Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Un cadeau d'ICI Musique pour toute votre famille : Pierre et le Loup de Prokofiev en vidéo
Par
Claudia Beaumont

Date de publication

14 déc. 2017

Genre

Pierre et le Loup de Prokofiev avec l'ensemble Pentaedre et Daniel Coutu.

Vidéo : Pierre et le Loup, op. 67. Les dessins ont été réalisés par les élèves des écoles primaires Sainte-Élisabeth, de Cantley, et Georges-P.-Vanier, de Brossard.


Pierre et le Loup
, en quelques repères : 

-          Une suite symphonique créée le 2 mai 1936 à la Philharmonie de Moscou.

-          Une pièce didactique, poétique et imagée, qui vise avant tout à faire connaître l’orchestration de la musique classique aux enfants (mais également aux adultes!) tout en stimulant leur imaginaire. Chaque personnage est associé à un instrument ainsi qu’à un thème musical spécifique, simple, mais évocateur. Soulignons que Prokofiev a écrit d’autres partitions à but éducatif, par exemple l’opéra Le Géant, les Douze pièces de piano pour enfants (op. 65) et les Chants d’enfants (op. 68).

-          Les personnages et leurs instruments (dans le cas de notre vidéo) : Pierre, le héros, est incarné avec vivacité par le quintette au complet; le grand-père, par le timbre grave du basson; l’oiseau se fait tout léger grâce à la flûte; le caquètement du canard est évoqué par le hautbois; l’esprit vif et espiègle du chat est représenté par la clarinette, et enfin, le loup prend son mordant dans la force commune du cor, de la clarinette et du basson.

-          Chaque interprétation nécessite la présence d’un narrateur enthousiaste et compétent. Son rôle est crucial, puisqu’il est l’intermédiaire entre l’orchestre et l’auditeur. Profitons d’ailleurs de l’occasion pour souligner le travail de Daniel Coutu, qui relève ce défi haut la main! Il nous donne le goût de l’écouter plus d’une fois.

-          Et l’histoire? Résumons.

L’action se déroule dans la campagne russe. Pierre vit chez son grand-père, dans une belle maison entourée d’animaux. Un jour, il laisse la porte du jardin ouverte et un canard en profite pour aller jouer dans la mare. C’est alors le début d’une série de rencontres fortuites entre le canard, un petit oiseau, un chat malicieux, un méchant loup et… des chasseurs qui savent viser. Mais n’ayez crainte, il n’y a pas de blessés!

Daniel Coutu et le quintette Pentaèdre

Daniel Coutu est un magicien, animateur et, comme le dit cette biographie, « un distributeur de bonne humeur ». Cela est bien vrai. Il est à la barre des émissions Par ici la magie et Code Max, présentées toutes deux sur les ondes d’ICI Radio-Canada Télé.

Le quintette à vent Pentaèdre est formé de chambristes passionnés et explorateurs, s’intéressant autant au répertoire classique pour quintette à vent qu’aux œuvres orchestrales ou aux transcriptions. L’ensemble enrichit notre paysage musical depuis 1985 et on l’en remercie.

2017 était l'année du 125e anniversaire de naissance du compositeur. Voici un dossier sur lui en 10 éléments biographiques :

À l’origine…

Il y a le père, Sergueï Alexeïevitch Prokofiev, un ingénieur agronome, et la mère, Maria Griogorievna, une musicienne qui réchauffe la maisonnée avec du Chopin ou du Beethoven. Sans doute n’est-il pas anodin de souligner que les Prokofiev ont donné naissance à Sergueï junior l’année même du centenaire de la mort de Mozart. Prédestiné, dites-vous? Ajoutons que la maman a joué un rôle primordial dans l’éclosion du talent de son fils, en l’envoyant jouer très tôt chez des professeurs de renom.

Première création 
Il s’agit du Galop indien (1897). Il écrit cette pièce à 5 ans et demi, inspiré d'histoires qu’il a entendues au sujet d’une famine en Inde. Trois ans plus tard, il termine son premier opéra, Le géant (1900), une création en trois actes et six tableaux qui raconte l’histoire d’un méchant géant qui pousse un roi au suicide… Notez qu’il s’agit d’un opéra destiné aux enfants.

Piano 
Sa muse, rien de moins, qui lui a inspiré certains des meilleurs concertos du 20e siècle. Pourtant, bien qu’il remporte le prix Anton Rubinstein en 1914, qui honore les virtuoses du piano, sa technique n’est pas innée.

Son jeu n’était pas ordonné. Ses longs doigts semblaient maladroits. Parfois il réussissait des passages difficiles et parfois il trébuchait sur une gamme toute simple

son professeur, Reinhold Moritsévitch Glière

N’en faisant qu’à sa tête (dure), Prokofiev réinvente la technique et l’esthétique de son instrument selon sa propre vision de la musique, qui se démarque par son incroyable vivacité, son lyrisme et son caractère percussif, empreint d’une certaine violence. Autrement dit, ses doigts d’acier ne ménagent pas les touches du piano!

Écoutez la webradio Piano :

Piano

L'essentiel du répertoire pour piano par des artistes de renom

Anticonformisme 
Prokofiev est un esprit libre qui déteste le cadre étroit des règles musicales, trop rigides et sans fantaisies, selon lui. L’audace, pour ne pas dire l’insolence, qui l’anime depuis la tendre enfance l’incite à proposer son propre Concerto no 1 pour piano au concours Anton Rubinstein, qu’on dit très à cheval sur ses traditions (d’habitude, on choisit une œuvre du répertoire classique – et non la sienne). Cette proposition de programme déstabilise carrément le jury, qui voit cela comme un règlement bafoué. Et devinez qui remporte le grand prix.

Exil
Effrayé par la prise de pouvoir de Lénine, Prokofiev quitte la Russie en 1918. D’abord un transit au Japon (le temps de quelques concerts), et puis hop! Il fait le grand saut en Amérique, où il reste jusqu’en 1920. Apparemment déçu de son séjour aux États-Unis, il reprend sa valise en 1923 et se rend à Paris. Il y reste jusqu’à son retour en Russie, en 1933. Et qu’est-ce qu’il fabrique, pendant ces longues années de déracinement? Il rencontre des gens inspirants (Matisse, Picasso et Ravel, ainsi que Stravinsky, avec qui il a une prise de bec), mène une vie cosmopolite enviable et crée quelques-unes de ses œuvres maîtresses, telles que L’amour des trois oranges (1919), le Troisième concerto (1921) et L’ange de feu (1919-1927).

Cinéma 
La musique épique de Prokofiev a des affinités naturelles avec le cinéma. Pas étonnant que le cinéaste russe Serguei Mikhaïlovitch Eisenstein fait appel à ses services pour la mise en musique de ses deux mastodontes : Alexandre Nevski (1938) et Ivan Le Terrible  (1944-1958). La connexion entre les deux artistes est totale, et ce, jusqu’à la mort du réalisateur, en 1948. Précisons toutefois que la première composition de Prokofiev pour le cinéma est celle du Lieutenant Kijé (1933). 

Depuis, la musique de Prokofiev dynamise de nombreuses scènes au cinéma (Avengers : l’ère d’Ultron, Laurence Anyways, Les Minions (oui, oui!), Mary et Max, etc.) et même des jeux vidéo (Gran Turismo 5 et Little Big Planet 2)!

Vidéo : Alexandre Nevski

Condamnation
En 1948, la presque totalité des œuvres de Prokofiev est condamnée par le comité central du Parti communiste. Le compositeur se fait accuser de formalisme (la forme au détriment du contenu réel), ennemi juré de l’art soviétique, qui doit refléter le plus fidèlement possible la vie du peuple (réalisme socialiste). Plutôt que de se défendre devant le comité, il se livre à une autocritique « forcée » dans une lettre ouverte. Il avoue, entre autres, avoir commis des erreurs formalistes, être « tombé dans le piège de l’atonalité », et conclut en remerciant le Parti de lui avoir ouvert les yeux.

Staline 
Croyez-le ou non, Prokofiev est décédé le même jour que Staline, soit le 5 mars 1953. La mort du dictateur provoque une véritable éclipse médiatique, faisant ainsi passer sous silence celle du compositeur. La presse soviétique n’annonce le décès de Prokofiev que quelques jours plus tard.

Œuvres majeures
Disons-le d’entrée de jeu : cette sélection est trop courte. Elle constitue toutefois un bon point de départ pour les néophytes.

Électro-pop! 
Son petit-fils Gabriel Prokofiev est un compositeur de musiques électroniques et il est le fondateur de la maison de disques et boîte de nuit Nonclassical. L’une de ses œuvres aurait probablement fait le bonheur de son grand-père, Concerto pour platines et orchestre.

Vidéo : Concerto pour platines et orchestre présenté aux BBC Proms de 2011

Source : Dorigné, Michel (1994), Serge Prokofiev, Éditions : Fayard, 807 pages

 

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.