Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Notes de voyage : à bord du transsibérien

Par
Stéphan Bureau


Chaque semaine, je vous invite à découvrir mes notes de voyage. Vous trouverez ici toutes les références mentionnées dans mon émission.

Cette semaine nous montons à bord du Transmandchourien, un train qui fait partie du Transsibérien et qui nous mène de Pékin jusqu’à Moscou. Si vous êtes amateur de voyage en train, vous avez probablement déjà rêvé de traverser l’Asie pour vous rendre jusqu’en Europe. Ici, nous parlons d’un trajet de six jours, ponctué de très courts arrêts, le temps d’acheter quelques provisions sur les quais. Nous passons aussi brièvement par Hong Kong et Saint-Pétersbourg.

Voici dans quel état le voyageur échevelé que j'étais pouvait être:

Le Transmandchourien emprunte pour l’essentiel le parcours du légendaire Transsibérien. Il s’agit de la plus longue balade en train au monde, probablement aussi de la moins chère. J’ai effectué cette traversée en 1997, lorsque je me suis rendu à Hong Kong à l’occasion du transfert de souveraineté des Anglais aux Chinois.

Les paysages le long du chemin sont vastes et monotones, mais loin d’être ennuyants. Ils deviennent au contraire le prétexte d’un deuxième voyage, intérieur celui-là, pour les passagers du train.

Suivez Stéphan dans son périple en écoutant l’émission ici :

Notes de voyage : à bord du transsibérien

Animation : Stéphan Bureau

Audio

Avant de commencer votre périple, une visite de la Cité interdite à Pékin vaut le détour. Il faut idéalement lui consacrer une bonne demi-journée.

Vous irez manger par la suite du canard de Pékin chez Bien Yi-Fang ou un repas de cuisine impériale (en d’autres mots, des petits plats ou « tapas chinois ») chez FangShan dans le parc de Beihai.

La portion chinoise du trajet est assez courte. Sachez aussi que l’expérience gastronomique du côté russe a des allures de patates bouillies... Alors apportez-vous un sac de nourriture avant de monter dans le train.

Le voyage est ponctué de paysages répétitifs en marge du temps. Seul le gigantesque lac Baïkal nous sort de cette langueur. Surnommé parfois « Perle de Sibérie » il est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1996.

L’arrivée à Moscou est un choc. C’est la fin d’une aventure, mais aussi un retour à la vie, au bruit. L’incontournable reste Saint-Pétersbourg, ville d’eau, encadrée par son imposant fleuve Neva. J’ose le dire : Saint-Pétersbourg est plus impressionnante que Venise.

Je vous invite à visiter ma page pour découvrir mes autres destinations.