Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Harry Manx : plusieurs cordes à ses guitares  

Par
Myriam Fehmiu

Celui qui a établi ses pénates sur l'île Saltspring, à quelques heures au large de Vancouver, est né sur la lointaine île de Man, située en mer d’Irlande. Harry Manx a grandi au Canada, et il a voyagé et habité en Europe, au Japon, au Brésil et en Inde. C'est à ce moment que la musique classique du nord de l’Inde s’est glissée au cœur de son inspiration.

 

Son style, il l’a développé au fil de ses expériences de vie; des bars de blues de Toronto, où il était technicien de son, jusqu’aux côtés de son mentor indien, Vishwa Mohan Bhatt – lauréat d’un prix Grammy avec Ry Cooder pour l’album A Meeting by the River –. Dans les années 80, Manx a passé cinq ans de travail acharné à refaire ses gammes et à apprendre les arrangements spécifiques à la musique « hindoustanie » avec Mohan Bhatt, celui qui a inventé la Mohan Veena à 20 cordes, instrument devenu fétiche pour Manx. Musicien de talent, le Canadien d’adoption maîtrise aussi avec brio la guitare glissée (slide guitar), l'harmonica, le banjo à six cordes et le Ellis Stompbox; tout autant d’instruments qui, entre ses mains, nous incitent à voyager les yeux fermés.

Le musicien mélange brillamment les airs de blues, de folk et de gospel avec le raga. Il a brisé les règles de chacun de ces styles musicaux et a développé sa touche unique que l’on a fini par surnommer le « mysticssippi ». Au fil de ses 12 albums, une mélodie à la fois, il a érigé des ponts entre l’Occident et l’Orient, car l’hybride indo-blues propre à Manx est devenu un son presque universel. C’est son plus récent opus, intitulé 20 Strings and the Truth, paru en 2015, qu’il fera vivre sur scène au cours des prochaines semaines.