Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

T2   Trainspotting : la puissance de la nostalgie

Par
Ariane Cipriani

Dans la suite du film culte de 1996, on prend quelques-unes des musiques d’origine et on y ajoute une quantité de chansons qui plairont à tous ceux qui ont du « lust for life », de quoi réveiller la fibre rebelle du quarantenaire nostalgique!

Film culte tant par son récit et son style que par sa musique, Ferrovipathes (Trainspotting) aura marqué toute une génération. Vingt ans plus tard, le réalisateur Danny Boyle (qui a aussi signé La plage (The Beach) et Le pouilleux millionnaire (Slumdog Millionaire)) retrouve l’acteur Ewan McGregor et nous ramène à Édimbourg pour revoir ces quatre toxicomanes écossais. Que sont devenus Rent Boy, Sick Boy, Franco et Spud? Ils sont restés fidèles à eux-mêmes (rien de rassurant!), comme vous pouvez le voir en ce moment sur grand écran.

La trame sonore du film a été, à l’époque, un énorme succès. Danny Boyle utilise à nouveau deux des pièces qui caractérisaient l’œuvre originale : Slow Slippy, du groupe Underworld, et Lust For Life, d’Iggy Pop, cette fois remixée par Prodigy.


Lust For Life - Iggy Pop


Slow Slippy - Underworld

Il n’y a pas que la nostalgie
Pour F2 Ferrovipathes (T2 Trainspotting), on puise encore dans le rock des années 70 et 80, avec notamment Dreaming, de Blondie et (White Man) In Hammersmith Palais, de The Clash. Toutefois, il n’y a pas que la nostalgie : la suite se doit de faire entendre les artistes qui ont émergé en Europe depuis. En voici trois : le groupe londonien Wolf Alice, le collectif hip-hop écossais Young Fathers et le DJ High Contrast, originaire du pays de Galles.

Silk de Wolf Alice

Get Up de Young Fathers

Shotgun Mouthwash du DJ High Contrast

Vous aimerez aussi :
- La webradio Rock 90
- La webradio Punk garage