Brown, intitulé It's the Easter Beagle, Charlie Brown, diffusé le 9 avril 1974 à la télé américaine, en fait même mention. Charlie Brown et ses amis se retrouvent dans un magasin qui offre déjà des spéciaux du temps des Fêtes en indiquant qu’il ne reste que 246 jours avec Noël et que c’est le temps de faire ses achats pour être prêts à temps.

Une pensée pour les pauvres employés de ces magasins

Si nous pouvons décider d’écouter ou non de la musique de Noël à la maison ou d’éteindre la radio, pour ceux et celles qui doivent travailler dans les boutiques et les grands magasins, ce n’est pas la même dynamique.

Comme je l’écrivais récemment, la musique qui est entendue dans les magasins est grandement étudiée afin de générer chez les consommateurs une envie d’y demeurer plus longtemps. Plus vous passez de temps au même endroit, plus vous risquez de consommer. Ce n’est pas pour rien que les allées d’épiceries sont généralement encombrées, c’est pour vous ralentir. Ainsi, vous risquez plus d’acheter le pot de Nutella que votre enfant réclame à grands cris. C’est voulu!

Même la science le dit

Une étude, intitulée Ça commence à sentir et à sonner comme Noël : les effets interactifs des odeurs et des musiques ambiantes dans le contexte de la vente en magasin, publiée en 2003, démontre que les consommateurs évaluent positivement leur expérience de magasinage dans une boutique qui baigne dans une ambiance musicale et olfactive qui évoque Noël.

Par contre, pour les employés exposés constamment à la même liste de chansons du temps des Fêtes, c’est plutôt l’inverse qui finit par se produire, au point de générer une ambiance nocive pour la santé mentale. Comme vous l’avez peut-être lu dans plein d’articles parus sur le sujet ces jours-ci, qui reprennent la citation de la psychologue anglaise Linda Blair (non, pas l’actrice qui jouait dans L’exorciste, là) : « Dans ces conditions, nous nous sentons piégés. Cela nous rappelle constamment que nous devons, nous aussi, acheter des cadeaux, prendre soin des nôtres et organiser des soirées ».

Ce qui est nocif et qui génère du stress, c’est aussi le rebond de ce qu’on appelle, en psychologie, l’effet de simple exposition. Connu et utilisé par les publicitaires, ce biais cognitif fait en sorte que, plus on est exposé à un produit, une idée, une image ou une chanson, plus on risque de s’y habituer et de l’aimer. Par exemple, on peut prendre plaisir à entendre une chanson alors qu’on la trouvait insupportable il y a de cela trois semaines.

Or, cet effet peut devenir nocif à la longue et c’est le contraire qui se produit. Le cerveau, saturé, en a assez et développe une aversion après avoir été exposé longtemps à quelque chose.
C’est triste, parce qu’une musique normalement associée à un moment joyeux, propice aux rapprochements, devient une source de stress, qui produit exactement l’effet contraire que celui qui est escompté. Et ce n’est pas parce qu’on n’aime pas, en général, la musique de Noël. Au contraire!

Quelques mythes sur les habitudes d’écoute de musique du temps des Fêtes

Évidemment, le phénomène ayant pris de l’ampleur au fil des années quant à sa durée, il est donc devenu important de pouvoir le mesurer en matière d’habitudes d’écoute si l’on veut rentabiliser le format « musique du temps des Fêtes ». Les résultats, selon ce rapport de la firme Nielsen sur les habitudes de consommation de ce genre musical, chez les Américains, déboulonnent quelques mythes.

On y apprend, entre autres, que ce ne sont pas que les boomers qui capotent sur les chants de Noël. En fait, les fameux millénariaux, âgés de 25 à 34 ans, sont ceux qui aiment le plus ce genre, et ils sont suivis de près par les X.

Aussi, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce ne sont pas les vieux classiques enregistrés en 1946 qui ont la cote, mais plutôt les pièces plus récentes. En fait, les chiffres de vente d’albums sont en croissance, au fil des années, en fonction de leur date de parution. On achète, en 2017, majoritairement des albums parus cette année, et c’était la même chose l’année précédente, alors qu’on a acheté des albums sortis en 2016, etc.

Il y a donc beaucoup de chance que la chanson de Noël de Gwen Stefani, sortie en octobre dernier, tourne beaucoup à la radio, dans les autos et dans les magasins au cours des prochaines semaines.

Aussi bien s’y habituer maintenant.

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.